Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Deux mesures de contemporain, une pincée d’ethnique - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionSeptembre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

SanteEvenementEconomieSportTourismeEnvironnementcuisineartPolitiqueReligion

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Bali, la fabrique de mariages de rêve

Quand le gouvernement indonésien fait preuve d’une rare efficacité

Jilboobs kommunitas : musulmanes et sexy

Réhabilitation du corail ou comment inverser la tendance ?

Le premier voyage de Pierre Poivre en Asie passe par Batavia

Le business florissant des barbiers à Bali

Réouverture du café Korma

A vos marques pour le BII Maybank Bali marathon !

Golf : à 13 ans, Meva Schmit atteint la 16ème place aux championnats de France

Deuxième édition de l’ultra-trail du Rinjani

Le naufrage d’Yvan Bourgnon au Sri Lanka, épisode tragique mais pas fatal/final ?

Agenda culturel septembre 2014

Le peintre devenu grenouille

Audrey Petrelluzzi : à Bali, quelque chose m’attirait

Mon Bali, par Claude Jouvaud

En avant la musique !

Selma, la top chef d’Arabie Saoudite aux commandes du Jenja

Warung Kolega, une oasis javanaise en plein Petitenget

Naomi Mcdougall : danser sous les projecteurs de Bali

Portraits

par Socrate Georgiades | Edition de juin 2005

Deux mesures de contemporain, une pincée d’ethnique

Deux mesures de contemporain, une pincée d’ethnique - La Gazette de Bali

Passer une année sabbatique en Asie, tomber amoureuse de Bali et ne plus rêver que d’y vivre. C’est la douce maladie qu’a contractée Claire en 1979. Depuis lors, elle n’a cessé d’y faire des aller-retour avant de s’y installer définitivement en 1995. Une fois remisée sa tenue d’hôtesse de l’air au placard, elle s’est lancée dans le commerce de vêtements avec une amie. « A l’époque, pour passer un coup de fil en France, il fallait se rendre à l’aéroport. Ca ne facilitait pas la tâche mais personne ne se prenait au sérieux, les expatriés n’étaient pas vraiment à Bali pour les affaires, ils cherchaient avant tout à prendre du bon temps, se retrouver, faire la fête. Cependant, nous avons vécu comme un vrai miracle l’arrivée du télex à Kuta en 1983 », relève-t-elle, amusée. Son commerce prenant de l’ampleur, Claire crée une société d’import-export à Biarritz : les commandes affluent mais le cash fait défaut. Les ennuis s’amoncèlent, le plaisir de ses débuts s’évapore, elle finit par jeter l’éponge. Elle retrouve donc son costume d’hôtesse de l’air puis endosse celui de commerciale pour une grande maison française de linge de maison. Quelques années plus tard, un voyage à Bali l’envoûte à nouveau, elle solde toutes ses affaires en France et vient s’installer définitivement.

Décorateur chez Marie-Claire Maison à Paris mais aussi photographe-assistant, Ken débarque à la fin des années 90 à Bali avec l’idée de faire quelques reportages photo. Le hasard des rencontres le conduit à prendre des photos pour un petit opus tout en photos sur Bali dont Claire est à l’initiative. Une fois le projet de livre réalisé, Claire et Ken se lancent dans la production de lampes. Ken s’était rendu compte en prenant des photos que l’éclairage péchait vraiment dans les maisons, tout au plus « quelques 25 watts au plafond ». Claire savait qu’il n’y avait aucun fournisseur digne de ce nom qui avait pignon sur rue.

Deux ans de rôdage ont été nécessaires. Au début, Claire et Ken fabriquaient eux-mêmes leurs abat-jour puis ils ont monté un atelier. Ne se fiant pas aux équipements électriques locaux ni aux contrefaçons, leur priorité a été de trouver et d’importer ces équipements répondant aux normes de sécurité européennes, américaines, japonaises et même australiennes. Dernier point auquel ils se sont attachés, le packing : chaque lampe dans son carton pour éviter la casse, à la plus grande satisfaction de leurs clients. « Le vrai coup de pouce qui nous a fait décoller, reprend Claire, c’est lorsque nos amis Alain et Thierry ainsi que Veronique nous ont proposé d’exposer nos lampes dans la boutique Susuk, ça a provoqué un immédiat appel d’air ». Un an plus tard, en 2001, Claire et Ken fondaient leur marque Piment Rouge© (en hommage à leurs origines communes du pays basque où l’on cultive le piment d’Espelette) puis ouvraient leur propre magasin en 2003. « Les gens viennent chercher à Bali de l’ethnique mais pas à 100%, expose Ken. Nous avons fini par trouver notre voie en ajoutant des touches ethniques à des lampes très contemporaines en accord avec notre goût français ». Etrangement, dans un pays où la contrefaçon règne en maître, les propriétaires de Piment Rouge dorment sur leurs deux oreilles. « La plupart de nos modèles sont déposés, c’est assez onéreux mais efficace, lance Claire. Nos différends se sont souvent résolus avant de porter l’affaire en justice. Les publications judiciaires pour reconnaissance de copie ont un effet très dissuasif ». Les fabricants en question ne sont pas forcément coupables de contrefaçon, ils exécutent bien souvent la commande de clients peu scrupuleux !

Même si leurs lampes sont parfois achetées en Europe 10 fois plus cher que leur prix de départ, Claire et Ken vendent au monde entier depuis Bali, nul besoin dès lors de s’implanter à l’étranger. « Nous avons démarré notre entreprise de lampes avec tres peu d’argent, nous savons ce que nous devons à Bali. Il y a peu d’endroits au monde qui offrent autant de facilités pour réaliser des échantillons et se lancer dans les affaires. Et puis, nous aimons Bali, l’île est exceptionnelle à bien des égards, concluent-ils en chœur dans leur show-room de 130 m² ».

Identité : Piment rouge. Profil : trois boutiques + un show- room + une usine Spécialité : fabricant de lampes et d’abat-jour

Contact : Jl Raya Seminyak 60X Kuta Bali Tel. 730 432

Vos commentaires

  • Le 27 septembre 2012, par Jessica

    Bonjour, je ne trouve pas le site internet de Piment rouge, en ont ils un ?
    Merci d’avance


    Warning: Illegal string offset 'statut' in /home3/socrate/public_html/ecrire/public/assembler.php(607) : eval()'d code on line 19

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2014 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO. Adresse officielle de PT.BALICOCORICO : Jl I Gusti Ngurah Rai, Tuban 80361. Bureau commercial à Seminyak, merci de nous demander le plan d'accès avant de venir. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 662/22-08/PK/IX/2011- NPWP. 02.278.558.8/906.000
Site Internet développé par Bali Reference