L’INDONESIE LARGEMENT EPARGNEE PAR WANNACRY

PARTAGER SUR

A l’heure des comptes sur les ravages du virus Wannacry, le ministre de la Communication et de l’Informatique Rudiantara a révélé que seulement 12 institutions avaient été la cible de ce logiciel de rançon qui s’est répandu dans le monde infectant plus de 200 000 ordinateurs.

« Nous avons un rapport qui détaille que 12 institutions ont été affectées, mais le chiffre pourrait être plus important », a-t-il toutefois minoré lors d’une intervention dans une université de Malang.

Les sociétés et organismes visés comprennent des plantations et des manufactures, des universités, un hôpital et des services d’immatriculations automobiles de la capitale et d’autres régions.

« Toutefois, en général, les attaques n’ont pas eu d’impact important comparé à celles dans d’autres pays, grâce aux médias qui nous ont aidé à avertir le public », a-t-il poursuivi.

Rudiantara a cependant admis que le pays était loin d’être à l’abri de ces attaques, entre 6 et 8 virus étant encore actifs.

« Ces virus sont moins nuisibles que Wannacry, mais ils sont là et ont attaqué des centaines d’ordinateurs en Indonésie », a noté le ministre.

Par conséquent, Rudiantara a conseillé au grand public de changer ses mots de passe de comptes, courriels et autres codes de cartes bancaires afin d’éviter ces virus.

« Faites des sauvegardes de vos données, mettez à jour vos logiciels, et téléchargez les dernières versions de vos anti-virus », a-t-il conseillé.

SOURCETempo
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE