DES ORDURES POUR LA SECU, LE PROGRAMME FUTE DU DOCTEUR ALBINSAID

PARTAGER SUR

Gamal Albinsaid est un jeune médecin indonésien de 27 ans qui a inventé un système de couverture santé à destination des plus pauvres. Le principe est très simple : les gens payent avec des ordures. Baptisée Garbage Clinical Micro-Insurance (GCI), cette idée a déjà reçu de nombreuses récompenses dans le monde en raison de son ingéniosité et est déjà une réalité à Malang, ville d’origine de ce jeune médecin inventif que de nombreuses personnalités internationales soutiennent activement. Récapitulatif d’une solution simple et efficace pour venir en aide à ceux qui en ont besoin…

garbage-clinical-insuranceA y regarder de près, cette idée semble résoudre deux problèmes insolubles pour une part importante de la population indonésienne mais aussi mondiale. Celui des déchets et celui de la couverture médicale. A l’origine de cette initiative, Indonesia Medika, le pool de jeunes chercheurs indonésiens menés par Gamal Albinsaid. Le constat part du fait que 18% des Indonésiens gagnent moins d’un dollar par jour (et près de la moitié seulement deux dollars par jour) et que la plupart des villes n’ont pas de système de gestion des ordures en rapport avec la croissance de la consommation dans le pays. Sur les milliers de tonnes de déchets produits quotidiennement dans une grande ville indonésienne, au mieux 60% se retrouvent collectés et traités. Et à condition que les foyers acceptent de payer par mois un abonnement aux services de la municipalité ou à des sociétés privées, souvent trop chers pour les plus démunis. Le reste est dispersé dans l’environnement. 90% des ordures produites dans le pays ne sont pas recyclées. GCI propose donc son propre service de traitement des ordures, optimisé afin d’en extraire une plus-value, en échange de quoi, les adhérents obtiennent un accès aux soins dans les cliniques construites par GCI ou celles partenaires du programme.

Malgré le programme de couverture sociale mis en place par le gouvernement ces dernières années (BPJS), 60% des Indonésiens n’ont pas encore de sécurité sociale. Les foyers indonésiens ne dépensent en moyenne que 2,1% de leurs revenus pour leur santé. Cela est très bas par rapport aux autres pays de la région. GCI propose alors son propre système de récupération des ordures pour un montant de 10 000 roupies par mois. Avec cet argent et celui obtenu par le recyclage des déchets, GCI est alors en mesure de proposer des soins gratuits à ses membres. La principale source de revenus de GCI vient du retraitement des déchets. Ils se répartissent en trois secteurs : les fertilisants fabriqués d’après les déchets biodégradables, les différents produits fabriqués par recyclage et les déchets réutilisables. Les membres apportent les ordures à la clinique sur une base régulière, normalement une fois par semaine.

garbage-clinical-insurance-sampleGCI estime que seulement 15 à 20% de ses membres auront besoin de soins médicaux. Le coût de ces soins est estimé à 2,5 dollars par membre. Selon ce schéma, plus de 50% des sommes collectées auprès des adhérents peuvent dès lors être utilisées pour améliorer l’hygiène sanitaire et prévenir les maladies, des bénéfices concrets pour ceux qui ne tombent pas malades et qui seraient tentés d’arrêter. Ces services de santé pour les communautés se déclinent sous plusieurs formes : consultations gratuites par téléphone, service d’ambulance, tests de cholestérol et diabète, programme de santé familiale, conseils nutritionnels, croissance des enfants, suivi des maladies chroniques, convalescence après hospitalisation. Selon le fondateur, ce système a le bénéfice de responsabiliser les personnes qui souscrivent à cette assurance-santé aussi sur les questions d’environnement et de gestion des déchets. Les détritus acquièrent soudainement de la valeur puisqu’ils peuvent être « troqués » contre des soins médicaux et une meilleure qualité de vie.

Changer la perception des gens sur les ordures
Prince-charles-gamal-albinsaidGamal Albinsaid explique que le principe fondateur de GCI réside dans la possibilité enfin donnée aux communautés de créer un financement durable basé sur leurs propres ressources pour l’acquisition d’une meilleure hygiène de vie. Sous un angle différent, cela devient aussi un moyen de stimuler la gestion des déchets au niveau des foyers. Cela contribue par conséquent à l’amélioration des conditions sanitaires dans un lieu donné. « Avec cette assurance-santé, nous changeons la perception que les gens ont des ordures, aime à dire le jeune docteur. Nous faisons la promotion d’investissements pour la santé avec des ordures. » Il y a beaucoup d’adhérents parmi les pemulung (chiffonniers), mais aussi au sein des mères de famille. Mais n’importe quel citoyen peut rejoindre GCI car c’est l’enthousiasme des adhérents qui garantit le succès de ce système auprès d’une plus large communauté.

Les cliniques GCI ont déjà ouvert dans cinq endroits différents. Chaque établissement regroupe environ 500 adhérents en moyenne avec un système de carte de membre et il est prévu que GCI se développe dans d’autres villes d’Indonésie à l’avenir. Les médecins de GCI consultent tous les jours de la semaine entre 7h du matin et 9h du soir. Afin d’améliorer son efficacité, les ressources humaines de GCI viennent de toutes sortes d’horizons médicaux, des médecins, des sages-femmes, des infirmières, des pharmaciens, des dentistes et des secouristes. GCI a recruté jusqu’à maintenant 88 volontaires, 15 docteurs et 12 infirmières. Tous les services sont payés par l’argent des déchets fournis par les adhérents, ce qui donne en outre à GCI une totale durabilité sur le long terme. GIC mène également des programmes d’éducation sur la santé et fait la promotion de certains comportements qui doivent bénéficier à la communauté. Cela concerne le bien-être des séniors, des femmes enceintes, des conseils pour l’accouchement, l’importance du lait maternelle, des cours de santé reproductive pour les adolescents, des conseils de vie saine pour les petits. GIC produit et distribue également un manuel avec tous ces conseils santé expliqués de manière simple et illustrée.

Un jeune docteur jamais à court d’idées !
garbage-clinical-insurance-sample2-L’ingéniosité de ce système doit beaucoup à ce jeune docteur très actif qui n’a de cesse de trouver des solutions futées pour améliorer la vie de ses concitoyens. Gamal Albinsaid est aussi à l’origine de nombreuses autres initiatives comme un centre de soutien aux femmes pendant leur grossesse, une méthode de développement pour les mères et leurs nouveau-nés, une méthode de compilation de données médicales pour les hôpitaux, une méthode d’hygiène sanitaire pour les villages et bien d’autres encore comme cette sorte de ceinture musicale pour les femmes enceintes afin d’améliorer le développement du fœtus par la musique ! On le voit, le docteur Albinsaid n’a pas peur de se disperser ou n’est jamais à court d’une idée positive !

Toutes ces innovations à caractère social et altruiste ont valu au médecin originaire de Malang de remporter le prix du Jeune entrepreneur en développement durable Unilever, qu’il a reçu des mains du prince Charles à Londres en janvier 2014. Il était en lice avec 511 entrepreneurs sociaux de moins de 30 ans issus de 90 pays. Mais c’est à un total de 35 récompenses nationales et internationales dont fait aujourd’hui état sa biographie officielle, allant de l’Université de Californie à celle de Cambridge et à la Banque de Développement asiatique. Une popularité mondiale qui lui a permis de rencontrer des gens importants, comme l’ancien secrétaire d’Etat américain John Kerry, qui ont pesé de tout leur poids dans les projets du jeune docteur indonésien. Il a également rencontré le président Jokowi et il est question d’intégrer la méthode GCI à la toute nouvelle sécurité sociale indonésienne (BPJS) dont la cotisation mensuelle, bien que minime, reste hors de portée pour les plus pauvres. Du grain à moudre à n’en pas douter pour les décideurs de tout poil et un exemple à suivre pour les services sociaux du pays.

 

Indonesia Medika, Jl. Kedawung n°17, Malang.
Tél. 085 692 625 588, 082 139 868 925,
081 234 571 803

gamal-albinsaidgarbage-clinical-insurancegarbage-clinical-insurance-samplegarbage-clinical-insurance-sample2-Prince-charles-gamal-albinsaid
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE