Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Museum Pasifika, un océan de trésors - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionSeptembre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

EnvironnementReligionTourismeEvenementEconomieSantePolitiquecuisineSportart

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Bali, la fabrique de mariages de rêve

Quand le gouvernement indonésien fait preuve d’une rare efficacité

Jilboobs kommunitas : musulmanes et sexy

Réhabilitation du corail ou comment inverser la tendance ?

Le premier voyage de Pierre Poivre en Asie passe par Batavia

Le business florissant des barbiers à Bali

Réouverture du café Korma

A vos marques pour le BII Maybank Bali marathon !

Golf : à 13 ans, Meva Schmit atteint la 16ème place aux championnats de France

Deuxième édition de l’ultra-trail du Rinjani

Le naufrage d’Yvan Bourgnon au Sri Lanka, épisode tragique mais pas fatal/final ?

Agenda culturel septembre 2014

Le peintre devenu grenouille

Audrey Petrelluzzi : à Bali, quelque chose m’attirait

Mon Bali, par Claude Jouvaud

En avant la musique !

Selma, la top chef d’Arabie Saoudite aux commandes du Jenja

Warung Kolega, une oasis javanaise en plein Petitenget

Naomi Mcdougall : danser sous les projecteurs de Bali

Portraits

par Rainer | Edition de mars 2010

Museum Pasifika, un océan de trésors

Museum Pasifika, un océan de trésors - La Gazette de Bali

Le Français Philippe Augier a créé le Museum Pasifika à Nusa Dua qui expose des peintures et sculptures de la région Asie-Pacifique. L’année où le ministre du Tourisme promulgue la campagne « Visit Museum 2010 Indonesia », entretien avec cet amateur d’art résolu qui ne recule pas devant l’obstacle.

« En fondant Museum Pasifika, j’ai voulu me montrer reconnaissant envers le pays qui m’a accueilli il y a 25 ans et faire partager ma passion de l’art. » C’est la réponse de Philippe Augier à la question : « Comment vient l’idée à un particulier de fonder un musée ? » et qui prouve que les Français peuvent avoir des idées ambitieuses et arriver à les concrétiser.

Car pour réussir le grand écart entre la conception d’un tel défi et la réalisation d’un plan qui frôlait l’insolence par ses dimensions, il faut non seulement être un amateur d’art éclectique, mais également un homme d’affaires éclairé et posséder une bonne connaissance du pays. « Les principales difficultés lors de la création ont été les délais d’obtention de certains documents administratifs… » Pour matérialiser son rêve, l’inspirateur et le principal promoteur de cette institution à la triple vocation culturelle, éducative et touristique, a dû s’entourer d’amis influents et d’experts compétents.

Comparée à l’ensemble du territoire indonésien, Bali peut se targuer de posséder la plus grande densité de musées, surtout en ce qui concerne l’art pictural. Ubud, notamment, en regorge et possède les plus courus de l’île. Ouvrir un énième musée avec des peintures balinaises n’aurait donc pas été la trouvaille du siècle. En revanche, élargir le champ des collections en considérant Bali comme le centre de l’espace « Asie-Pacifique », témoigne de la veine créative de son auteur !

JPEG - 9.6 ko

Faire découvrir au public des œuvres originaires de la moitié du globe est un dessein pour le moins audacieux. Néanmoins, ce projet a été mené à bien et le résultat existe aujourd’hui à Nusa Dua : huit pavillons d’une blancheur exemplaire, disposés autour d’un agréable jardin intérieur, contiennent onze salles d’exposition qui hébergent des collections de peintures, sculptures et autres objets d’art tribal. L’ensemble des 600 œuvres de l’exposition émane d’artistes de diverses nationalités, mais leurs travaux se rapportent toujours à la région Asie-Pacifique. C’est ainsi que le Museum Pasifika a réuni des créations d’origine asiatique et pacifique qui traitent tout spécialement de l’Indonésie, l’Indochine et la Polynésie. Le visiteur ébahi se promène d’un pays à l’autre et découvre des auteurs de chefs-d’œuvre, dont Affandi, Ida Bagus Nyoman Rai, Rudolf Bonnet, Theo Meier, Raden Saleh, Arie Smit et Walter Spies ne sont que quelques-uns des auteurs.

« Pasifika se donne comme mission de divulguer les multiples facettes des traditions des peuples d’une région qui forme un melting-pot culturel. » Ceci représentait le deuxième challenge pour l’instigateur du musée : en abordant un territoire aussi vaste, le risque de s’y perdre était à l’avenant. Mais grâce aux compétences du conservateur Georges Breguet (cf. La Gazette de Bali n°17 - octobre 2006), il n’en est rien : les thèmes sont bien structurés et s’ordonnent autour de collections séparées d’une salle à l’autre. A aucun moment, le visiteur ne court le danger d’être noyé dans l’immensité de l’espace Asie-Pacifique.

Le ministère de la Culture a proclamé cette année comme « Visit Museum 2010 Indonesia » afin de promouvoir le tourisme culturel (voir encadré). Espérons que cette campagne servira aussi à gonfler le nombre d’entrées pour Pasifika, jusqu’alors insuffisant pour couvrir les frais de fonctionnement. « Nous souffrons surtout de l’indifférence de certains hôteliers, alors que notre présence est un plus culturel indiscutable pour Nusa Dua. » A l’avenir, Philippe Augier espère mieux profiter de l’énorme contingent des 5000 chambres de la zone. Tapi tout au fond du fameux complexe hôtelier BTDC, avec trop peu d’ancienneté pour figurer dans les éditions des guides et un site Internet mal référencé, le musée pâtit d’une absence évidente de notoriété. Excentré pour les résidents de Sanur et de Kuta/Legian, ignoré par les touristes et snobé par les hôteliers alentour, le musée est loin d’avoir acquis la popularité qu’il mériterait par la qualité de ses collections.

Pour obtenir la réputation d’un lieu culturel incontournable et détourner les longues files de visiteurs assoiffés d’art d’Ubud vers Nusa Dua, il ne suffit apparemment pas de présenter des chefs-d’œuvre, encore faut-il communiquer pour se faire connaître. Peut-être les lecteurs de La Gazette seront-ils les premiers à faire ce « détour » pour découvrir à Nusa Dua les trésors cachés du Pacifique ? C’est tout le mal que l’on peut souhaiter au Museum Pasifika !

Museum Pasifika BTDC area, BLOK P Nusa Dua – Bali Tél. : 0361 774 935 Fax : 0361 774 559

www.museum-pasifika.com

info@museum-pasifika.com

L’Année de tous les Musées Le ministère de la Culture et du Tourisme vient de lancer la « Visit Museum 2010 Indonesia Campaign ». Cette campagne nationale est censée « faire aimer les musées » (sic) et fait partie de l’opération promotionnelle « Visit Indonesia » qui s’étale sur 5 ans. Le but est évidemment d’attirer davantage de visiteurs dans les quelque 270 musées de l’archipel recensés par l’administration, mais dont seule la moitié est soutenue par des fonds publics. Si leur nombre semble prouver que l’Indonésie a une histoire à revendiquer et de la culture à exhiber, le niveau des expositions n’est pas comparable à celles de nos patries, où les établissements sont gérés avec les confortables budgets des affaires culturelles. Avec des visiteurs étrangers trop exigeants et une majorité de citoyens sans une véritable soif d’érudition, on comprend que la fréquentation des musées indonésiens laisse à désirer, et que onze ont fermé leurs portes en 2009 pour des raisons budgétaires. Par conséquent, une initiative qui tend à contrecarrer cette désaffection, en rehaussant la qualité des prestations, ne peut être que saluée chaudement. Mais dans ce pays, les choses ne sont jamais simples. Ainsi, le responsable de l’agence pour la promotion du tourisme de Bali (BTB), Ngurah Ambara, a déclaré aux journalistes du Jakarta Post qu’il n’a pris aucune mesure spéciale concernant la campagne de son ministère. Celui-ci ne lui aurait accordé aucune rallonge budgétaire pour financer des actions spécifiques. Il recommande néanmoins aux écoles balinaises d’emmener les élèves au moins une fois par an dans un musée. Il est vrai qu’avec la multitude d’attractions touristiques qu’offre Bali, les musées ne constituent pas l’atout principal de l’île. RW

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference