On ne change pas un menu qui gagne : warung Mak Beng à Sanur

PARTAGER SUR

Comme tous les Balinais, j’avais évidemment entendu parler du Warung Mak Beng à Sanur. Pourquoi ? Parce qu’il s’agit du plus ancien rumah makan de toute la région ! La légende dit qu’une certaine Ni Ketut Tjuki a créé ce warung en 1941, avant qu’il ne devienne célèbre sous le nom de Mak Beng.

Tout au bout de la Jalan Hang Tuah, à peine quinze mètres avant la plage, ce grand warung est entouré d’un muret en pierre typiquement balinais et de pots de frangipaniers. Les murs sont tapissés de photos des personnalités qui sont déjà venues se délecter de la cuisine du lieu. Le bruit court qu’Ibu Megawati passerait par ici chaque fois qu’elle est en visite à Bali. Cette noble institution est tous les jours prise d’assaut par une foule qui brûle de connaître la spécialité maison. A l’heure de pointe, les clients, pour la plupart des touristes indonésiens, doivent faire la queue avant de trouver une place assise. L’attente se fait dans la bonne humeur et l’odeur de poisson frit.

Nous avons de la chance de conquérir quelques centimètres sur un des bancs à l’extérieur, là où le vent marin arrive mieux à chasser les effluves venant de la cuisine que les ventilateurs de l’intérieur. Nous saluons les autres membres de notre tablée et attendons le repas. Pas besoin de le commander : ici, on ne sert qu’un menu unique ! Pour le choix, il reste les boissons. Je fais découvrir à mes compagnons le temu lawak. Bien sûr, ce jus n’est pas une rareté à Bali, car ces petites bouteilles vertes sont en vente dans presque chaque warung. Mais je suis certaine que beaucoup parmi vous n’ont jamais goûté à ce breuvage très désaltérant. Le temu lawak est une plante du genre des curcumas et fait partie de la même famille que le gingembre et la cardamome. Ses racines possèdent des vertus médicinales qui aident à soigner les troubles digestifs de nos estomacs fragiles. Aucune connotation médicale cependant dans l’agréable goût de ce jus qui, au contraire, est légèrement pétillant. Idéal pour rafraîchir le palais lors d’un repas pimenté et pour faciliter la digestion d’un plat trop gras !
Malgré la foule, la spécialité maison arrive rapidement : un menu ikan laut, du poisson de mer. Un bol de soupe de tête de poisson ; bonjour, vous venez de faire connaissance avec la bouillabaisse balinaise. Une assiette de riz blanc et une autre avec une darne de poisson, du sambal terasi (pâte pimentée à base de crevettes) et une rondelle de citron vert. Le tout pour Rp 34.000 ! La soupe de poisson est très goûteuse. A l’intention de ceux qui la considèrent trop épicée, on y a ajouté des rondelles de concombre cuite pour ranimer les papilles engourdies par le piment. Ma darne frite est tout aussi savoureuse, croquante à l’extérieure et tendre dedans. Comme condiment, le sambal arrosé du jus de citron me convient parfaitement.
Comme poisson du jour, nous avons droit à du cakalang (bonite à ventre rayé) et du jangki (vivaneau voyeur) pour la soupe. Peut-être que demain, y aura-t-il une autre variété ? Comme on dit dans les bons restaurants : « arrivage selon la marée ». Je suis néanmoins consciente que ce menu unique ne peut pas vraiment satisfaire un fin gourmet occidental. Peut-être faut-il simplement considérer que l’ikan laut de Mak Beng est à Sanur ce que le babi guling d’Ibu Oka est à Ubud. Si vous voulez plonger vos amis vacanciers dans une ambiance 100% locale avec la mention « dépaysement total assuré », alors c’est l’adresse qu’il faut retenir. Soyez toutefois prêts à faire la queue, à assumer la convivialité et à accepter la transpiration.

Warung Mak Beng, Jl. Hang Tuah n°45, Sanur (au nord de l’Hôtel Inna Grand Bali Beach), ouvert de 9h30 à 17h (ou même avant, si tout a été vendu). Tél. (0361) 282 633

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE