L’INDONESIE FACE A LA MENACE D’UN ETAT ISLAMIQUE DANS LA REGION

PARTAGER SUR

Alors que quelques centaines de militants liés à l’Etat Islamique (EI) tiennent tête à l’armée philippine depuis plus d’un mois dans la ville de Marawi dans le sud du pays, l’Indonésie tente de s’adapter afin d’éviter une propagation de l’influence islamiste, désormais a ses portes, sur son sol…

L’Asie du Sud-Est est-elle devenue le nouveau front principal de la lutte armée menée par l’Etat Islamique ? La question peut sembler prématurée, mais au moment où l’EI perd du terrain face à une coalition internationale dans ses bastions d’Irak et de Syrie, la prise sanglante d’une partie de Marawi, une ville de 200 000 habitants de la province de Mindanao dans le sud des Philippines, pose clairement la question.

Il y a plus d’un an, à la suite d’attentats ayant fait plusieurs morts dans le centre de Jakarta, nous évoquions la concurrence existant entre plusieurs groupes d’islamistes radicaux issus d’Asie du Sud-Est, ayant tous séjourné en Irak ou en Syrie, et cherchant probablement à organiser des attaques dans la région afin d’y devenir le poste avancé et la représentation officielle de l’Etat Islamique.

Les visées de l’EI dans la région ne sont pas nouvelles. Cette expansion souhaitée s’appuie sur les nations à majorité musulmane que sont Brunei, la Malaisie et surtout l’Indonésie, ainsi que sur les minorités musulmanes revendicatrices du sud de la Thaïlande et du sud des Philippines.

Autrefois éparpillée entre plusieurs entités telles Abou Sayyaf aux Philippines ou la Jemaah Islamiyah en Indonésie, la menace radicale islamiste semble s’être aujourd’hui rangée derrière et avoir fait allégeance à l’Etat Islamique. Le but est le même : installer par la terreur un califat sur la région, ainsi que démontrer sa solidarité avec un EI actuellement en difficulté dans sa région originelle. Ceci justifierait entre autres les attaques récentes du 24 mai dernier dans une gare routière de Jakarta et la tentative du groupe Maute de prendre le contrôle de Marawi, une ville à majorité musulmane. Ce dernier évènement pourrait être le signe que les Philippines sont perçues comme un point de convergence.

L’Indonésie a placé ses avions de chasse à Kalimantan
En mai dernier, l’Institut d’Analyse Politique des Conflits (IPAC), basé à Jakarta, faisait état de liens croissants entre l’Etat Islamique et les extrémistes en Asie du Sud-Est et au Bangladesh, notant également que les réfugiés Rohingya, dont beaucoup sont confinés en Malaisie, pourraient aussi représenter un terreau fertile au recrutement.

Toutes ces menaces récentes sont prises très au sérieux par les gouvernements locaux. L’Indonésie, la Malaisie et les Philippines viennent de lancer des patrouilles maritimes communes afin de repousser l’éventuelle arrivée d’insurgés. L’Indonésie a aussi placé plusieurs avions à Kalimantan, sa frontière la plus proche des Philippines, afin d’empêcher la possible venue de combattants fuyant Marawi.

L’Archipel, qui très tôt avait déclaré l’Etat Islamique illégal, est également en train de muscler son arsenal législatif antiterroriste. Une nouvelle loi devrait d’ici peu permettre l’arrestation et l’emprisonnement jusqu’à quinze ans de citoyens indonésiens revenant sur le territoire après avoir rejoint des groupes militants à l’étranger.

Cette mesure semble nécessaire alors que les autorités estiment à environ 400 le nombre d’Indonésiens ayant rejoint l’Etat Islamique, dont plus de 200 pourraient désormais être revenus dans la région. Ces changements vont élargir la définition même du terrorisme et permettre à la police de détenir des suspects sans procès pendant plus longtemps, comme l’ont déjà décidé les voisins malaisiens et singapouriens.

L’Archipel est-il le prochain sur la liste ?
Bien que des milliers d’Indonésiens disent soutenir la cause de l’Etat Islamique et que le chef des Armées ait récemment affirmé que des cellules dormantes liées à l’EI existaient dans chacune des 34 provinces du pays hormis peut-être la Papua, le pays ne semble pas prêt à tomber sous le joug des islamistes. Au contraire, des études récentes montrent que l’opposition à l’Etat Islamique grandit.

Azyumardi Azra, spécialiste de l’islam et ancien président de l’Université publique islamique à Jakarta, affirme qu’« au contraire des mouvements wahhabite et salafiste, l’aspect inclusif de l’islam indonésien et la société multiculturelle sont trop forts pour être défaits par les idéologies des militants islamistes. L’islam indonésien est un islam inhérent à la culture, et la culture indonésienne est très largement une culture de la tolérance. Même si l’Etat Islamique pousse vers l’Indonésie, le peuple d’Indonésie, d’après l’Histoire, se rebellera. »

Il n’en reste pas moins que le siège surprise de Marawi est de nature à affoler les autorités indonésiennes. Le pays est-il le prochain sur la liste ? Sydney Jones, directrice de l’IPAC, explique que les connections internationales du groupe Maute, par ailleurs très lourdement armé, sont bien établies, notamment avec l’Indonésie. Omarkhayam Romato Maute, un des leaders du groupe éponyme, est marié à une Indonésienne, a séjourné aux alentours de Jakarta et a eu un mentor indonésien.

Ces connections militantes sont certainement actuellement en jeu. « Au cours de ces deux dernières années, l’Etat Islamique a fourni une base de coopération pour les extrémistes de la région, affirme Sydney Jones. Cela pourrait prendre de l’importance alors que les pertes de l’EI au Moyen-Orient augmentent et que la motivation pour étendre la violence n’importe où ailleurs grandit. »

L’Indonésie est prévenue. Elle va continuer à être une cible du terrorisme. Les autorités semblent en avoir une conscience aigüe. Puissent-elles le combattre avec la même fermeté et efficacité que ces dernières années, et empêcher l’enracinement des idées islamistes dans la société.

Jean-Baptiste Chauvin

Lire aussi :
ETAT ISLAMIQUE : L’INDONESIE DEPLOIE SES SUKHOI A KALIMANTAN
DES CELLULES DE L’ETAT ISLAMIQUE DANS PRESQUE CHAQUE PROVINCE
LA CREATION D’UN ETAT ISLAMIQUE DANS LA REGION INQUIETE…
L’ETAT ISLAMIQUE REVENDIQUE L’ATTENTAT DE JAKARTA

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE