Les croisés français envahissent le Mali, ah bon ?

PARTAGER SUR

Difficile de trouver la moindre info dans la presse indonésienne sur l’interven-tion militaire française au Mali lors de cette première quinzaine du déploiement des troupes. En effet, seuls quelques grands titres de l’archipel, parmi lesquels les anglophones, en ont parlé. Et encore, ils se sont bornés à reprendre les dépêches d’agences. L’Afrique n’intéresse pas les Indonésiens, n’en déplaise à la mémoire de Sukarno qui avait lancé le mouvement des non-alignés en 1955 par la fameuse conférence Asie-Afrique de Bandung. La France ne les intéresse guère plus, sauf quand il s’agit de parfums et de romantisme en toc. Non, par contre, ils se passionnent pour le Proche-Orient, la cause palestinienne et tout se qui touche à l’Islam, alors les événements au Mali ont quand même eu droit de cité dans la presse locale… djihadiste.

Arrahmah est un journal et une agence de presse qui traite toutes les infos avec une ligne éditoriale radicale. En guerre sainte, cet organe de presse indonésien affiche clairement son soutien à Al Qaida tout en ayant pignon sur rue ici. De nombreuses personnalités indonésiennes y sont interviewées. Doit-on s’étonner de la vitrine que représente cette presse islamiste dans un pays qui est censé combattre le terrorisme, rappelons-le avec des financements en provenance de l’Australie et des Etats-Unis ? Inutile de dire qu’Arrahmah se félicite des difficultés rencontrées par les troupes françaises sur le terrain malien. Au sujet de l’échec de la tentative de sauvetage de l’otage Denis Allex, on peut lire : « Plusieurs infidèles militaires français sont morts ou ont été blessés, parmi lesquels le commandant de l’opération qui a été abandonné blessé par les siens puis fait prisonnier par les moudjahiddines. » On apprend ensuite que « les moudjahiddines ont saisi un certain nombre d’armes et de matériel militaire sur le champ de bataille et ont ensuite obtenu des informations importantes de ce commandant avant qu’il ne meure. » Le journal montre une photo non flouté du cadavre du militaire français, les yeux grand ouverts.

Dans une autre édition, sous le titre « Les moudjahiddines maliens libèrent une ville de l’emprise coloniale française », on trouve  les propos suivants : « Le commando de la junte pro-colonialiste de Bamako et les soldats de la force occupante française ont été forcés de reconnaître que les moudjahiddines avaient réussi à libérer Diabaly. » Suivis de : « la ville entière a été libérée des lâches soldats de la junte militaire de Bamako et de leurs maîtres français… ». Dans un autre numéro, Arrahmah informe les Indonésiens que « l’invasion militaire » au Mali est en fait « une nouvelle croisade en Afrique de l’Ouest. » D’ailleurs, « la scène internationale suit ce qui s’y passe avec beaucoup d’interrogations. De nombreuses parties se demandent encore les raisons de cette invasion militaire. » Sur le site du journal, une vidéo des Moudjahiddines Al Qaida au Maghreb Islamique (AQMI) explique leur vision de l’intervention française au Mali avec explication de texte en indonésien. Il s’agit d’une guerre de croisés…

Pas de quoi s’alarmer néanmoins, Arrahmah n’est lu que par ceux que ce type de discours radical intéresse et ils ne sont bien évidemment pas la majorité en Indonésie. Toutefois, on peut craindre qu’entre le manque d’infos d’un côté et des infos biaisées de l’autre, l’idée confuse que quelque part dans un pays lointain des frères musulmans soient victimes d’une ancienne puissance coloniale, puisse faire son chemin dans l’opinion publique indonésienne. Enfin, mesurons avec une certaine inquiétude le travail de communication qui attend le prochain ambassadeur français dans l’archipel qui aura du pain sur la planche pour restaurer ce fameux nouveau « regard d’ambition » revendiqué dans nos colonnes par un de ses prédécesseurs. Les Français ne sont ni parfumeurs, ni colons en croisade africaine. Il est donc temps que les relations entre la France et l’Indonésie décollent enfin pour une meilleure compréhension mutuelle.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE