POLEMIQUE AUTOUR DE L’ENTRAINEMENT MILITAIRE DU FPI

PARTAGER SUR

La polémique autour de l’entrainement militaire des organisations civiles de masse continue après le limogeage du colonel Czi Ubaidillah à Lebak pour avoir dispensé un enseignement militaire aux membres du Front des défenseurs de l’islam (FPI) de sa région.

Contrairement à l’institution elle-même (TNI) qui s’était offusquée de la participation des extrémistes musulmans à ce programme de défense civile (Bela Negara), le ministre de la Défense Ryamizard Ryacudu a dit mardi que cet entrainement militaire était à destination de tous les citoyens, quel que soit leur background, y compris le FPI, mais qu’il devait être fait de la bonne manière.

« Tant que nous enseignons de bonnes choses, pourquoi pas ? Tout le monde dans le pays doit défendre l’état. Y compris le FPI », a dit le ministre.

Le porte-parole de l’armée, le général Wuryanto avait au préalable affirmé que l’institution avait interdit au FPI de prendre part à ce programme après qu’une séance photo d’une session d’entrainement à Lebak ait été publiée sur le compte Instagram de l’organisation fanatique.

Après le limogeage de commandement militaire de la garnison de Lebak, l’armée avait donné son assurance que le FPI ne serait pas autorisé de participer à ce programme sur l’ensemble du territoire national, sans toutefois publier une directive officielle sur le sujet.

Le FPI a ensuite posté sur les réseaux sociaux d’autres images montrant ses membres à l’exercice à Madura (Java-Est).

Le ministre de la Défense a affirmé que son département conduirait sa propre enquête sur l’incident de Lebak et sur l’éventualité d’une violation des procédures mises en place dans le cadre de ce programme de défense civile.

Lire aussi :
Bali : des « gangsters » enrôlés dans la défense civile

SOURCEJakarta Post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE