LES PEUPLES INDIGENES SE RASSEMBLENT POUR LEURS DROITS

PARTAGER SUR

Quelques milliers d’indigènes indonésiens se sont réunis pour leurs droits vendredi à Sumatra. Ils ont appelé le gouvernement à protéger leurs droits fonciers au moment où l’inquiétude concernant la survivance de certaines tribus est de plus en plus réelle.

Dans cet archipel de plus de 17 000 îles résident entre 50 et 70 millions de personnes indigènes, dont beaucoup n’ont aucun titre de propriété des terres sur lesquelles ils vivent avec leurs familles depuis des générations.

Depuis des décennies, ils ont été malmenés par les entreprises d’exploitation forestière, d’huile de palme ou encore minières qui se sont développées sur leurs sols coutumiers dans ce pays riche en ressources naturelles.

Le président Joko Widodo a promis d’améliorer leurs conditions d’existence, mais les activistes affirment que ses ambitions de développement des infrastructures et de la production d’énergie, notamment en construisant des barrages, va forcément déplacer des populations indigènes dans certains endroits.

« Bien que le gouvernement a de bonnes décisions sur le papier, nous continuons de faire face à des spoliations et des évictions forcées dans toute l’Indonésie », a expliqué Rukka Sombolinggi, vice-présidente de l’Alliance des Peuples indigènes de l’Archipel.

« Nous avons la volonté de partager, mais le développement doit se faire avec notre consentement », a-t-il dit.

Plus de 5000 personnes venant de 2000 communautés indigènes se sont réunies dans le village de Tanjung Gusta, près de Medan, capitale de Sumatra-Nord.

Cette réunion organisée par l’Alliance a lieu tous les cinq ans.

La Cour constitutionnelle indonésienne a établi en 2013 que les peuples indigènes ont le droit de gérer les forêts dans lesquelles ils vivent, dans un verdict perçu comme une victoire pour leurs droits.

En décembre dernier, le gouvernement a annoncé qu’il rendrait 13 000 hectares de terres coutumières et s’est engagé à rendre un total de 12,7 millions d’hectares (la taille de la Grèce environ) à ces peuples.

Lire aussi :
L’INDONESIE COMMENCE A RENDRE LEURS TERRES AUX INDIGENES

La ministre de l’Environnement et des Forêts a réitéré l’engagement du gouvernement envers les peuples indigènes vendredi.

Rukka Sombolinggi, qui vient de la tribu des Toraja (Célèbes), a loué ces développements mais a rappelé que les réformes légales étaient lentes.

Plus de 230 leaders indigènes et activistes sont actuellement en procès pour sauver leurs terres coutumières, a-t-elle rappelé, alors qu’au moins six tribus sont en danger d’extinction totale en raison de conflits fonciers.

D’après Thomson Reuters Foundation.

SOURCEReuters
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE