MARS & VENUS A BALI

PARTAGER SUR

Il n’y a pas eu besoin de beaucoup me prier pour que je remette deux ans plus tard ce sujet inépuisable sur le tapis…
Il est possible que mon Indonésien de chéri et moi soyons de la vieille génération et que le jeune mâle moyen n’utilise plus son T-shirt pour éponger les flaques d’eau, n’ait plus les poches percées, soit définitivement écolo et jette désormais sa boîte de biscuits vide au lieu de la remettre dans le placard, mais, pour le moment, ça ne m’a pas encore sauté aux yeux.

Cela va faire bientôt vingt ans que j’ai rencontré mon premier Homme de Java. La vallée de Solo a un temps été considérée comme le berceau de la civilisation et c’est justement là qu’est né mon homo erectus. Le cheveu long et l’arcade sourcilière prononcée, il préférait cependant manier la télécommande de la télé plutôt que le gourdin. Dix années de vie commune furent suivies d’une expérience presqu’aussi longue avec un de ses compatriotes.

D’après mon expérience et celle de certaines de mes copines, le mâle indonésien est souvent ce qu’on appelle ici ironiquement un « ABG » (= Anak Belum Gede), un ado quoi ! Boudant les taches triviales et routinières du quotidien, il ne lui sera – hélas – pas possible de changer, lui qui a été bichonné par une maman/grand tante ou une bonne qui lui disaient : « Laisse, je vais le faire ! »

Dommage car, par ailleurs, il a été élevé – vous l’avez sûrement remarqué – à se mettre en quatre pour son prochain. Véritable chevalier servant, il n’hésitera pas à vous secourir sous une pluie torrentielle, réparera votre scooter en un clin d’œil sans broncher et vous fera avec le sourire en prime un petit massage pour alléger votre stress ! Tout ça, ça n’a pas de prix !

Sinon, on ne peut pas lui reprocher de chercher la confrontation, il a plutôt nettement tendance à la fuir. Alors, si vous comptez partager votre vie avec cet être sensible et romantique et désirez faire son bonheur mettez à sa disposition une garçonnière, une caverne où il pourra se réfugier par moments tout comme son homologue occidental (cf. John Gray, « Les hommes sont de Mars…») où il pourra étaler son fouillis tout en reposant ses tympans délicats après que sa dulcinée bule lui ait servi une soupe au lait à la française !

Et pour éviter que votre vie se résume à « passer à longueur de journée l’aspirateur avec un gamin qui vous suit en mangeant des biscottes » comme je lisais quelque part, il vous faudra prendre le paket avec la femme de ménage inclue. C’est la combinaison gagnante, il suffisait d’y penser !

 

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE