DES POLITICIENS DE HAUT VOL DANS L’AFFAIRE DE CORRUPTION e-KTP

PARTAGER SUR

La première audience du procès pour corruption du budget gouvernemental pour l’établissement de cartes d’identité électroniques en Indonésie (e-KTP) a démarré jeudi avec la possible implication de politiciens de premier plan.

Deux officiels de haut-rang, Irman and Sugiharto, ont été accusé d’avoir détourné des fonds de ce projet administratif d’envergure, causant un préjudice de 2,3 trillions de roupies à l’état.

Le nom du président de l’assemblée nationale, Setya Novanto, a été cité lors de l’enquête effectuée par la commission anti-corruption (KPK), l’agence rappelant que les deux fonctionnaires inculpés n’étaient pas les seuls acteurs de ce détournement. Certains députés les ont en effet aidé en votant pour l’allocation budgétaire du projet.

L’accusation affirme que pas moins de 37 législateurs de la Commission II, qui supervise ce genre de dossiers, ont reçu des parts de l’argent détourné en remerciement de leur aide apportée dans l’approbation du budget.

Aux côtés de Setya Novanto, on trouve les noms de deux politiciens de l’ancien parti démocrate au pouvoir, Anas Urbaningrum et Muhammad Nazarudin, déjà emprisonnés dans une autre affaire de corruption. Les trois hommes sont suspectés d’avoir eu un rôle primordial dans l’affaire.

Le budget total alloué pour ce programme était de 5,9 trillions de roupies (447 millions de dollars). Les trois hommes, ainsi que l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports (également en prison pour une autre affaire) Andi Mallarengeng auraient reçu 11% des fonds distribués, selon l’enquête.

« Les députés ont reçu 5% des fonds », a dit le procureur, ajoutant que Setya Novanto a joué un rôle important dans l’arrangement avec les députés chargés d’approuver le budget.

SOURCEJakarta Post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE