POUR L’INDONESIE, LA PECHE ILLEGALE EST UN CRIME TRANSNATIONAL

PARTAGER SUR

La ministre des Affaires maritimes d’Indonésie Susi Pudjiastuti, qui est connue pour envoyer par le fond les navires de pêches étrangers illégaux pris dans les eaux de l’Archipel, vient de demander aux Nations Unies de déclarer la pêche illégale comme un crime organisé transnational.

Ce type de délit, labellisé « illegal, unreported and unregulated fishing » ou IUUF, est de plus en plus fréquent et est devenu une préoccupation majeure dans nombre de pays. Un mouvement a donc vu le jour dans le but de prévenir cette surpêche illégale, a-t-on commenté à l’ONU.

Bien qu’il soit difficile de mettre en chiffres la pêche illégale dans le monde, les entreprises de pêche ont produit en 2012 en gros 160 millions de tonnes de poissons et généré plus de 129 milliards de dollars d’exportations, selon la Banque mondiale.

Il n’y aucun doute parmi les spécialistes du dossier que les pertes dues à la pêche illégale se chiffrent en dizaines de milliards de dollars.

Parlant à la tribune à New-York lors de la conférence sur les océans, Susi Pudjiastuti a affirmé que les navires impliqués dans cette pêche illégale « sont également impliqués dans le trafic de drogues, d’armes, et d’autres produits illégaux, même le trafic humain. Cela perturbe la compétition économique nationale car les auteurs n’ont aucun coût et réalisent d’énormes profits. »

La ministre fait pression depuis 2015 pour que la pêche illégale soit reconnue comme un crime transnational aux Nations Unies.

Lire aussi :
81 NAVIRES DE PECHE ILLEGAUX ENVOYES PAR LE FOND
92 NAVIRES DE PECHE ETRANGERS ATTENDENT D’ETRE COULES
L’INDONESIE SUR LES TRACES DE SON GLORIEUX PASSE MARITIME

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE