Mon Bali, par Kirsten Sikiotis

PARTAGER SUR

Pourquoi Bali ?
J’avais déjà visité l’île une fois, en 2002, avec ma mère. Mais c’est surtout pour le travail que je suis venue vivre ici : originaire de Melbourne, je travaillais dans une société de prêt-à-porter jusqu’à ce que je reçoive une proposition pour œuvrer dans une des filiales de l’entreprise à Bali. C’était en 2008. J’ai par la suite eu l’opportunité de travailler pour Maidenlove, une marque de mode créée en Australie et qui appartient à une société indonésienne. Un magasin a ouvert sur Jalan Kayu Aya en juillet 2011, où je travaille actuellement avec sept autres employés. C’est également à Bali que j’ai rencontré mon mari, il y a 4 ans.

Qu’est-ce que tu fais à Bali ?
Je suis donc chargée de gérer les affaires de la boîte mais également de concevoir des vêtements. Je travaille surtout sur les accessoires en cuir, plus particulièrement sur le design de chaussures. Autrement, je conçois des vêtements pour femmes mais également pour les hommes depuis peu, ainsi que des maillots de bain. A la base, l’idée était d’utiliser le plus possible des produits de Bali : les produits sont en fibres naturelles, en soie… Soucieuse de l’environnement, j’ai pour projet de fabriquer des produits 100% naturels. Je travaille également en coopération avec la fondation « Bali Wise », qui organise un programme d’éducation gratuit et offre des possibilités d’emplois aux filles et femmes indonésiennes ; notamment dans les métiers de l’artisanat et du tissage.

Quels sont tes rapports avec la communauté francophone ?
J’en ai très peu, je ne connais aucun Français et pourtant, on en croise partout sur l’île. Ma seule amie francophone est une Italienne qui écrit dans votre journal la rubrique sur l’éducation.

Si on te demandait trois adresses pour manger ?
Le Lacalaca est un très bon restaurant mexicain sur Jalan Drupadi. Dans la même rue, le Warung Kazuya est un super établissement japonais dans le style warung, parfait pour déjeuner. Le Desa Seni Resort, le complexe où je vais suivre mes cours de yoga, possède également un restaurant avec de la très bonne nourriture bio. Il se trouve sur Jalan Subak Sari à Canggu.

Un artisan hors du commun ?
Il y en a tellement… J’ai notamment rencontré d’épatants artisans du bois, mais si je ne devais citer qu’une personne, il s’agirait d’Elisa, une formidable femme spécialisée dans les bijoux et les broderies de perle. Sa boutique se nomme « Elisa Rainbow » et se trouve sur Jalan Raya Legian.

Et où sors-tu ?
J’aime bien le Kudeta pour leurs fameux sunset drinks. Sinon pour boire un verre, j’aime bien me rendre au Potato Head sur Jalan Petitenget : ils font d’excellents cocktails, l’ambiance est festive et le bar accueille souvent de très bons DJ. Mantra est aussi un bar super pour rencontrer des amis, également sur Jalan Petitenget.

Un endroit pour une escapade ?
J’adore aller au sud de l’île, à Bingin Uluwatu, pour faire du surf ou simplement me reposer sur la plage. Sinon, Gili Trawangan est vraiment top pour un weekend pas trop loin de Bali. J’y vais avant tout pour faire de la plongée libre mais les plages sont également magnifiques. Je conseille plus particulièrement le Gili Eco Villas Resort.

Alors, Bali, c’est le paradis ?
Ça reste le paradis, même si je vois une vraie différence avec le Bali que j’avais découvert – notamment par rapport à la pollution, les déchets… Mais les Balinais sont devenus plus responsables vis-à-vis de l’environnement, notamment en recyclant. Il faut souligner à ce titre le travail de l’association Eco Bali et de la fondation ROLE, cette dernière prenant en charge le nettoyage des plages et remontant les cours d’eau afin de trouver la source du problème et d’éduquer les populations.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE