MORT D’UN BEBE CAR LA FAMILLE NE POUVAIT PAYER L’ADMISSION A HOPITAL

PARTAGER SUR

Debora, un bébé de 4 mois, est morte aux urgences de l’hôpital Mitra Keluarga Karyasehat, un des plus importants établissements hospitaliers indonésiens, parce que les parents ne pouvaient payer l’avance exigée à l’admission.

L’info est devenue virale sur les réseaux sociaux et illustre une fois encore la déficience du système de santé indonésien dans son ensemble malgré la mise en place récente d’un système de sécurité sociale.

La petite fille, diagnostiquée avec une anomalie cardiaque et des difficultés respiratoires, est morte dans la salle des urgences de Mitra Keluarga Kalideres, Jakarta-Ouest, le 3 septembre dernier, après avoir attendu pendant six heures d’être transférée dans une unité de soins intensifs.

Bien que l’établissement de Kalideres possède aussi ce service, le bureau des admissions n’en a pas autorisé l’accès parce que les parents ne pouvaient payer l’avance nécessaire.

L’hôpital a passé un communiqué vendredi dernier affirmant que le bébé avait reçu immédiatement à son arrivée à 3h40 du matin un traitement afin de stabiliser sa condition.

Le médecin de garde a établi l’état de l’enfant comme « très critique » et a suggéré un traitement en soins intensifs au département pédiatrie.

La version des faits tels qu’ils ont été relatés sur Facebook a fait mention de la demande irrévocable par l’administration hospitalière d’un versement de 19,8 millions de roupies avant de procéder à une quelconque intervention.

L’admission a fermement refusé de négocier le montant de cette avance, retardant toute intervention médicale pendant des heures.

Dans la version décrite sur Facebook, il est raconté que le père de la petite fille, Rudianto Simanjorang, n’aurait pu verser que 5 millions, c’est-à-dire tout ce qu’il avait sur son compte bancaire.

Il aurait promis de revenir avec la somme plus tard dans la journée.

L’hôpital est resté inflexible, exigeant le payment des 19,8 millions avant l’admission en soins intensifs.

Les soins en urgence ont cependant continué d’être prodigués et l’administration a aidé la famille à chercher un établissement qui accepte les patients couverts par la sécurité sociale (BPJS).

Vers 9h00 du matin, la famille de la petite fille a finalement trouvé un hôpital pouvant accueillir un patient avec la couverture sociale mais l’état du bébé a soudainement empiré, malgré les soins donnés pendant 20 minutes pour tenter de la maintenir en vie.

Lire aussi :
Cas Prita : société civile contre mauvaises manières du passé
Un hôpital sans argent
DES ORDURES POUR LA SECU, LE PROGRAMME FUTE DU DOCTEUR ALBINSAID

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE