LE JUGE PATRIALIS AKBAR ARRETE POUR CORRUPTION

PARTAGER SUR

L’agence anti-corruption KPK a arrêté 11 personnes dont Patrialis Akbar, actuel juge de la Cour constitutionnelle, ancien politicien du PAN et également ancien ministre, dans une affaire de corruption.

Basaria Panjaitan, une des directrices du KPK, a expliqué que l’affaire est en lien avec une révision judiciaire actuellement en cours auprès de l’institution, sans donner plus de détails.

Patrialis Akbar, ancien ministre de la Justice et des Droits humains pendant l’administration du président SBY, avait été appointé comme juge de la Cour constitutionnelle en 2013. Cette promotion avait été le sujet d’une vive controverse.

Le président de la Cour constitutionnelle Arief Hidayat a présenté ses excuses au public au sujet de cette arrestation qui ternit l’image déjà bien entachée de cette institution, notamment après l’affaire Akil Mochtar en 2013.

Les onze personnes ont été arrêtées dans un hôtel situé dans un quartier de loisirs de Jakarta-Ouest. Parmi elles, quatre jeunes femmes travaillant comme « caddies » pour un golf.

En Indonésie, les « caddies » des clubs de golf sont souvent des femmes jeunes et jolies réputées prodiguer d’autres sortes de services à la clientèle masculine que celui de tirer les clubs de golf dans un caddy à roulettes.

Patrialis Akbar est également un opposant très vocal au gouverneur de Jakarta Basuki Tjahaja Purnama. Sortant de sa réserve de juge, il avait même réclamé publiquement son arrestation dans les charges de blasphème qui sont actuellement retenues contre lui.

Lire aussi :
Affaire Akil Mochtar : le système judiciaire à la dérive

360355_620
SOURCEJakarta Post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE