La Gazette de Bali - Dernière éditionAvril 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

artReligionEconomieTourismeEnvironnementSantePolitiqueSportEvenementcuisine

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Drogues, vers la fin du tout répressif ?

Présidentielle 2014 : l’éclaircie démocratique Jokowi

Tripadvisor, pas si avisé que ça !

Raid moto à Kalimantan : voir Bornéo sans détour

Grand chasseur blanc : un roman à Bali qui partage la rédaction

Sans doute le dernier grand livre sur la culture de Bali

L’armée d’Hanuman, une bande de pillards en maraude

So Organic : les jeunes pousses d’un business bio et éthique

Agenda culturel avril 2014

Une collection inestimable volée puis restituée par les Anglais

Maximilien Sporschill : citoyen du monde, Balinais d’adoption

Dapoer Buleleng : vamos à la Blayag

Lady Marmelade : voulez-vous buller avec moi, ce soir ?

Voyagez, souriez, partagez avec BackPackSwag !

CROSS-T au 3V : une pratique complète pour tous, surtout ceux qui aiment suer !

Histoire d’éclairer vos lanternes... à la bougie

Mon Bali, par Renée Cregut

Difficile de trouver un homme qui se mette à la danse du ventre

Cuisine

par Tristan Lochon | Edition de avril 2013

Yoan, l’ami de vos papilles françaises nostalgiques

Yoan, l’ami de vos papilles françaises nostalgiques - La Gazette de Bali

« J’ai grandi dans les casseroles ! » A prendre au sens figuré bien évidemment. Il y a un peu plus d’un an, Yoan à ouvert son petit restaurant français. Un endroit convivial, où on déguste la cuisine de chez nous… Son inspiration, il avoue l’avoir puisée dès son plus jeune âge auprès de sa famille : « ma grand-mère et ma mère cuisinaient souvent et j’adorais les regarder faire… je me suis tout de suite pris au jeu et j’ai commencé aussi à cuisiner, avant que cela devienne une véritable passion. » Yoan est un Français d’origine javanaise qui a grandi en Nouvelle-Calédonie, à Nouméa où il a étudié pendant deux ans dans une école hôtelière, avant de travailler dans le restaurant de son oncle. D’où son penchant pour la « western food », comme il dit.

Dans son restaurant de la « rue de la soif », on passe de la salade niçoise au croque-madame, de la blanquette de veau au boudin noir, on trouve de tout, des panini aussi et même de l’asian taste, pour l’éventuel conjoint local dubitatif devant la carte. Et c’est bon tout simplement ! « J’aime la cuisine balinaise, surtout les deux grandes spécialités d’ici, le betutu et le babi guling. Mais je ne suis pas encore prêt à cuisiner ce genre de plats. Il y a beaucoup d’ingrédients et c’est très épicé, je préfère la méthode française. Ma prochaine étape, le cassoulet !  » Chez Yoan, on aime les traditions, et le vendredi, ce n’est pas ravioli, c’est couscous fait maison. Et si vous avez encore un peu de place pour le dessert, vous ne pouvez pas passer à coté de la dame blanche ou des profiteroles. Ce mélange de glace, de chocolat chaud, de chantilly et d’amandes, une vraie merveille cette dame ! Une cuisine pas toujours facile à réaliser pour les employés indonésiens de Yoan, qui « savent faire mais qui ont besoin d’être assistés pour voir s’ils ont compris la recette demandée ».

Ils sont sept au total, huit avec Yoan, à se mettre aux fourneaux tous les jours jusqu’à 3 heures du matin, pour restaurer les fêtards qui rentrent des bars gay de la rue ou des clubs de Petitenget et ont parfois envie d’un « Parisien » pour finir leur soirée. Comme chacun sait, le « Parisien », vaut mieux l’avoir en sandwich… Mais ne vous inquiétez pas, si vous n’allez pas faire la fête dans le coin, l’ami Yoan fait les livraisons, dans les limites du raisonnable. Enfin, n’appelez pas non plus si vous habitez à Uluwatu ou Sanur. Pour les vacanciers venus chercher un peu d’exotisme à Bali, Yoan fait aussi du bougna poulet, un plat typique de sa Calédonie natale, dont «  les plages de sables blancs, qui font penser à de la farine  », lui manque, avoue-t-il. « Mais je suis très heureux d’être ici, Bali c’est vraiment top, zen, la vie est belle et les gens sont plus ouverts. C’est aussi beaucoup plus safe que Nouméa. Ici on peut sortir le soir sans problème. » Yoan s’est installé à Bali il y a trois ans et demi, « juste pour découvrir autre chose au départ », avant de se lancer avec son copain architecte dans l’ouverture de ce restaurant. «  Il a refait toute la déco, et moi la cuisine  », sourit-il. Son plat préféré ? « Le hamburger Yoyo », celui que l’on ne trouve nulle part ailleurs que « Chez l’ami Yoan ».

Chez l’ami Yoan Jalan Camplung Tanduk (Dhyana Pura) Tél. (0361) 73 48 74 Ouvert tous les jours de 10h à 3h du matin

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference