THE JUNCTION HOUSE, DECOUVERTE DES GLACES RAPEES

PARTAGER SUR

THE JUNCTION HOUSE, LE NOUVEAU CONCEPT PARISIEN
DE DRISS TABAKKALT

Le restaurateur belgo-marocain bien connu de nos lecteurs (cf. La Gazette de Bali n°139 – décembre 2016) vient de rouvrir son établissement après près de 4 mois de travaux. Il a intégralement rasé The Junction pour en faire The Junction House, un mot de plus qui change tout, explications détaillées par l’intéressé dans le petit salon.

La Gazette de Bali : vous nous aviez annoncé il y a 6 mois un concept de restaurant à la maison, avez-vous tenu votre promesse avec le nouveau Junction ?
Driss Tabakkalt : j’espère que oui parce que j’y ai mis beaucoup d’énergie et de moyens. Nous avons rasé l’ancien The Junction jusqu’aux fondations pour rebâtir un tout nouveau restaurant qui a ouvert il y a quelques jours. J’ai fait une maison parisienne, un peu chic, haussmannienne avec une triple réception à l’étage. C’est donc une maison avec toutes ses pièces, ses salons, sa salle à manger, sa cuisine, son bureau dans lesquelles on peut manger à toute heure du jour.

LGdB : Alors pourquoi une maison haussmannienne à Bali, dans la « rue de la faim » ?
D T : J’avais envie de surprendre les gens. Les expats d’ici sont toujours un peu nostalgiques et à la recherche de trucs différents et nos amis Indonésiens n’ont pas forcément les moyens de se payer un voyage à Paris, alors j’ai fait venir Paris à eux. Nous avons particulièrement soigné le décor et ménagé de nombreux « selfie spots ». C’est la mode et il faut aller avec son temps, offrir une vraie valeur ajoutée avec un décor qui surprend. Et les gens sont ravis.

LGdB : Est-ce qu’à décor plus chic, carte plus chic ?
D T : On ne peut pas avoir de prétention culinaire sur Oberoi parce qu’il faut des prix vraiment abordables donc je n’ai quasiment rien changé à ma carte d’avant qui marchait bien. Sinon que je suis fier de mes origines belges et que j’ai ajouté quelques plats bien de chez nous comme la carbonade flamande, des boulettes sauce tomate, notre vol-au-vent et bien sûr, les habitués trouveront toujours leur choix de sandwichs Martino, Smos, poulet au curry ou au crabe.

LGdB : The Junction était déjà un succès, vous comptez faire de The Junction House un méga succès ?
D T : Oberoi est une rue exigeante qui compte des dizaines de restaurants. J’ai travaillé il y a quelques années avec un designer japonais pour Khaima et The Junction, ça m’a apporté beaucoup de succès. A présent, je collabore avec Alexia et Pierre, de l’Agence Léon, c’est eux qui ont transformé mon ancien restaurant marocain Khaima en Batik, avec son décor en batik revisité et modernisé, nous avons sérieusement amélioré la fréquentation à toute heure du jour. Et j’ai à nouveau misé sur eux pour attirer l’œil sur Oberoi, je suis très content de mon choix… On n’attend plus que vous à la maison !
The Junction House, Jl. Kayu Aya (Oberoi), Seminyak. Tél. (0361) 735 610
FB : The Junction House

ES SERUT, LA GLACE RAPEE EN DESSERT

La glace râpée est originaire de Chine, on en trouve des traces au VIIème siècle, bien avant l’invention des réfrigérateurs ! Tous les pays d’Asie qui ont une influence chinoise proposent une multitude de desserts à la glace râpée, et l’Indonésie n’a rien à envier à ce sujet à Taiwan, à la Thaïlande ou au Japon. Petite revue de quatre de ces délices dans quelques établissements choisis. Commencez votre voyage culinaire glacée à Ubud au Warung Pulau Kelapa (Jl. Raya Sanggingan, Ubud, en face de Paul Ropp) avec un es campur Solo, il est particulièrement réussi et bien équilibré. En voici les composants par couleur : vert pour le dawet ; marron pour l’agar agar au café ; jaune pour le tape (de l’igname fermenté) ; rose pour les sagu mutiara (des perles de sagou) et le bubur sumsum (le porridge de riz gluant) ; blanc pour le biji salak… Plus au sud, en revenant vers Kuta, arrêtez-vous au Warung Ole (Jl. Mahendradatta, Denpasar, en face de la station-service). Nous avons déjà écrit sur ce warung au décor amélioré, nous y revenons à présent pour ses desserts. Le plus surprenant, c’est l’es rujak kelapa, un mélange de sucre de palme, piment, tamarin, noix de coco jeune, eau de coco et bien sûr de la glace râpée. L’autre spécialité qu’on peut déguster dans ce restaurant, vient de Bandung, c’est le fameux es doger. Prenez de l’igname fermentée, du riz gluant, des perles de tapioca, de la nata de coco, du sirop et un peu de lait de coco, et vous avez certainement les secrets de beauté des femmes de Bandung ! Enfin, pour ceux qui se demanderaient où est passé le warung Kolega, voici une bonne raison d’y retourner en allant déguster en dessert un bon es teler : noix de coco jeune, jaque, avocat, lait concentré, eau de coco et glace râpée
warung Kolega, Jl. Dewi Sri n°17, Legian

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE