NOUVEL APPEL DANS LE CAS DE L’ASSASSINAT DE MUNIR

PARTAGER SUR

L’affaire de l’assassinat par les services secrets indonésiens de l’activiste Munir reste irrésolue près de 13 ans après les faits.

Néanmoins, les activistes qui soutiennent l’établissement de la vérité viennent de déposer une requête auprès de la Cour suprême contre un rendu qui a annulé jeudi dernier l’obligation de déclassifier le dossier concernant le défenseur des Droits de l’Homme.

Selon eux, ce verdict légalise le crime d’Etat. « Ce verdict confirme que l’Etat, par ses différents instruments, continue de couvrir la vérité dans le dossier Munir. Nous allons déposer un appel », a expliqué la veuve de l’activiste, Suciwati.

« Le rendu de la cour est entaché d’irrégularités, le panel de juges n’a jamais examiné le cas de façon ouverte, il a seulement invité les parties prenantes à la lecture de leurs conclusions », a-t-elle ajouté.

La décision de jeudi dernier a provoqué la colère des activistes, qui avaient déjà été outrés par l’affirmation du Secrétariat d’Etat qui pretend ne pas savoir ce que sont devenus les différents éléments du dossier.

Ce secrétariat a la charge de fournir une assistance administrative au président. Les activistes rappellent que les éléments de l’enquête avaient été fournis par une équipe d’enquêteurs à l’ancien président SBY en juin 2005.

Munir Said Thalib a été empoisonné à l’arsenic pendant un vol entre Singapour et Amsterdam en 2004.

L’ancien pilote de ligne Pollycarpus Budihari Priyanto, accusé d’avoir préparé lui-même le plateau repas mortel, a été condamné à 14 ans de prison pour meurtre avec préméditation, toutefois, la tête pensante derrière l’exécution de Munir reste inconnue à ce jour.

Les résultats de l’enquête n’ont jamais été rendus publics.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE