« TIREZ SUR LES TRAFIQUANTS » : JOKOWI EMULE DE DUTERTE ?

PARTAGER SUR

Le président indonésien Jokowi serait-il devenu un émule du président philippin Duterte ? Il vient en effet de donner l’ordre aux policiers de tirer sur les trafiquants de drogues afin de faire face à « l’urgence du problème » dans le pays.

« Soyez fermes, surtout avec les trafiquants étrangers qui entrent dans le pays et résistent aux arrestations. Tirez-leurs dessus parce que nous sommes en effet dans une situation d’urgence narcotique en ce moment », a-t-il dit dans un discours donné lors d’un meeting politique vendredi.

Cette remarque n’est pas passée inaperçue et a été mise en parallèle avec la brutale campagne anti-drogues lancée par le président Duterte aux Philippines depuis un an et qui a fait des milliers de victimes.

Une campagne de meurtres délibérés qui a été condamnée internationalement, y compris par les Nations Unies.

L’Indonésie a pourtant déjà une des législations les plus répressives au monde en matière de drogues.

Le président Jokowi a été vivement critiqué au début de son mandat pour avoir ordonné les exécutions capitales de plusieurs condamnés pour violations de la législation sur les narcotiques.

Les mouvements des Droits humains et de nombreux gouvernements étrangers ont lancé des appels répétés pour que l’Indonésie révoque la peine de mort.

D’autant que celle-ci, contrairement à ce qui est affirmé par ses partisans dans le pays, a prouvé sa totale inefficacité dans la lutte anti-drogues.

La déclaration du président indonésien intervient une semaine après que la police a abattu un Taiwanais qui a résisté à la police lors de son interpellation.

Le chef de la police indonésienne Tito Karnavian avait affirmé après cet incident qu’il avait donné l’ordre à ses hommes de ne pas hésiter à tirer sur les trafiquants qui tentaient de leur échapper.

La police indonésienne est souvent critiquée pour ses manquements éthiques, qui vont de coups de feu systématiquement tirés à bout portant dans les jambes des personnes qu’ils arrêtent, même pour des larcins mineurs comme le vol de mobylette, à la pratique de la torture pour obtenir des aveux.

D’après Reuters.

Lire aussi :
LA POLICE AIMERAIT POUVOIR ABATTRE DEALERS ET TOXICOS COMME AUX PHILIPPINES
LA POLICE COMMENCE LA CHASSE AUX STUPEFIANTS QUI ENTRENT AUX GILI
Collusion police-média : un phénomène culturel
Le fonctionnement opaque et bananier de la police

SOURCEReuters
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE