La Gazette de Bali - Dernière éditionAvril 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

EnvironnementEconomiecuisineartSportTourismeReligionPolitiqueSanteEvenement

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Drogues, vers la fin du tout répressif ?

Présidentielle 2014 : l’éclaircie démocratique Jokowi

Tripadvisor, pas si avisé que ça !

Raid moto à Kalimantan : voir Bornéo sans détour

Grand chasseur blanc : un roman à Bali qui partage la rédaction

Sans doute le dernier grand livre sur la culture de Bali

L’armée d’Hanuman, une bande de pillards en maraude

So Organic : les jeunes pousses d’un business bio et éthique

Agenda culturel avril 2014

Une collection inestimable volée puis restituée par les Anglais

Maximilien Sporschill : citoyen du monde, Balinais d’adoption

Dapoer Buleleng : vamos à la Blayag

Lady Marmelade : voulez-vous buller avec moi, ce soir ?

Voyagez, souriez, partagez avec BackPackSwag !

CROSS-T au 3V : une pratique complète pour tous, surtout ceux qui aiment suer !

Histoire d’éclairer vos lanternes... à la bougie

Mon Bali, par Renée Cregut

Difficile de trouver un homme qui se mette à la danse du ventre

Média et culture

par Socrate Georgiades | Edition de février 2013

Madeleine Gobeil : ce patrimoine immatériel balinais

Madeleine Gobeil : ce patrimoine immatériel balinais - La Gazette de Bali

Parmi les illustres spectateurs qui ont suivi cette crémation, il y avait l’ancienne directrice des Arts et de la Vie culturelle à l’Unesco, Madeleine Gobeil *, qui n’était pas revenue à Bali depuis 25 ans.

La Gazette de Bali : Qu’est-ce qui vous frappe le plus dans cette crémation ? Madeleine Gobeil : Le sourire des gens, inconcevable pour nous en Occident dans une circonstance pareille. Et l’accueil, simple, familial et chaleureux, là aussi si loin de nos pratiques occidentales lors d’une cérémonie funèbre. J’ai été fascinée par ce jeune garçon chevauchant le taureau et soulagée que les veuves ne se jettent plus dans le brasier comme ça se faisait encore au XIXème siècle… Au retour de cette crémation, j’étais pleine d’un sentiment de beauté et de silence, mais aussi trempée jusqu’aux os par le déluge qui s’est abattu au moment précis où il a fallu allumer le brasier.

LGdB : Qu’est-ce qui a le plus changé depuis votre premier passage ? MG : Il semble que le tourisme ait donné un élan positif à leurs traditions, je ressens qu’il y a beaucoup plus de cérémonies maintenant qu’il n’y en avait à la fin des années 80. Grâce à la force de leur religion, les Balinais ont gardé et renforcé leurs traditions. Partout où l’homme blanc a déferlé ou s’est installé, les cultures locales ont été dérangées. J’en sais quelque chose en tant que Canadienne, je mesure bien l’impact que nous avons eu sur les Inuits et les Indiens. Ici, rien de tout ça, les Balinais se fichent de nous, ils nous donnent à voir et c’est tout. Je ne les vois jamais vulgaires, ils sont restés authentiques dans leur manière d’être.

LGdB : Alors, Bali reste éternel ? MG : Oui, j’ai lu dans plusieurs de vos éditions une réflexion continue sur l’idée que Bali, c’est fini. Il n’en est rien. A l’Unesco, nous faisons depuis plusieurs décennies la promotion du patrimoine immatériel et à Bali, je peux vous dire qu’il est exceptionnel et sans doute unique au monde par sa densité et sa richesse. Même quand j’assiste à un spectacle pour touristes dans un hôtel à Sanur, je peux vous dire que je discerne toujours des gestes d’une grande pureté, quelque chose dans les voix et la musique de très ancien. La danse est source d’équilibre, pour le corps et l’imaginaire, elle me semble au cœur de ce patrimoine immatériel balinais.

LGdB : C’est ce patrimoine immatériel qui fait tout le sel de Bali ? MG : Non, ce sont les contrastes qu’on y trouve, la violence des contrastes. La beauté des gens, des lieux, de leur culture, de leur artisanat et les rues déglinguées, les ordures, le développement immobilier complètement fou.

* Avant de prendre ses fonctions à l’Unesco, Madeleine Gobeil a été journaliste et a eu la chance d’interviewer des pointures aussi prestigieuses que John Steinbeck, Golda Meir, Jean Genet, Marcel Jouhandeau… A l’âge de 15 ans, elle a entrepris une correspondance avec Simone de Beauvoir, une amitié qui durera trente ans, jusqu’à la mort de l’écrivaine en 1986. Depuis de nombreuses années, elle a entrepris une tournée mondiale dans le réseau de l’Alliance Française pour présenter son film « Le portrait croisé de Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir ». C’est à l’occasion d’une projection de son film à Bangkok qu’elle a fait un crochet par Bali.

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference