PAPUA : UNE MARCHE POUR L’INDÉPENDANCE A JAKARTA

PARTAGER SUR

Vendredi dernier, 1er décembre, quelques dizaines de manifestants se sont réunis dans le centre de Jakarta pour demander l’indépendance de la Papouasie indonésienne.

Les manifestants avaient apporté des banderoles et ont chanté des chansons traditionnelles de la Papouasie occidentale pour montrer leur opposition à ce qu’ils perçoivent comme une occupation étrangère de leur territoire.

« Nous ne sommes pas indonésiens, nous sommes l’Étoile du Matin et vous avez dit rouge et blanc », ont scandé les manifestants, faisant référence aux couleurs nationales de leur drapeau indépendantiste Morning Star.

Les manifestants, membres de l’Alliance des Étudiants papous et du Front populaire d’Indonésie pour la Papouasie occidentale, demandaient également que le gouvernement indonésien ferme la mine Freeport McMoRan, opérée par des capitaux des Etats-Unis.

Cette manifestation s’est produite la veille de l’anniversaire de la première déclaration d’indépendance de la Papouasie occidentale, le 1er décembre 1961.

Un des activistes présents a dit devant les caméras : « La relation entre la Papouasie et l’Indonésie est comme un mariage illégal. »

« Nous sommes différents de l’Indonésie, et cela fait longtemps. Vous êtes blancs, nous sommes noirs, vos cheveux sont raides, les nôtres frisés, sommes-nous frères ou voulez-vous simplement nos richesses naturelles ? », a lancé un orateur devant les forces de l’ordre.

« Après le 1er décembre 1961, le président Soekarno a ordonné la Trikora, 19 jours plus tard à Jogjakarta, afin de mettre la main sur la Papouasie occidentale et dissoudre le pays », a expliqué Surya Anta, porte-parole du Front populaire d’Indonésie pour la Papouasie occidentale.

Trikora est le nom donné par les autorités militaires indonésiennes à l’invasion et l’annexion de l’ancien territoire hollandais de Nouvelle Guinée, qui a duré neuf mois.

Les manifestants avaient prévu de marcher en direction des bureaux de Freeport à Kuningan, Jakarta-Sud, mais ont été stoppés par les forces de l’ordre dans le centre-ville.

Cette manifestation des étudiants papous n’a bénéficié de quasiment aucune couverture médiatique dans la presse de l’Archipel.

Lire aussi :
PAPUA : 1300 VILLAGEOIS OTAGES DE SEPARATISTES
INCIDENT EN PAPUA ENTRE POLICE ET VILLAGEOIS : 1 MORT ET PLUSIEURS BLESSES
Papua : Le talon d’Achille du gouvernement
FREEPORT : UNE NOUVELLE ATTAQUE FAIT 1 MORT ET 4 BLESSES
UNE ATTAQUE DE TIREURS SUR FREEPORT FAIT 3 BLESSES
L’INDONESIE CRIE VICTOIRE DANS SON CONFLIT AVEC FREEPORT
PAPUA : 1300 VILLAGEOIS OTAGES DE SEPARATISTES

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE