Strict Standards: Only variables should be passed by reference in /home3/socrate/public_html/config/ecran_securite.php on line 225
Un chef se met à table - La Gazette de Bali – Information sur Bali et l’Indonésie
La Gazette de Bali - Dernière éditionNovembre 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

SportEvenementSanteReligionEconomiePolitiquecuisineEnvironnementTourismeart

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

L’école de Bali deviendra une école d’ambassade à la fin de l’année

Bali : paradis des pédophiles et de la prostitution masculine

Rock & Lombok : un peu loin, mais tellement bien !

Des dragons en miniature

Bougainville à Bourou, Amboine, Célèbes, Banda et Batavia

Pleaser : rien que pour votre plaisir

Warehouse 82 : le RDV d’une communauté créative

Le grand bazar de Noël de BIWA rouvre ses portes

Tournoi de badminton ouvert à tous

Depuis 14 ans, ils courent pour sauver des vies. Pourquoi pas vous ?

Agenda culturel novembre 2014

Bouger librement dés le premier jour

Sebastien Valdivieso : goûter aux plaisirs de la vie à Bali

Mon Bali par, Izabela Domachowski

Un chef se met à table

IBC - L’ABC de la cuisine Sundanaise

Mark Baker : un dieu de la nuit au Panthéon de Bali

L’ombre de Megawati plane sur le gouvernement Jokowi

Cuisine

par webmaster | Edition de novembre 2012

Un chef se met à table

Un chef se met à table - La Gazette de Bali

Annick le Brasse, Australienne originaire de l’île Maurice, a ouvert il y a peu le Kreol Kitchen, un petit établissement avec une déco aux allures de brocante résolument seventies. On y grignote des choses délicieuses, aux saveurs créoles et surtout australiennes, une adresse qui gagne à être connue.

Est-ce qu’un nom ou une adresse a compté pour vous dans la cuisine ?

Tout le monde cuisine dans ma famille, les hommes comme les femmes, chacun avec sa spécialité. Pour nous, un repas est toujours une fête, un moment de partage avec des saveurs autant indiennes que chinoises, françaises que créoles, des enfants qui courent partout, de la musique, des rires.

Qu’est-ce qui vous guide dans la cuisine ? Une pensée ? Un secret ? Une méthode ?

Pour moi, on peut toujours apprendre les bases de la cuisine mais en exécutant le plus scrupuleusement une recette, on n’obtient jamais qu’une exécution parfaite mais rien qui ne s’inscrira sans doute jamais dans la mémoire. La cuisine, c’est une alchimie dans laquelle intervient la mémoire familiale, l’esprit du jour, le subtil équilibre des ingrédients entre eux parce que chaque jour, en fonction du marché et de tout un tas de facteurs, les goûts varient. Je fais en sorte que mes amis et mes clients n’oublient jamais mes plats, je dédie tous mes efforts à cela !

Quel ingrédient ou saveur avez-vous découvert à Bali ?

En vivant en Australie, je connaissais tous les produits de Bali même s’ils étaient inabordables en raison de leur prix. J’ai découvert ici le riz rouge, je trouve que c’est une vraie bénédiction. J’aime aussi la noix de coco fraîche et le jus qu’on en tire, la beauté du dragon fruit.

Que vous a apporté Bali dans votre métier ?

Je n’avais auparavant jamais eu d’expérience dans la restauration et j’ai vraiment découvert ma voie, on peut tellement donner et apporter aux gens en les nourrissant ! J’ai sérieusement de la chance avec mon équipe, j’apprends d’eux comme ils apprennent de moi, ils n’ont pas peur de faire des suggestions. Je les associe aussi au recrutement et ça donne de très bons résultats.

Y a-t-il une table autre que votre restaurant que vous recommanderiez à Bali ?

Sur notre zone, j ’ ai envie de recommander le warung Kolega (Jalan Petitenget) pour la grande variété de ses plats, son cumi cumi au chili, ses sate de bœuf. Dans un autre registre, le restaurant Candi (jalan Oberoi) pour leur magnifique interprétation de la cuisine indonésienne et Sarong (Jalan Petitenget) pour ses saveurs étonnantes et son côté slow food asian style.

Quel est votre plat préféré sur votre carte ?

Mon Kreol Platter a du succès, c’est un curry façon mauricienne, ça change tous les jours. Les Australiens viennent aussi beaucoup pour mes South Melbourne Dim Sims, ce sont des bouchées vapeur à la mode australienne pour lesquelles les gens font des heures de queue dans une boutique de Melbourne. J’ai aussi pas mal de recettes inspirées par l’association des femmes paysannes australiennes qui publient chaque année un livre. Tout ce qui fait travailler la mémoire olfactive a sa place à Kreol Kitchen, voilà pourquoi je fais moi-même ma sauce tomate, mes wraps et tous mes gâteaux. J’ai aussi pris le parti de ne pas servir de Coca ni de Fanta, je fais mes sirops moimême et les gens en redemandent.

KREOL Kitchen Jl Drupadi II n°56, Seminyak ( à 400 m sur la droite, en venant de Jl Dhyana Pura, face au chantier Harris) Tél. (0361) 738 514

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2014 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO. Adresse officielle de PT.BALICOCORICO : Jl I Gusti Ngurah Rai, Tuban 80361. Bureau commercial à Seminyak, merci de nous demander le plan d'accès avant de venir. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 662/22-08/PK/IX/2011- NPWP. 02.278.558.8/906.000
Site Internet développé par Bali Reference