La Gazette de Bali - Dernière éditionAvril 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

ReligionEnvironnementTourismecuisineSanteEconomieartSportEvenementPolitique

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Drogues, vers la fin du tout répressif ?

Présidentielle 2014 : l’éclaircie démocratique Jokowi

Tripadvisor, pas si avisé que ça !

Raid moto à Kalimantan : voir Bornéo sans détour

Grand chasseur blanc : un roman à Bali qui partage la rédaction

Sans doute le dernier grand livre sur la culture de Bali

L’armée d’Hanuman, une bande de pillards en maraude

So Organic : les jeunes pousses d’un business bio et éthique

Agenda culturel avril 2014

Une collection inestimable volée puis restituée par les Anglais

Maximilien Sporschill : citoyen du monde, Balinais d’adoption

Dapoer Buleleng : vamos à la Blayag

Lady Marmelade : voulez-vous buller avec moi, ce soir ?

Voyagez, souriez, partagez avec BackPackSwag !

CROSS-T au 3V : une pratique complète pour tous, surtout ceux qui aiment suer !

Histoire d’éclairer vos lanternes... à la bougie

Mon Bali, par Renée Cregut

Difficile de trouver un homme qui se mette à la danse du ventre

les bons tuyaux

par Aurélie Godet | Edition de octobre 2013

Mon Bali, par Gede Sudarma

Mon Bali, par Gede Sudarma - La Gazette de Bali

D’où viens-tu ? Je suis né dans le nord de Bali, dans la région de Buleleng. Je vis maintenant à Ubud depuis vingt-deux ans.

Que fais-tu à Bali ? Je suis artiste-peintre depuis 1991, puis je suis devenu guide il y a quatre ans. Je prends toute sorte de touristes avec moi, même si la majorité est quand même francophone car peu de guides parlent le français. Je pense que les mentalités des touristes qui passent à Ubud ont évolué et j’ai remarqué que depuis quelques années les tableaux artisanaux ne se vendent plus aussi bien qu’avant. La préférence est désormais donnée à l’industriel. Voila pourquoi je suis maintenant guide. Mais c’est aussi pour aider au mieux ma famille, et surtout car j’aime beaucoup être en compagnie de francophones. J’ai de très bons contacts avec eux.

Tes rapports avec la communauté francophone se font-ils seulement dans le cadre de ton travail ? Oh non ! J’ai de très bons amis français qui vivent en Bretagne, au nord-ouest de la France. D’ailleurs, un de mes meilleurs amis est Breton ! Je l’ai rencontré en 1992 alors que je travaillais à l’époque comme serveur dans un petit warung à Ubud. Trois ans après, je venais le voir à Morlaix. Depuis, nous nous voyons régulièrement. J’adore aller là-bas. La Bretagne est vraiment dans mon cœur, c’est ma deuxième maison, et ce, qu’importent les saisons ! J’adore manger des crêpes, aller aux fest-noz avec mes amis… Grâce à eux, j’ai aussi plus de facilité pour trouver de nouveaux clients à Bali grâce au bouche à oreille. Je m’inspire également beaucoup des artistes bretons pour mes tableaux.

T’arrive-t-il de manger français ? J’adore me rendre au Café des Artistes, sur la Jalan Bisma à Ubud. Ce n’est pas un restaurant français, mais belge ! La nourriture y est vraiment très bonne. Mais je n’y vais que rarement car pratiquement tous mes clients veulent manger indonésien ! Alors j’aime bien aller manger du cochon grillé sur la Jalan Suweta, au warung Ibu Oka tout près du palais royal d’Ubud.

Connais-tu un artisan hors du commun ? Ah ah, moi bien sûr ! Je fais des tableaux de type « magic realist » et « magic surrealist ». En fait c’est un style qui permet de peindre des choses irrationnelles dans un environnement réel. J’en vends (Jalan Nyuh Bojog 18, Nyuh Kuning à Ubud), mais je ne suis pas le seul à faire ce genre de tableaux. Je connais aussi Gusti Lanang qui tient le Studio Lanang sur la jalan Sanggingan, toujours à Ubud.

En tant que guide balinais, tu dois connaître l’île comme ta poche. Très franchement, quel est pour toi le meilleur endroit pour une escapade ? La région de Seraya ! C’est dans l’est de l’île. J’y suis d’ailleurs allé avec mes amis bretons, ils ont beaucoup aimé. Ce n’est pas touristique du tout. On peut y faire des randonnées dans les petits villages… Mais je préfère prévenir, il faut quand même être sportif pour apprécier !

Enfin, si tu devais avoir un regard objectif sur ton île, quel serait-il ? J’ai beaucoup voyagé et je suis très content de vivre à Bali. C’est ici qu’est ma famille, ma culture, ma vie. Par contre le vrai problème pour moi, c’est la pollution. Il y a du plastique partout ! Moi-même, je ramasse les déchets que je vois sur la plage… Parfois aussi, je trouve qu’il fait un peu trop chaud. Mais ce n’est pas grave, car j’ai prévu de retourner à Morlaix pour prendre un peu de fraîcheur revigorante bretonne auprès de mes amis français !

Vos commentaires

  • Le 5 octobre 2013, par fabienne

    Bonjour,
    Article intéressant puisque je rechercher un guide ! Mais où trouver les coordonnées de Gede Sudarma ????
    Merci à vous.

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference