Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Installation à Bali, entre rêve et désillusion - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionJuillet 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

ReligionSportartPolitiqueEvenementcuisineSanteEconomieEnvironnementTourisme

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

A Bali, les perles arborent un éclat tout japonais

L’économie indonésienne se félicite de l’arrivée du Ramadan

Présendentielle : pour l’instant, c’est Joko-Wi, Prabowo-Non

Trois fameux guérisseurs de Bali au banc d’éssai

Avec Amanaska et Atlantis : l’Indonésie entre terre et mer

L’ascension des Pinnacles dans la jungle de Bornéo

Le scientifique Nicolas Baudin à Timor

Fanny Paulin : trouver l’amour dans un studio TV

On ne change pas un menu qui gagne : warung Mak Beng à Sanur

Mistral : pas besoin de latex pour mixer sexy

Une carte pour se désorienter

Fête nationale française le vendredi 18 juillet

12ème édition du gala annuel "I’m an angel" au KU DE TA

La Gazette de plus en plus connectée

Quand Barbie prend son breakfast à Bali

ON, ON pour le 8ème Bastille day HHH

Tous en maillot pour "Ocean Swim"

BALIPARAGAMES, deuxième édition

Agenda culturel juillet 2014

Mon Bali, par Sofia Z’Graggen

Ne jamais dire jamais au jamu

Un chef se met à table

Expatriation

par Socrate Georgiades | Edition de mai 2014

Installation à Bali, entre rêve et désillusion

Autant les touristes ont besoin de rêver sur une destination où ils ne passeront au mieux que quelques semaines, autant des candidats à l’immigration doivent avoir l’image la plus précise possible de l’endroit où ils désirent s’installer. Il serait trompeur de penser que le nombre croissant d’étrangers qui se fixent à Bali témoigne de conditions d’installation plus faciles qu’ailleurs. Le marathon pour trouver à se loger par exemple suscite rapidement le désenchantement.

Le fossé culturel, sociétal et juridique est tellement important entre l’Occident et l’Asie, en particulier l’Indonésie et encore plus précisément avec Bali, qu’il faut du temps, beaucoup de temps pour capter quelques mécanismes qui vous empêcheront de faire trop de bévues et surtout vous tireront de mauvais pas.

Un touriste est vulnérable pendant les premiers jours de son séjour, un candidat à l’expatriation pendant plusieurs mois si ce n’est les premières années.

Une installation réussie à Bali requiert quelques qualités. La première d’entre elles, c’est la faculté d’adaptation à un environnement totalement inconnu et parfois hostile. Votre rang social, vos moyens financiers, votre niveau d’études ne pourront pas grand-chose pour vous ici. Si vous avez un souci, vous ne pourrez jamais totalement compter sur un avocat, c’est difficile à entendre mais c’est la réalité. A travers de nombreux témoignages, nous avons noté ces dernières années que des gens aisés étaient même plutôt plus exposés que la moyenne des résidents étrangers aux arnaques diverses.

La seconde condition pour réussir son implantation, ce sont les moyens financiers. En attendant de commencer à gagner vos premières roupies, il faut des réserves suffisantes. Faut-il rappeler qu’il n’y a ici aucune aide sociale, ni allocations familiales, ni allocation logement, ni chômage... L’école est payante, un bon lycée international à Sanur coûte plus de 1000 dollars américains par mois, une assurance santé comprenant l’évacuation ne s’élève pas à moins de 2000 dollars par an pour un adulte de 35 ans, un permis de travail se monte à 1700 dollars par an à quoi s’ajoute la location d’une maison que l’on paie systématiquement à l’année, pas moins de 9000 USD mais bien souvent 15 000. Ne pas compter moins de 1500 USD/mois pour vivre modestement en couple et 5000 USD/mois pour vivre confortablement en famille avec deux enfants.

La troisième, d’ordre plus psychologique, c’est la faculté à nouer des relations sociales et c’est vital pour s’implanter. Il est bizarrement assez difficile de rencontrer des résidents étrangers à Bali, tous les nouveaux arrivants souffrent de solitude et parfois même de déprivation sociale. Certains notent aussi qu’il n’y a pas un fort sentiment de solidarité entre étrangers ; bien au contraire, ceux qui s’intéressent à vous le font bien souvent parce qu’ils ont quelque chose à vous vendre ! Alors, bien sûr, le conseil, c’est de savoir parler anglais, de se mettre rapidement à l’indonésien, et de trouver toutes les occasions possibles pour sortir et rencontrer. Cetains ont pris des retraites prématurées à 40 ans en rêvant à une vie de farniente et de plaisirs, la vérité, c’est qu’ils s’ennuient beaucoup ici (et certainement ailleurs aussi), il est nécessaire d’avoir une activité.

Quatrième qualité pour durer, c’est de ne surtout pas se précipiter, la précipitation mène à la catastrophe à Bali. Ces dernières années, nous avons recensé plusieurs exemples d’entrepreneurs ou de retraités qui ont investi dans les six mois après leur arrivée, tous sans exception sont repartis la queue basse ou bien se sont fait sévèrement plumer. Des gens plus ou moins mal intentionnés sont à l’affût de proies faciles. Ils ont parfois défrayé notre rubrique courrier, certains sont toujours à l’oeuvre. Alors gare à ceux qui endormiront votre méfiance, à ceux qui auront quelque chose à vous vendre rapidement et qui vous promettront de prendre tout en charge !

Nous vivons ici dans un endroit extraordinaire, soit, mais de non-droit ou presque.

Conclusion : si vous vous installez ici par hasard, parce que la vie n’est pas chère, parce que le soleil brille, parce qu’on peut faire du "monkey business" sans rien déclarer, alors votre installation tournera peut-être au cauchemar. De la même manière, si vous êtes ensorcelé par Bali et le sourire de ses habitants, que vous gardez votre esprit de touriste béat, alors plus dure sera la chute. En revanche, si vous avez envie de prendre un coup de jeune en révisant tous vos jugements sur la vie, si vous avez un peu l’esprit d’aventure, la faculté d’apprendre des fiers Balinais la survie et la vie tout court, alors vous vivrez une expérience très riche et plus jamais vous n’aurez envie de quitter Bali.

Vos commentaires

  • Le 20 mars 2011, par pommedeterre

    En général ceux qui veulent s expatrier pour l Asie et bien ils vont en Thaïlande. Voir pour certains en Malaisie dans certaines villes du style : kuala lumpur, penang et melaca (3 mois de visa gratuit pour un français).


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 18
  • Le 22 mai 2012, par FredJacquemin

    Expats de Bali Bonjour,

    Une petite prise de contact qui, je l’espère, portera ses fruits.
    Alors voilà : journaliste belge de 34 ans, expatriée à Marseille depuis plus de 10 ans maintenant, je cultive le rêve de pouvoir arpenter Bali tout prochainement, de rencontrer les Balinais mais aussi les expats qui ont choisi cette île pour y poser leurs valises, dans l’optique de vivre un voyage et une expérience qui ne pourront être qu’exceptionnels. Si mon ambition première en débarquant sur cette île paradisiaque est avant tout personnelle, portée par une envie de découvertes, de dépaysements, d’échanges et de partages, je projette également de pouvoir réaliser sur place quelques papiers destinés notamment à la presse belge avec qui je collabore régulièrement dans l’optique de rentabiliser mon billet d’avion. Mais voilà…. Débarquer à Bali et fonctionner exclusivement en solitaire n’est pas ce que je recherche. J’aspire davantage à m’y sentir entourée, guidée et conseillée par des personnes qui la connaisse et désireuses de partager un peu de leur temps et de leur expérience…. et surtout, leur logement. Voilà donc où je veux en venir : connaîtriez-vous autour de vous des expats qui seraient susceptibles de pouvoir accueillir chez eux, et pour un mois, la petite journaliste occidentale que je suis ? Il va sans dire que je participerai au loyer. Et puis pas d’inquiétude : on dit de moi que je suis plutôt bien élevée, sociable, agréable à vivre, joviale… bref, pas trop chiante ni envahissante en somme… ;0))
    Voilà. Si vous pouviez faire passer l’info autour de vous, où si vous-même êtes tenté par cette expérience… Je suis (presque) prête à partir ! Disons que j’attends de voir si les choses se mettent en place de ce côté avant d’organiser mon voyage.
    En vous remerciant vivement pour votre collaboration !
    A très vite j’espère !


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 24
  • Le 22 mai 2012, par FredJacquemin

    Expats de Bali Bonjour,

    Une petite prise de contact qui, je l’espère, portera ses fruits.
    Alors voilà : journaliste belge de 34 ans, expatriée à Marseille depuis plus de 10 ans maintenant, je cultive le rêve de pouvoir arpenter Bali tout prochainement, de rencontrer les Balinais mais aussi les expats qui ont choisi cette île pour y poser leurs valises, dans l’optique de vivre un voyage et une expérience qui ne pourront être qu’exceptionnels. Si mon ambition première en débarquant sur cette île paradisiaque est avant tout personnelle, portée par une envie de découvertes, de dépaysements, d’échanges et de partages, je projette également de pouvoir réaliser sur place quelques papiers destinés notamment à la presse belge avec qui je collabore régulièrement dans l’optique de rentabiliser mon billet d’avion. Mais voilà…. Débarquer à Bali et fonctionner exclusivement en solitaire n’est pas ce que je recherche. J’aspire davantage à m’y sentir entourée, guidée et conseillée par des personnes qui la connaisse et désireuses de partager un peu de leur temps et de leur expérience…. et surtout, leur logement. Voilà donc où je veux en venir : connaîtriez-vous autour de vous des expats qui seraient susceptibles de pouvoir accueillir chez eux, et pour un mois, la petite journaliste occidentale que je suis ? Il va sans dire que je participerai au loyer. Et puis pas d’inquiétude : on dit de moi que je suis plutôt bien élevée, sociable, agréable à vivre, joviale… bref, pas trop chiante ni envahissante en somme… ;0))
    Voilà. Si vous pouviez faire passer l’info autour de vous, où si vous-même êtes tenté par cette expérience… Je suis (presque) prête à partir ! Disons que j’attends de voir si les choses se mettent en place de ce côté avant d’organiser mon voyage.
    En vous remerciant vivement pour votre collaboration !
    A très vite j’espère !


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 24
  • Le 17 février 2013, par anouche k

    bonjour, une ecole de francais aurait-elle une quelconque chance de subsister ?
    merci de vos conseils avisés :)


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 19

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference