LE LEADER DU FPI RIZIEQ SHIHAB S’EST REFUGIE A L’ETRANGER

PARTAGER SUR

La police de Jakarta a affirmé être déterminée à amener par la force si nécessaire le leader du Front des défenseurs de l’islam (FPI) Rizieq Shihab pour interrogatoire dans un des nombreux dossiers judiciaires qui l’étreignent ces derniers temps.

« Le 8 mai, nous avons lancé une deuxième convocation pour qu’il réponde à nos questions le 10 mai, mais il ne s’est pas présenté. Attendez, s’il est par ici, nous allons l’amener devant les inspecteurs par la force », a assuré le porte-parole de la police Raden Prabowo Argo Yuwono.

Depuis que la police cherche à le questionner, Rizieq Shihab a fui avec sa famille au grand complet pour un pèlerinage à La Mecque. Il a été dit par la suite qu’il se trouvait depuis en Malaisie.

Va-t-il être arrêté dès son retour à l’aéroport ?

« Le prendre à l’aéroport ? C’est une question technique, les inspecteurs s’occuperont de cela plus tard. L’aspect le plus important, c’est que nous l’avons sommé deux fois. Il est à l’étranger, et n’a probablement pas reçu les mises en demeure, donc nous devons attendre », a ajouté le porte-parole.

La police a ajouté ne pas savoir où il se trouvait en ce moment.

« Nous n’avons aucune information sur l’endroit où il se trouve actuellement. Il y a des indices selon lesquels il serait en Malaise, mais nous ne savons pas où exactement », a continué Raden Prabowo Argo Yuwono.

La plupart des supporteurs de Rizieq Shihab considère que le délit d’atteinte aux bonnes mœurs sur les réseaux sociaux dont il fait l’objet est une conspiration afin de le réduire au silence. Le leader islamique est un ferme opposant du président Jokowi.

La police a nié cette instrumentalisation, affirmant : « nous suivons simplement la procédure légale d’une façon professionnelle après que quelqu’un a porté plainte. »

Selon les éléments de la plainte en cours, Rizieq Shihab aurait échangé avec sa maitresse Firza Husein des images et des propos pornographiques sur la messagerie WhatsApp, ce qui ne serait pas en accord avec sa position de leader spirituel.

Au sujet de la possibilité que les membres du FPI, connus pour leurs actions violentes, fassent le siège du commissariat au moment de l’interrogatoire de leur leader, le porte-parole de l’autorité policière à dit : « Ce ne sera pas la première fois pour nous. Nous sommes prêts. »

Lire aussi :
LE LEADER DU FPI FINALEMENT MIS EN EXAMEN
LE LEADER DU FPI VEUT S’AUTOPROCLAMER « GRAND PRETRE » DE L’ISLAM
POLEMIQUE AUTOUR DE L’ENTRAINEMENT MILITAIRE DU FPI
PROCES D’AHOK : QUAND LE FPI VEUT FAIRE GOBER DU FITSA HATS
Le FPI fait une descente dans une supposée « partouze gay »
Ramadan : le verre de trop du FPI

1 COMMENTAIRE

  1. À voir s’il ira en prison mais à mon humble avis c’est pas demain la veille.
    Pour mettre 2 ans à Ahok ils sont forts, mais quand il s’agit de s’opposer au FPI c’est une autre histoire, et ça fait un moment que ça dure.
    Il faut dire que la capacité de nuisance du FPI est indéniable et qu’ils sont dangereux, mais ceci dit dans un pays semi militaire comme l’Indonésie où on n’est pas empêtré dans les soi-disant droits de l’homme comme en europe il serait quand même possible de les mettre au pas. Mais pour ça il faut une vraie volonté politique, et il faudrait aussi que certains haut placés arrêtent de les soutenir.
    Ah l’époque de Pak Harto, c’était pas la même pour qui s’en souvient, en ce temps-là les barbus filaient droit, et ça valait mieux pour eux, et ceux qui voulaient pas filer étaient exilés en Malaisie.
    Une fois Suharto parti ils se sont empressés de revenir, et comme depuis il n’y a pas vraiment eu de gouvernement digne de ce nom dans le pays et bien ils s’en sont donné à coeur joie, sans parler de certains appuis politiques qu’ils ont mais on va laisser ça de côté, pas que la gazette ait des problèmes bon plus 🙂

LAISSER UNE RÉPONSE