Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Agenda culturel octobre 2013 - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionJuillet 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

cuisineSportSantePolitiqueTourismeReligionEconomieEvenementartEnvironnement

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

A Bali, les perles arborent un éclat tout japonais

L’économie indonésienne se félicite de l’arrivée du Ramadan

Présendentielle : pour l’instant, c’est Joko-Wi, Prabowo-Non

Trois fameux guérisseurs de Bali au banc d’éssai

Avec Amanaska et Atlantis : l’Indonésie entre terre et mer

L’ascension des Pinnacles dans la jungle de Bornéo

Le scientifique Nicolas Baudin à Timor

Fanny Paulin : trouver l’amour dans un studio TV

On ne change pas un menu qui gagne : warung Mak Beng à Sanur

Mistral : pas besoin de latex pour mixer sexy

Une carte pour se désorienter

Fête nationale française le vendredi 18 juillet

12ème édition du gala annuel "I’m an angel" au KU DE TA

La Gazette de plus en plus connectée

Quand Barbie prend son breakfast à Bali

ON, ON pour le 8ème Bastille day HHH

Tous en maillot pour "Ocean Swim"

BALIPARAGAMES, deuxième édition

Agenda culturel juillet 2014

Mon Bali, par Sofia Z’Graggen

Ne jamais dire jamais au jamu

Un chef se met à table

Bali on the Rocks

par Aurélie Godet, Eric Buvelot | Edition de octobre 2013

Agenda culturel octobre 2013

Agenda culturel octobre 2013 - La Gazette de Bali

Toujours au sujet de la grande exposition du peintre mexicain Miguel Covarrubias qui se déroule en parallèle au sommet de l’APEC (Asia Pacific Economic Cooperation) au musée Pasifika de Nusa Dua (cf. La Gazette de Bali n°100 – septembre 2013), une interview de Son Excellence Madame Melba Pria, ambassadeur du Mexique en Indonésie…

Melba Pria : nous réunissons 120 oeuvres de Covarrubias au Pasifika

La Gazette de Bali : Tout d’abord, votre pays se sent-il honoré par cette exposition ? Ou plus simplement un peu étonné ?

Melba Pria : Nous sommes très heureux de faire cette exposition puisque c’est un événement marquant à la fois pour le Mexique et l’Indonésie. Pour l’exposition, nous rassemblons 120 pièces, 4 collections du Mexique, et nous avons ajouté les déjà très célèbres pièces du Museum Pasifika avec lesquelles nous organisons l’exposition, plus 12 peintures de collections privées indonésiennes. Covarrubias, un peintre mexicain qui tomba amoureux de Bali, dont les œuvres remontent jusqu’à 1928 ou 1930, est une sacrée affaire. Pendant de nombreuses années, l’Ambassade du Mexique a tenu un large programme bien chargé dans le but de promouvoir la culture mexicaine en Indonésie. Nous espérons que nous pourrons continuer à faire des expositions, participer à des festivals et amener de talentueux artistes et entrepreneurs mexicains en Indonésie, car nous sommes convaincus que les contacts interpersonnels ne rendront nos relations que meilleures et davantage renforcées.

LGdB : Miguel Covarrubias, en tant qu’artiste, est-il plutôt reconnu ou ignoré ? Ou alors oublié ?

M P : Miguel Covarrubias est un artiste mexicain connu, pas seulement au Mexique, mais dans le monde entier. Ses œuvres se trouvent à New York, San Francisco, Hong-Kong, au Mexique, en Indonésie et dans tant d’autres pays. Il était chercheur, un des personnages les plus polyvalents de l’histoire culturelle du Mexique. Animateur, caricaturiste, illustrateur, décorateur de théâtres, peintre, mais également ethnologue et anthropologue autodidacte important. Il a fait des contributions à la muséologie et brièvement, au début des années 1950, il a propulsé l’expérimentation et la créativité dans la danse mexicaine moderne. A travers son travail et ses études sur Bali dans les années 1930, Covarrubias a peut-être été l’un des premiers à susciter un intérêt mondial pour Bali.

LGdB : Mais assez bizarrement, nous ne voyons pas beaucoup de touristes mexicains ici. Quel est votre point de vue sur ce sujet ?

M P : Le livre de Covarrubias, « The Island of Bali » (ou « L’Ile de Bali ») a donné l’envie à beaucoup de touristes à travers le monde de venir visiter Bali, et pas seulement aux Mexicains. Ceux qui habitent au Mexique viennent en Indonésie pour sa culture et son beau paysage. C’est une destination populaire pour une lune de miel et le pays est considéré comme un paradis. Nous avons eu plus de 4000 visiteurs mexicains l’année dernière.

LGdB : Y a-t-il des liens culturels particuliers entre l’Indonésie et le Mexique ? Ont-ils été établis par le passé ou plutôt en rapport avec certains accords bilatéraux conclus plus récemment entre deux pays émergents du 21e siècle ?

M P : Enormément, le Mexique et l’Indonésie font partie de plusieurs groupes et forums politiques et économiques mondiaux, comme l’APEC et le G20, mais aussi nous comptons parmi les sept pays les plus diversifiés du monde pour leur culture et leur environnement. Nous appartenons au groupe E-9 pour l’éducation de nos enfants. Ainsi, cette année, nous sommes très heureux de célébrer nos 60 ans de relations diplomatiques en organisant cette exposition, l’émission d’un timbre commémoratif, l’échange d’expositions entre notre National Institute of Anthropology (Institut National d’Anthropologie) et le National Museum of Indonesia (Musée National d’Indonésie), notre participation à l’UWRF et au Forum Culturel Mondial, parmi tant d’autres activités.

LGdB : Et vous, portez-vous de l’intérêt à la culture de Bali ?

M P : Je pense que Bali est un lieu incroyable à visiter et sa culture est plaisante et authentique. Ma première visite à Bali, c’était il y a 30 ans environ, l’endroit était alors très différent de ce qu’on peut voir aujourd’hui. Ma grand-mère a visité l’île des Dieux dans les années 1960 et elle fut la première à me parler de Bali. C’est l’un de mes endroits favoris en Indonésie.

Balinale : déroulé de tapis rouge pour la région cette année

La septième édition du festival international du film de Bali, « Balinale », coïncide cette année avec la réunion des leaders économiques de l’Asie-Pacifique ! En effet, le forum intergouvernemental de l’APEC (la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique), commencé depuis septembre, prend fin le 7 du mois tandis que le festival se déroule du 4 au 10 octobre. Ainsi, pendant qu’Obama, Poutine et Xi Jinping discutent à Nusa Dua, ce n’est qu’à quelques kilomètres de là seulement que les réalisateurs locaux se rencontrent et se font connaître à Kuta durant le festival. On l’a donc compris, la promotion de la région est à l’honneur ce mois-ci et la « Balinale » de 2013 prend alors une importance certaine… Mais ce festival n’en reste pas moins un divertissement ! Au programme : fictions, documentaires, longs et courts métrages provenant de 20 pays différents. Parmi eux, projection du film plusieurs fois primé « The Rocket » de l’Australien Kim Mordaunt, mais également du docudrame « Liberta » réalisé par Kan Lume. Sont également prévus des expositions et des forums autour de la cinématographie. Enfin, les enfants peuvent participer à des ateliers éducatifs sur le cinéma, pendant que le tapis rouge se déroule pour accueillir les premières…

Balinale International Film Festival : Cinema XXI, centre commercial Beachwalk, Jalan Pantai Kuta (Poppies Lane 2), Kuta. Plus d’informations sur www.balinale.com

10ème anniversaire de l’Ubud Writers and Readers Festival

Durant cinq jours, la capitale culturelle de Bali accueille cette année pour la dixième fois consécutive cet événement littéraire de taille. Pour 2013, le festival reprend son thème initial : « Habis Gelap Terbitlah Terang », ce qui signifie « de l’obscurité à la lumière ». L’activiste féministe indonésienne Raden Ayu Kartini est mise à l’honneur, considérée comme la pionnière des droits des femmes du pays et décédée en 1904. Le programme se concentre donc autour de diverses problématiques concernant les femmes, comme l’éducation par exemple. Parmi les auteurs invités, nous pouvons déjà conter l’Australien aborigène Kim Scott, ayant reçu deux fois le « Miles Franklin Literary Award ». Sont également présents Sebastian Faulks, l’auteur britannique de bestsellers tels que « Le diable l’emporte » (2007), sans oublier l’auteur franco-congolais Alain Mabanckou qui a remporté en 2006 le prix Renaudot pour son roman « Mémoires de porc-épic ». Une série d’activités est prévue autour du festival un peu partout à travers Ubud. Enfin, si vous avez l’intention d’y passer également votre soirée, ce sera l’occasion d’y écouter de nouvelles voix locales.

Tarifs et programme sur www.ubudwritersfestival.com

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference