LE CHANGEMENT, C’EST MAINTENANT

PARTAGER SUR

Je dois vous l’avouer : je suis largué, perdu, has-been ! Le monde de la nuit devient schizo et l’accélération dépasse le mur du son. La night de Bali dégaine plus vite que son ombre et je n’ai pas le temps de la conter dans ma modeste rubrique mensuelle que mon info est déjà périmée. Jugez plutôt : alors que je mentionnais le mois dernier l’ouverture de Beach Haus – le temple de la musique teutonne les pieds dans l’eau – voilà que celui-ci a déjà bu la tasse ! Du schnaps à l’eau de mer, beurk ! En attendant de
rouvrir ? Je parlais des fermetures de Mint et Koh, voilà que Mint a rouvert sous le doux nom de The Electrik. Et pour ne rien simplifier, on y organise pour l’instant des soirées… Koh ! Vous n’y comprenez rien ? Rassurez-vous, tout est normal. On appelle cela des pop-up parties. Un terme qui ne veut pas dire grand-chose et qui vous fera patauger dans le potage, mais c’est voulu. Un lieu qui change de peau pour une soirée. Un terme hyper « concept » à la sauce startup.

Les Pol Pot de la com. y font leur popote, mi- pop art, mi- potiches. Un pot-pourri très hype, mais un peu pourri quand même. Avant de changer d’idée, il est bon de s’assurer qu’on en a déjà une. Entre-temps, Bahiana, le haut-lieu de la morue javanaise déguisée en tigresse latine s’est métamorphosé en Wild House Club. A voir la panthère noire sur l’enseigne, espérons que cela ne devienne pas la tanière des cougars. Depuis, les deux tubes du moment, Old Man’s et Jungle ont été rachetés par le sulfureux proprio du mythique Double Six Club. L’ex-Hu’us Bar se cherche toujours. Après avoir été renommé brièvement Gatsby, voilà qu’il s’appelle Sea Vue Play !
Vu le mauvais jeu de mots, espérons que cela reste bref aussi.

Evolution ? Révolution ? Ce mouvement d’instabilité nocturne s’était déjà mis en marche (décidément, c’est très tendance !) il y a quelques mois, avec la fermeture de Shanghai Baby ou les envies d’ailleurs de Finns Club, qui avait quitté son Uluwatu natal, pour la très en vogue Berawa Beach. Plusieurs raisons à ce changement climatique et aux difficultés à garder le cap : un désamour (espérons-le) passager avec les clubs, dû à l’accueil parfois glacial des molosses, ainsi que de certaines hôtesses, souvent blondes d’ailleurs, à l’entrée. Peut-être serait-il bon d’expliquer à ces demoiselles par des mots simples, voire même par des illustrations de type Bibliothèque Rose, que l’intérêt principal des talons aiguille n’est pas de péter plus haut que son cul. Le prix des entrées ainsi que celui des drinks ne sont pas non plus toujours justifiés. Le rajeunissement de la clientèle est en cause également, avec des budgets plus étriqués et le recours au système D, ou plutôt K comme Circle K, où ces derniers vont d’abord boire des bières bon marché cul sec avant d’aller en boite. Enfin l’allongement des distances avec la transhumance des moutons vers Canggu n’arrange rien non plus.

Dorénavant, dois-je me lancer dans le roman d’anticipation ? Jenja transformé en club de bridge ? Mirror organisant des soirées Sky Garden à Opivm ? Ou Hacienda qui deviendrait un restaurant ? Les pop ups vont-elles gouverner le monde ? Jennifer va-t-elle avouer à Brandon son amour pour Kevin ? Tant de questions auxquelles vous aurez des réponses au prochain épisode. Nous voulions changer le monde, mais le monde nous a changés !

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE