Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Le consul des turbulences - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionSeptembre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

PolitiqueEconomieEvenementSportSanteEnvironnementTourismeartReligioncuisine

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Bali, la fabrique de mariages de rêve

Quand le gouvernement indonésien fait preuve d’une rare efficacité

Jilboobs kommunitas : musulmanes et sexy

Réhabilitation du corail ou comment inverser la tendance ?

Le premier voyage de Pierre Poivre en Asie passe par Batavia

Le business florissant des barbiers à Bali

Réouverture du café Korma

A vos marques pour le BII Maybank Bali marathon !

Golf : à 13 ans, Meva Schmit atteint la 16ème place aux championnats de France

Deuxième édition de l’ultra-trail du Rinjani

Le naufrage d’Yvan Bourgnon au Sri Lanka, épisode tragique mais pas fatal/final ?

Agenda culturel septembre 2014

Le peintre devenu grenouille

Audrey Petrelluzzi : à Bali, quelque chose m’attirait

Mon Bali, par Claude Jouvaud

En avant la musique !

Selma, la top chef d’Arabie Saoudite aux commandes du Jenja

Warung Kolega, une oasis javanaise en plein Petitenget

Naomi Mcdougall : danser sous les projecteurs de Bali

Portraits

par Eric Buvelot | Edition de novembre 2005

Le consul des turbulences

Le consul des turbulences - La Gazette de Bali

Raphaël Devianne, consul honoraire de France à Bali, est un homme providentiel. Arrivé en 2002, juste avant les premiers attentats, cet ancien d’Air France a su élargir les limites d’une fonction qui, avec le tournant du siècle et les nouveaux défis que pose le terrorisme en Indonésie, est entrée dans une ère nouvelle.

L’image du consul débonnaire qui veille sur ses ressortissants, réunion bigarrée d’hédonistes venus se la couler douce sous les cocotiers, a vécu. Contrairement à la tradition qui voulait que le représentant de la communauté soit choisi sur place, Raphaël Devianne a été recruté depuis Paris. Il y a plus de 500 consuls honoraires dans le monde, tous bénévoles, et beaucoup d’entre eux, à fortiori sur une île touristique comme Bali, n’ont à gérer que des dossiers de routine. En venant ici, cet ancien personnel navigant, spécialiste des situations de crise à Air France, ne se doutait pas que ses compétences particulières seraient mises à contribution.

Raphaël Devianne venait régulièrement en vacances à Bali. En 2001, l’ancien consul lui signale que le poste va se libérer. A la retraite depuis quelques années, il s’occupe à Paris des affaires de son épouse d’origine japonaise mais voit dans cette opportunité l’occasion de retrouver une véritable activité. En décembre 2001, il postule sans trop y croire. Effectivement, la réponse tarde à venir, malgré son CV aux qualités étonnantes. Ancien steward, puis chef de cabine, instructeur, chef steward, cet homme de 59 ans, originaire de Roubaix, a fait partie des équipes de PNC (personnel navigant commercial) rompues aux vols très spéciaux. En 1979, il est chef de cabine dans l’avion qui ramène l’Ayatollah Khomeiny en Iran, cinq ans auparavant il participait aux derniers vols d’évacuation des Français de Saigon alors sous l’offensive viêt-cong. Dans les années 80, il prend part aux vols de réouverture de la ligne régulière entre la France et le Liban alors que Beyrouth n’est pas encore totalement sécurisé.

« J’aime Bali mais j’aurais pu faire ce travail ailleurs », précise-t-il et ajoute que son goût des voyages le pousse plutôt vers « des climats tempérés », comme le Japon où ses trois enfants résident aujourd’hui. D’ailleurs, il n’aime pas la plage, préfère les grandes balades avec des copains dans la nature et protége avec soin sa peau de Nordiste des rayons néfastes du soleil. C’est en août 2002 qu’il prend finalement ses fonctions, avec une mise à l’essai d’un an. Raphaël Devianne est conscient que sa capacité d’écoute d’ancien steward sera utile à une tâche qu’il s’imagine tourner autour des renouvellements de passeports, divorces, disputes d’affaires, problèmes d’incarcération pour drogue et difficultés administratives avec les autorités indonésiennes. Le 12 octobre 2002, l’activité consulaire à Bali va prendre une nouvelle dimension avec les attentats islamistes au Sari Club et au Padi’s.

Le nouveau consul fonce tout de suite à l’hôpital de Sanglah mais il ne connaît pas la ville et se perd. Par chance, il rencontre le chanteur Clément Ratelle, qui s’est porté volontaire et qui va le conduire à moto dans tous les hôpitaux de l’agglomération jusqu’au matin. L’ancien d’Air France se souvient de « la grosse panique » de cette nuit où les informations ne circulaient que « par ouï-dire ». Il trouve tout d’abord deux Françaises blessées, gravement brûlées mais vivantes. Il apprendra par la suite qu’elles sont comme lui originaires de Roubaix. Le dimanche après-midi, le premier conseiller d’ambassade arrive de Jakarta et ils mettent aussitôt en place une permanence téléphonique pour répondre aux nombreux appels. Les blessés français sont évacués dans la soirée. La police scientifique australienne va ensuite prendre les choses en mains mais il faudra plus d’un mois pour identifier formellement les quatre morts français « reconnues par leur dentition et les tests d’ADN ». Une période difficile à vivre pour les familles. Raphaël Devianne sera très souvent en contact avec elles et les prendra en charge lorsque celles-ci se rendront à Bali à l’invitation du gouvernement indonésien.

Raphaël Devianne avoue avoir eu besoin de « trois, quatre mois » pour tourner la page et reconnaît avoir été « très naïf » avant la bombe, n’imaginant pas un instant qu’un attentat puisse se produire à Bali. Jamais, il n’a eu envie de rentrer en France, « par sens du devoir ou conscience professionnelle » et met simplement en avant sa « capacité de dialogue, à trouver les mots justes » pour expliquer la médaille du mérite que la France lui a décernée après l’attentat. « On me fait confiance maintenant », ajoute-t-il en affirmant que sa période à l’essai est terminée…

Les derniers attentats-suicides du 1er octobre 2005 l’ont aussi pris au dépourvu, à cause de la date, « le jour de la hausse de l’essence, la veille du Ramadan et de Galungan », explique-t-il. Avec Christian Hué, le nouveau consul à l’ambassade, il refait le tour des hôpitaux et s’aperçoit « très vite » qu’il n’y a pas de victimes françaises à l’exception d’une femme qui a pu sortir le soir même de la clinique. Le lendemain, ils mettent en place une permanence téléphonique. Il y aura peu d’appels cette fois et seulement deux touristes français demandent à être rapatriés.

Il pense renouveler son contrat de cinq ans à condition « de pouvoir rester en contact avec ce qui se passe en France » mettant ainsi en exergue le risque d’isolement qui guette les expatriés. Il pense aussi écrire un livre sur son expérience. Lecteur abonné du Monde depuis toujours, Raphaël Devianne ne regarde jamais la télévision et quand il parle de son interview par Claire Chazal après les attentats, il évoque la journaliste de la « 1ere chaîne ». Selon lui, la communauté française de Bali se démarque par son dynamisme économique et il rappelle que le premier employeur industriel de l’île est la marque française de vêtements Animale. Initiateur des fêtes du 14 juillet, du Beaujolais nouveau et du Comité des fêtes, le consul honoraire de France à Bali est optimiste. Lorsque des Français lui demandent par courriel s’il est dangereux de venir en vacances à Bali, il répond : « Ne cédez pas, si vous ne venez pas, c’est la victoire des terroristes ». Et l’homme du Nord de citer en exemple cette communauté française forte d’un millier de personnes qui n’a nullement l’intention de partir malgré les événements.

