DES MILICIENS ANTI-COMMUNISTES PERTURBENT UN MEETING : 5 BLESSES, 22 ARRESTATIONS

PARTAGER SUR

Une foule de miliciens nationalistes s’est opposée dimanche à une discussion publique sur les massacres de communistes perpétrés en 1965-66 et a tenté de s’introduire de force dans le bâtiment où ces « communistes » étaient censés se réunir, blessant cinq policiers.

Le porte-parole de la police Argo Yuwono a affirmé que 22 personnes avaient été arrêtées lundi pour avoir fomenté ces violences.

L’émeute s’est produite après que la police ait bloqué l’accès au bâtiment samedi afin de stopper ce forum sur les massacres, que certains historiens estiment avoir coûté la vie à une demi-million de personnes.

Bonnie Setiawan, un des organisateurs, a expliqué que 200 personnes se sont retrouvées cernées dans le bâtiment, qui est le siège de la Fondation indonésienne pour l’aide juridique (YLBHI) et de l’Institut de l’aide juridique de Jakarta (LBH).

Les activistes présentaient une performance, “Asik Asik Aksi », basée sur les événements de 65.

La performance a été stoppée par les autorités parce que les organisateurs n’avaient pas l’autorisation.

Cela n’a pas empêché une cinquantaine de personnes habillées en tenue paramilitaire et se réclamant des Laskar Merah Putih (Combattants rouges et blancs), de cerner le lieu de la réunion, accusant les participants d’être des supporteurs du parti communiste indonésien (PKI) pourtant interdit depuis un demi-siècle.

Cet incident a été déclenché par des intox devenues virales sur les réseaux sociaux, décrivant le meeting comme une tentative de faire revivre le PKI, a expliqué la présidente de YLBHI, Asfinawati.

Lire aussi :

UN FORUM SUR LES EVENEMENTS DE 65 INTERDIT PAR LA POLICE
UN MALAISIEN ARRETE POUR UN T-SHIRT COMMUNISTE
MASSACRES 65-66 : L’INDONESIE REJETTE LE VERDICT DE LA HAYE
Massacres de 65-66 : Quand les zéros sont des héros
Il y a 50 ans, en pleine Guerre Froide, l’Indonésie passait à l’Ouest
Le Festival de littérature ASEAN (ALF) perturbé par des groupes musulmans

SOURCEMiami Herald
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE