Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Agenda culturel janvier 2014 - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionSeptembre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

EvenementcuisineSantePolitiqueReligionTourismeartSportEnvironnementEconomie

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Bali, la fabrique de mariages de rêve

Quand le gouvernement indonésien fait preuve d’une rare efficacité

Jilboobs kommunitas : musulmanes et sexy

Réhabilitation du corail ou comment inverser la tendance ?

Le premier voyage de Pierre Poivre en Asie passe par Batavia

Le business florissant des barbiers à Bali

Réouverture du café Korma

A vos marques pour le BII Maybank Bali marathon !

Golf : à 13 ans, Meva Schmit atteint la 16ème place aux championnats de France

Deuxième édition de l’ultra-trail du Rinjani

Le naufrage d’Yvan Bourgnon au Sri Lanka, épisode tragique mais pas fatal/final ?

Agenda culturel septembre 2014

Le peintre devenu grenouille

Audrey Petrelluzzi : à Bali, quelque chose m’attirait

Mon Bali, par Claude Jouvaud

En avant la musique !

Selma, la top chef d’Arabie Saoudite aux commandes du Jenja

Warung Kolega, une oasis javanaise en plein Petitenget

Naomi Mcdougall : danser sous les projecteurs de Bali

Bali on the Rocks

par Aurélie Godet | Edition de janvier 2014

Agenda culturel janvier 2014

Agenda culturel janvier 2014 - La Gazette de Bali

L’âge de la photographie

La célèbre galerie d’Ubud Tony Raka accueille depuis le mois de décembre vingt-neuf artistes, dont dix-huit en provenance de Jakarta et onze originaires de Bali ! L’exposition s’intitule « The Age of Photography », reprise de l’expression utilisée par le philosophe contemporain Theodore Gracyk. Dans son livre « La Philosophie de l’Art », il annonce en effet la naissance d’une nouvelle ère dans le domaine des arts. Il s’agit donc de repenser et de questionner la photographie. A travers les clichés, la réalité est perçue via une sorte de « voile transparent ». La problématique que souhaite soulever ces œuvres est alors la suivante : y a-t-il une différence entre le fait de regarder directement la réalité et le fait de l’observer à travers ce fameux voile ? A vous bien sûr de forger votre propre opinion sur la question, mais ici la réponse est claire. L’art de saisir la réalité dans l’objectif demande un savoir-faire pointilleux et tous ces artistes indonésiens vont tenter de vous le démontrer jusqu’au 12 janvier !

« The Age of Photography », Tony Raka Art Gallery, Jl. Raya Mas No. 86 Mas, Ubud. Plus d’informations sur le site www.tonyrakaartgallery.comou à info@tonyrakaartgallery.com. Galerie ouverte du lundi au dimanche, de 10h à 17h

Récompenses posthumes à deux pionniers de l’art balinais

Pour la toute première fois, deux artistes qui résidaient à Bali reçoivent une distinction nationale ! En effet, durant la semaine du Produit Créatif de l’Indonésie à Jakarta qui s’est achevée le 1er décembre, la ministre du Tourisme et de l’Economie créative, Mari Elka Pangestu, a décerné le prix de l’Anugerah Adikarya à titre posthume à deux pionniers de l’art balinais. Il est question de les remercier pour leur contribution au développement des beaux-arts et à l’accélération du tourisme dans la région. Mais qui sont-ils ? L’un est un ancien régent royal d’Ubud, Tjokorda Gde Agung Sukawati, et l’autre est le célèbre artiste allemand, presque balinais par adoption, Walter Spies. Aux côtés du peintre néerlandais Rudolf Bonnet, ils ont fondé en 1936 le Pita Maha. A la fois mouvement d’art et coopératif d’artistes, celui-ci a eu un rôle non négligeable dans la transformation d’Ubud en Mecque culturelle de l’île au début du siècle dernier. Sukawati a également créé le tout premier musée d’art à Bali, le Puri Lukisan, signifiant en Indonésien « le Palais des Peintures ». Il prospère désormais avec ses collections de sculptures sur bois et de peintures balinaises. Walter Spies, quant à lui, a quasiment redéfini la peinture et l’art du spectacle à Bali. Il a influencé de jeunes artistes grâce au Pita Maha, réalisé des films sur l’île et co-écrit un manuel sur le théâtre et la danse balinaises, d’ailleurs reconnu comme véritable référence dans le domaine aujourd’hui. Ce sont donc bien deux incontournables de la culture balinaise qui ont été remerciés en début de mois dernier, deux figures qui ont largement contribué à faire de Bali une destination désormais connue du monde entier.

Gros son, gros DJs, gros... BICEP ?

Après le Nouvel An, qui a dit que la fête était finie ? En tout cas pas le Woobar ! Ce bar lounge de Seminyak invite le duo londonien BICEP à mixer sur scène le quatre janvier. Tout a commencé en 2008 lorsque deux amis d’enfance, Andy Ferguson et Matt McBriar, créent leur blog « Feel my bicep ». Au départ simple plateforme pour échanger des pistes de club inconnues du public et pour le moins inclassables, ils commencent peu à peu à aiguiser leurs goûts musicaux et à étendre leur collection, jusqu’à se décider à composer leurs tout premiers airs. Eux-mêmes ne se rangent pas dans un genre musical bien défini, même s’ils avouent se rapprocher d’une sorte de house inspirée des années 1980. Aujourd’hui, ce couple de DJs fait des tournées dans le monde entier ! Au mois de novembre dernier ils faisaient danser Paris, et c’est bien à Bali qu’ils atterrissent pour ce début d’année 2014. Alors même si on est encore un peu fatigué du premier de l’An, on fait un effort ?

BICEP au Woobar, Jl. Petitenget, Seminyak. Blog : www.feelmybicep.com

Coups de pinceaux et coup de folie à la Komaneka Gallery

Depuis le 22 décembre, et ce jusqu’au 22 janvier, la Komaneka Fine Art Gallery présente les tableaux de l’artiste indonésien Hanafi. Originaire d’un petit village niché dans le centre de Java, il s’intéresse à la peinture dès son plus jeune âge. Puis, diplômé de l’Ecole des Beaux Arts d’Indonésie à Yogyakarta, il s’installe par la suite à Jakarta. Il se forge peu à peu sa place dans le domaine de la peinture et finit par s’envoler de l’autre côté du globe pour y exposer ses œuvres : Canada, Singapour, Espagne… Mais il n’oublie pas ses racines et revient dans son pays natal. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que la Komaneka Fine Art Gallery accueille ses toiles, la première exposition datant de 2001. Pour cette année 2014, celle-ci s’intitule « Migrasi Kolong Meja », ce qui signifie littéralement « Migration sous la table ». Le titre est à la hauteur des peintures, ou pour faire plus clair, l’abstrait est bien au rendez-vous ! Hanafi semble obsédé par toutes les questions d’espace dans ses travaux. De ses larges coups de pinceaux ressort généralement une impression de solitude, de silence, ou de folie. Son style est volontairement dépouillé, dans le sens où les lignes n’ont pas pour rôle de définir ou de limiter des objets, où les couleurs ne sont pas des outils exprimant des émotions, et où toute la composition de la toile a été réalisée sans intention préalable. Bienvenue donc dans un tourbillon multicolore, étrange royaume où l’imagination et la créativité à l’état brut sont reines !

« Migrasi Kolong Meja », exposition de Hanafi à la Komaneka Fine Art Gallery, Jl. Monkey Forest, Ubud. Tél. (0361) 4012217 / 4012218. Courriel : gallery@komaneka.com

Luc Besson à l’honneur au BlackBeach

Le restaurant italien BlackBeach décide de mettre à l’honneur le réalisateur, auteur et producteur français Luc Besson ce mois-ci ! Tous les jeudis soirs, il est possible d’aller voir un de ses films à Ubud, chacun étant sous-titré en anglais. Cette année démarre avec la projection de « Subway », soit 1h44 de policier le jeudi 2 janvier. Sept jours plus tard, vous pouvez visionner un grand classique du cinéma, à la fois César de la Meilleure musique écrite pour un film et César du Meilleur son en 1989, « Le Grand Bleu ». La semaine suivante, le thriller « Nikita » est projeté. L’interprète du rôle-titre, Anne Parillaud, a reçu le César de la Meilleure actrice pour ce film en 1991. . Le jeudi qui suit, le documentaire « Atlantis » nous invite à explorer les fonds marins des Bahamas, des Galápagos, de Vancouver et de Tahiti. Enfin, le mois se termine avec le célèbre drame « Léon ».

Restaurant Black Beach, Jl. Hanoman n°5a, Ubud. Entrée libre, plus d’informations sur www.blackbeach.asia. Tél. (0361) 971 353

Renaissance et Pop art se rencontrent sur la toile

Du 18 au 20 décembre dernier, le concept store Biasa abritait les travaux de l’artiste italien Sebastiano Navarra. Vous avez raté l’expo « Puzzle Art » ? Ce n’est pas grave, nous on y était ! Lorsque l’on gravit l’escalier ultra-moderne de ce lieu à la fois galerie et magasin situé sur la Raya Seminyak, on est tout d’abord surpris par la puissance des couleurs ressortant des tableaux qui nous attendent à l’étage. Il est assez aisé de reconnaître certaines toiles majeures de la Renaissance, telles La Joconde de Léonard de Vinci, La Naissance de Vénus de Sandro Botticelli, ou encore, un peu plus tard, Les Ménines de Diego Velasquez. Cependant, ce ne sont pas du tout des copies conformes des originaux. En effet, dans chacune d’elles se glisse un objet pour le moins improbable et multicolore ! L’auteur de ces œuvres, âgé maintenant de plus de quatre-vingt ans, explique son travail. Lorsqu’il étudiait à l’Ecole d’Art et d’Architecture en Italie, il avoue être tombé amoureux de tous les grands maîtres de la Renaissance, ces derniers devenant peu à peu une partie de lui-même. Les années se sont écoulées, et il souhaite à présent se les réapproprier, mais d’une manière tout à fait originale. Il a d’abord modelé des petites statuettes aux couleurs flashy, puis il les a peintes pour ensuite les insérer dans des toiles du 16ème siècle qu’il a lui-même réalisées. Cette alliance peu ordinaire entre grands classiques de la Renaissance et Pop art moderne ne manque donc pas d’attirer l’œil ! D’ailleurs, l’attention des visiteurs a aussi largement été captée par une rangée d’appendices phalliques de toutes les couleurs, chacun rendant hommage à un peintre espagnol célèbre, comme Miro ou Gaudi…

Biasa Art Space Bali Gallery, Jl. Raya Seminyak n°34, Kuta. Plus d’informations sur www.biasaart.com

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2014 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO. Adresse officielle de PT.BALICOCORICO : Jl I Gusti Ngurah Rai, Tuban 80361. Bureau commercial à Seminyak, merci de nous demander le plan d'accès avant de venir. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 662/22-08/PK/IX/2011- NPWP. 02.278.558.8/906.000
Site Internet développé par Bali Reference