Vos commentaires

  • Le 1er janvier 2012, par joëlle de France

    monsieur le consul et autres lecteurs de la Gazette de Bali
    Depuis des décennies j aime a venir et revenir a Bali , j aime a lire et relire la Gazette de Bali et surtout les histoires pittoresques de monsieur le consul alors apres bien des réflexions j aimerais vous conter mon histoire.C’était le 14 décembre dernier, en rentrant de shopping avec une amie sur notre moto , a deux pas de notre pondok, dans une petite ruelle attenante a la Batu Belig, un homme venant a contre sens c est arrete en nous saluant d un ’’hello’’ et simplement a pris mon sac que j avais malencontreusement attaché a la mob, et est parti a toute vitesse , j ai perdu du temps en essayant de redresser la mob et le poursuivre en vain...Je lui ai laissé 300 euro, un portable, mes lunettes de vue et de soleil.....Et surtout maintenant je suis tres en colere car des attaques comme celle ci se repete pour ainsi dire tous les jours, car des que je raconte se mefaits , chacun y va de ses mutilples histoires.Je n est plus du tout envie de revenir a Bali j avais un visa de deux mois mais je vais finir mes vacances en Thailande je m’y sens plus en securité.
    svp : prevenez les touristes et surtout les femmes en moto qu il y a du danger, car ces vols a la tir peuvent se finir a l hopital
    Adieu Bali snifffff !!!!!!!


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 21
  • Le 4 mars 2012, par LEBRET Valérie

    Bonjour
    L’histoire du sac arraché se répète dans le monde entier. Le problème c’est l’énorme
    pont qui sépare les plus pauvres des plus riches. Mais si mais si il est là le problème !
    Madé gagne 500 000 roupies par mois pour travailler 6 jours sur 7 sans sécu sans congés payés etc .... Maurice dépense 1 000 000 de roupies pour un repas. Réfléchissons un peu.
    Valérie


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 22
  • Le 19 novembre 2012, par Yohan

    Bonjour, Valérie a parfaitement raison, et ce pont aussi énorme que honteux qui sépare les plus riches des plus pauvres, est maintenant, grâce aux médias, à Internet, etc, de plus en plus évident et insupportable aux yeux de ces derniers. Perso je ne suis ni pauvre ni riche mais je les comprends très bien. Il n’y a pas besoin d’avoir fait sciences-po pour comprendre que les premiers font grimper les prix et le coût de la vie d’une manière qui est de plus en plus insupportable pour les plus pauvres.
    Néanmoins, même si "l’histoire du sac arraché se répète dans le monde entier" en effet, il y a quand même des endroits du monde où c’est beaucoup plus qu’ailleurs... et moi je ne viendrais pas m’installer à Bali malgré l’offre qu’on m’y a faite.
    Je n’ai pas envie de venir m’ajouter à tous les résidents étrangers qui sont venus bouleverser une île autrefois encore paradisiaque (... quand j’y ai séjourné dans les années 70) du fait de son mode de vie traditionnel... aujourd’hui gravement menacé par un soi-disant progrès à l’occidental ! Mais cela importe peu la plupart des résidents étrangers n’est ce pas...


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 20
  • Le 9 décembre 2012, par PASCAL’S

    Entierement d’accord, la vie sur Bali dégénére, la distance entre les riches et les pauvres s’élargie. Bali devient une grande ville et perd son identité.
    Les populations locales surtout au Nord survivent, c’est terrible. Que ce soit les Balinais riches ou les touristes, il n’y a pas tellement d’effort pour aider les populations dans la misère. Ici le monde de l’argent est implacable. En réalité le temps des seigneurs existe encore , les attitudes n’ont pas vraiment changées.
    Affaire a suivre......


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 20

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2014 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO. Adresse officielle de PT.BALICOCORICO : Jl I Gusti Ngurah Rai, Tuban 80361. Bureau commercial à Seminyak, merci de nous demander le plan d'accès avant de venir. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 662/22-08/PK/IX/2011- NPWP. 02.278.558.8/906.000
Site Internet développé par Bali Reference