SBY : LES DEMOCRATIES SONT EN DANGER PARTOUT DANS LE MONDE

PARTAGER SUR

L’expansion de la démocratie est menacée par la montée de l’autoritarisme partout dans le monde, a mis en garde l’ancien président indonésien Susilo Bambang Yudhoyono lors d’un discours pendant la Conférence régionale sur la démocratie dans le Sud-Est asiatique.

SBY a affirmé qu’il n’avait pas d’explication à ce phénomène si ce n’est qu’il existait de véritables tentatives de revenir à l’autoritarisme globalement.

Selon lui, cela devrait faire régresser les progrès atteints par la démocratie ces dernières décennies.

« Il y a des doutes grandissants sur la nécessité et le mérite de la démocratie. Si cette tendance se confirme, il est possible que nous assistions à un recul de l’établissement de la démocratie tel que nous l’avons vu ces dernières décennies », a-t-il dit lors de cet événement organisé par Suhakam et la fondation Kofi Annan.

C’est une période de défi car de nombreuses démocraties sont en détresse ou même en sérieux désordre. Les pays qui sont passés à un système démocratique, comme ceux du Printemps arabe, ont des difficultés à atteindre la stabilité, l’unité et la croissance.

Quant aux démocraties établies de longue date, elles doivent faire face à de sombres perspectives économiques et à un déficit de confiance dans leur leadership.

« Dans certaines démocraties, l’impatience a remplacé l’amour-propre national. L’esprit de clocher a grandi et est reflété dans la xénophobie grandissante et l’islamophobie. Cela n’est pas une image pleine de promesses pour la démocratie et ceux qui y croient », a affirmé SBY.

Il a également pointé du doigt le populisme comme un autre facteur à surveiller, car à double tranchant.

« Cela peut servir une bonne cause, ou pousser en avant une mauvaise intention. Cela peut charmer autant que blesser », a lancé l’ancien président indonésien.

« Un leader populiste peut également faire appel aux forces sombres du pouvoir en prenant des décisions à courte vue juste pour faire plaisir au peuple, tout en heurtant la démocratie et les droits humains.

« Le problème, c’est que bien des politiciens ont bien compris que le populisme pouvait constituer un raccourci vers le pouvoir. Et que les leaders qui prennent parti pour des causes justes courent le risque de perdre leurs fonctions », a-t-il analysé.

Selon lui, l’état doit établir un équilibre entre la gouvernance et la liberté.

« S’il échoue à trouver ce point de convergence, l’équilibre est rompu et l’instabilité politique va en découler », a commenté SBY.

Il a enfin crédité positivement la société civile en Indonésie pour avoir maintenu la démocratie en vie lorsque le pays était au bord du chaos.

Durant son mandat à la tête de l’Indonésie, le président SBY avait très sérieusement proposé aux Nations-Unies d’instituer le délit de blasphème au niveau international.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UNE RÉPONSE