Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Mon Bali, par Djamal Saouli - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionOctobre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

EconomiecuisineEvenementReligionSportTourismePolitiqueEnvironnementartSante

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Chanee : devant le succès de "Kalaweit" une deuxième saison est prévue

Elections : les forces anti-démocratiques encore à l’oeuvre

Les limites étroites de la liberté d’expression on line

Avec Accor, l’hôtellerie française s’accorde au marché indonésien

Le premier voyage de Pierre Poivre en Asie passe par Batavia

Partenariat Smiley World & Insens’o

Le premier cinéma végétarien du monde ouvre à Ubud

Découvrez les bases du massage avec Espace SPA Bali

Pet Food à Balibel

A Nusa Dua, on tire et on pointe !

Elles vont marcher avec leur ruban rose

Agenda culturel octobre 2014

La fée de Goa Gajah

The Dusty : tiercé gagnant à la course au good karma

Mon Bali par, Adrian Giordano

Petit traité pour se faire bien traiter par nos traiteurs

L’esprit mathématique, tout le monde peut l’avoir

Un chef se met à table

Au Sate House, on n’embroche pas le client

Marshello (Lolot Aryafara) : un missionnaire au message rock

les bons tuyaux

par Aurélie Godet | Edition de décembre 2013

Mon Bali, par Djamal Saouli

Mon Bali, par Djamal Saouli - La Gazette de Bali

Pourquoi Bali ? Je suis un grand voyageur. Après mes études, j’ai pris une année sabbatique pour faire le tour de l’Asie. Ma dernière destination : Bali ! Là, je flashe sur les tissus en batik. Je me suis tout de suite dit que je reviendrai. Six mois plus tard, je finis par m’installer ici après avoir suivi un stage pour apprendre les techniques du batik sur l’île de Java, à Yogyakarta. Même s’il est vrai qu’au début je fuyais Bali à cause du trop grand nombre de touristes concentrés dans le sud, je peux dire que je suis revenu essentiellement pour les gens, les Balinais et leur sourire.

Que fais-tu sur l’île ? De ma passion pour le batik, j’arrive de fil en aiguille au vêtement. Je monte alors ma première ligne et exporte en France. Puis il y a maintenant cinq ans, j’abandonne celle-ci pour me consacrer à ma deuxième ligne, « Ginger Snap ». En parallèle de mon travail, j’aimerais aussi dire que j’ai un loisir, le théâtre, qui est également une réelle passion ! Après huit mois de répétition, c’était un véritable challenge pour moi de jouer un des rôles principaux de la pièce « Le Dîner de Cons » le week-end du 15 et 16 novembre dernier !

Quels sont tes rapports avec la communauté francophone ? Pendant longtemps, je n’ai fréquenté aucun Français. Je n’avais pas envie d’être une sorte de « néo-colon » et je ne côtoyais que des Indonésiens. Mais très vite, toute la culture française s’est mise à me manquer… J’avais alors deux, trois copains français. Enfin, en mettant un pied dans la troupe de théâtre il y a un an et demi, je n’ai pas rencontré des amis, mais une véritable et grande famille ! Le théâtre m’a permis de changer mon rapport avec la communauté francophone. Moi qui étais isolé, je suis maintenant toujours invité à des bouffes ! D’ailleurs j’en ai encore une ce soir…

Où peut-on suivre de bons cours de théâtre ? Avec Jean-René bien sûr ! Pour moi, Jean-René Gossart est vraiment un super prof (jrg1951@yahoo.fr). C’est quelqu’un issu de la Comédie française, un professionnel qui sait où il va. Je dirais qu’il transforme des apprentis comédiens en semi-professionnels !

Si on te demandait trois adresses pour manger ? Selon moi, le meilleur restaurant rapport qualité/prix d’Ubud est sans hésiter Siam Sally sur la Jalan Hanoman. C’est un thaïlandais où l’on peut écouter des concerts de jazz. Là-bas, j’adore manger des fish cake ! Pour quelque chose d’un peu plus chic où j’adore également mettre les pieds, je conseille le Merah Putih sur Petitenget, à Kerobokan. Ouvert tout récemment il y a six mois, c’est un restaurant gastronomique indonésien. Tout est super bon et la décoration est hallucinante ! Enfin, un endroit où je vais souvent est le Pak Dede sur la Jalan Tegal Cupek 1 à Umalas 2. Avec un budget un peu plus roots, on peut manger plein de plats à base de tofu dans ce petit warung traditionnel !

Et où sors-tu ? Quand j’ai envie de faire la fête, je vais généralement à Jakarta… A Bali par contre, j’adore aller boire un verre au Mantra (Jalan Petitenget) ! Il y a du bon vin et l’endroit me fait penser à un petit troquet, c’est très convivial. Tous les week-ends il y a des live, ce qui fait que les ambiances varient souvent ! Reggae, rock, pop… Je pense qu’il y en a pour tous les goûts.

Un endroit pour une escapade ? Oui, même deux ! Tout d’abord, j’adore aller du côté de Bedugul. Tout y est plus frais, j’ai l’impression de voir un peu du Bali d’avant avec les rizières couleur vert fluo. Quand je passe un week-end là-bas, je vais généralement dormir dans un des chalets qui surplombent le lac. C’est magnifique avec toute la brume autour. Sinon l’endroit est plutôt sympa pour faire la tournée des fermes et manger des fraises ! Avec Bedugul, je conseille à tous ceux qui veulent se faire quelques journées tranquilles de se rendre à Gili Air au nord-ouest de Lombok. Tout le monde est à pied et ce n’est jamais aussi bondé que sur l’île voisine de Trawangan. On a un peu l’impression d’être Robinson Crusoé face à une mer turquoise, sans un touriste aux alentours. Là, on voit tout plein de poissons et c’est donc super pour faire du snorkelling ou de la plongée…

Alors Bali, le paradis ? Bali est vraiment magnifique, c’est clair ! Mais pour moi, on ne peut pas penser à Bali sans penser aux Balinais. Or, je trouve que les injustices sociales sont encore trop présentes ici pour que l’on puisse parler de paradis. D’ailleurs, pour finir sur une petite touche philosophique, je dirais que le paradis n’existe pas sur terre. Au final, rien n’est absolument parfait. Pour obtenir son paradis, il faut le cultiver dans sa tête et dans les liens que l’on tisse avec les autres…

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2014 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO. Adresse officielle de PT.BALICOCORICO : Jl I Gusti Ngurah Rai, Tuban 80361. Bureau commercial à Seminyak, merci de nous demander le plan d'accès avant de venir. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 662/22-08/PK/IX/2011- NPWP. 02.278.558.8/906.000
Site Internet développé par Bali Reference