Mauvaise fin du monde et bonne annee, une occasion de changer

PARTAGER SUR

Si vous lisez cette colonne, c’est que la fin du monde ne s’est pas aussi bien déroulée que prévue et que, comme chaque année, vous avez probablement pris quelques résolutions… Alors, qu’est ce qui va changer cette année ? En général, on prend trois résolutions : se remettre en forme, mieux manger et s’arrêter de fumer et/ou boire… Et, surprise, à la lecture de cet article, dès la première semaine de janvier, 25% d’entre vous les auront déjà abandonnées… Telles sont les statistiques ! Malheureusement, avec le temps, les choses ne s’améliorent guère. Moins de 50% sont toujours sur le bon chemin 6 mois plus tard et 80% de ceux qui avaient commencé un programme de remise en forme (fitness) auront abandonné dans les 8 premières semaines, à la grande joie des clubs qui auront encaissé vos frais d’adhésion ! La bonne nouvelle, c’est que l’acte même de prendre une résolution de début d’année augmente les chances de succès. Une étude a démontré qu’après 6 mois, ceux qui avaient pris une résolution, avaient 10 fois plus de chance de réussir que ceux qui n’en n’avaient pris aucune (46% contre 4%). Alors comment garder l’enthousiasme et la discipline, des mois après avoir balayé les confettis du Nouvel An ?

Le germe de l’échec réside dans la raison derrière notre résolution : souvent, on prend une résolution pour essayer de se conformer à ce que l’on croit être bon ou meilleur pour nous, mais pas forcément par véritable conviction, (exemple : je vais maigrir parce que c’est bon pour ma santé). Une telle résolution crée une obligation qui est vite oubliée parce que trop compliquée et contraignante. Le changement personnel est malheureusement beaucoup plus complexe et exigeant. Un autre facteur qui déraille nos résolutions est notre taux d’engagement : on a souvent tendance à avoir les yeux plus gros que le ventre et prendre plus de responsabilités que l’on ne peut soutenir. Au bout du compte, surmenage et manque de temps font faillir nos résolutions de Nouvel An. Si, par contre, nous basons nos résolutions sur des décisions plus complexes, alors elles relèvent plutôt d’un « projet ». Le projet s’appuie sur un désir profond et un rêve important. C’est plus une démarche à long terme, un processus qui inclut les échecs, les succès, les ajustements, etc. Notre désir et notre vision soutiennent cette démarche et en assurent son succès, plus que notre force de volonté, souvent faillible !
Alors, pour 2013, je vous souhaite plein de projets chargés de désirs et de rêves…

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE