La Gazette de Bali - Dernière éditionAvril 2014
Loading
Edition

Veuillez patientez pendant le chargement de la page. Merci.

ReligionEnvironnementTourismecuisineSanteEconomieartSportEvenementPolitique

La Gazette de Bali est un journal mensuel de 40 pages, imprimé à Bali et distribué à travers toute l’Indonésie. Seul média francophone en Indonésie, la Gazette de Bali propose un contenu généraliste pour mieux décrypter les cultures indonésiennes et l’actualité de ce vaste pays, grand comme l’Europe. Quelques pages pratiques sur Bali sont plus spécifiquement dédiées aux touristes sur Bali, aux résidents et aux candidats à l’expatriation.

Drogues, vers la fin du tout répressif ?

Présidentielle 2014 : l’éclaircie démocratique Jokowi

Tripadvisor, pas si avisé que ça !

Raid moto à Kalimantan : voir Bornéo sans détour

Grand chasseur blanc : un roman à Bali qui partage la rédaction

Sans doute le dernier grand livre sur la culture de Bali

L’armée d’Hanuman, une bande de pillards en maraude

So Organic : les jeunes pousses d’un business bio et éthique

Agenda culturel avril 2014

Une collection inestimable volée puis restituée par les Anglais

Maximilien Sporschill : citoyen du monde, Balinais d’adoption

Dapoer Buleleng : vamos à la Blayag

Lady Marmelade : voulez-vous buller avec moi, ce soir ?

Voyagez, souriez, partagez avec BackPackSwag !

CROSS-T au 3V : une pratique complète pour tous, surtout ceux qui aiment suer !

Histoire d’éclairer vos lanternes... à la bougie

Mon Bali, par Renée Cregut

Difficile de trouver un homme qui se mette à la danse du ventre

Cuisine

par Socrate Georgiades | Edition de octobre 2013

Avec El Sombrero, la révolution mexicaine s’empare des palais indonésiens

Avec El Sombrero, la révolution mexicaine s’empare des palais indonésiens - La Gazette de Bali

Si vous êtes attentifs au développement des lieux de restauration à Bali, vous n’aurez pas manqué de remarquer la naissance et l’essor des restaurants mexicains et tex-mex ces trois dernières années : Lacalaca, Taco Beach Grill, Mexican Express, Taco Casa, Mexicola, Mojo’s Flying Burritos, Taco Local et le dernier né à Bingin, Gallo Macho, sans compter tous les hôtels et bars qui développent une offre en matière de nourriture mexicaine (Sky Garden, Hard Rock Café, Melia…). A voir le succès de Mexicola sur Jl Kayu Jati (perpendiculaire de Jl Petitenget) auprès de la clientèle indonésienne, il n’y a pas de doute que la cocina mexicana séduit les palais habitués à la masakan Indonesia, on peut certainement faire des parallèles entre les sauces fortes mexicaines et la richesse des sambal indonésiens, les tacos qui croustillent comme les krupuk, les ingrédients simples utilisés pour réaliser cette cuisine qui se mangent sur le pouce entre amis. Ajoutons à cela des prix raisonnables qui séduisent une classe moyenne montante et un aspect festif important pour les Indonésiens qui adorent se déplacer en groupe, et vous aurez compris les clés du développement de cette cuisine mexicaine à Bali et plus largement en Indonésie. Eh oui, à en croire Israel Rovirosa, Mexicain installé en 2011 à Bali, producteur de chips tortillas et de galettes de blé et de maïs, la fièvre mexicaine a enflammé toute l’Indonésie puisqu’il distribue ses produits de Padang (Sumatra) jusqu’à Lombok.

Agé de tout juste trente ans, ce biologiste de formation qui a vécu et travaillé au Canada et en Australie, a été rattrapé par le virus familial des affaires. Après avoir découvert Bali à l’occasion de vacances et été séduit instantanément par « quelque chose de vivant qui m’attirait ici », il a eu l’idée de monter un atelier pour accompagner et développer la cuisine mexicaine en Indonésie. Il s’est d’abord formé au Mexique pour comprendre les recettes de tous ces ingrédients à base de farine de blé et de maïs nécessaire à la cuisine de son pays. Ensuite, il a dû importer des machines pour confectionner ces produits ici : « je voudrais relativiser la difficulté que certains rencontrent avec les douanes et les autorités indonésiennes parce qu’il m’a fallu exactement un an pour obtenir l’autorisation de la bureaucratie mexicaine pour exporter mes machines alors que les formalités à Surabaya n’ont duré qu’une semaine », raconte avec le sourire ce chef d’entreprise enthousiaste, fondateur de la marque El Sombrero.

Son plan original était la vente au détail mais sa production a été rapidement absorbée par le marché des hôtels et des restaurants. « Nous avons atteint la limite de nos capacités de production il y a quelques mois, heureusement l’importation d’une nouvelle machine pouvant produire 13000 galettes par jour nous a sauvé la mise », précise Israel, surpris par cet engouement. « Les Indonésiens ne sont pas a priori de grands amateurs de maïs, ils réservent cette céréale pour les animaux mais avec ce goût grandissant pour notre cuisine, ils s’y mettent. La montée de l’intolérance au gluten semble aussi les orienter de plus en plus vers des produits au maïs », c’est ce qui donne de belles perspectives d’avenir à ce jeune homme qui a créé à Bali le premier atelier digne de ce nom entièrement dédié à la cuisine mexicaine. Il n’importe que la farine de blé mais maîtrise le processus pour transformer le maïs de Java en farine, il en utilise actuellement 800 kg par jour. Ses dix employés ne connaissaient rien à la cuisine de Zapata et « maintenant, ils accompagnent leur nasi campur de tacos et de sauces mexicaines, la faculté d’adaptation des Indonésiens me fascine ».

El Sombrero. Tél. (0361) 895 63 64, elsombrero_bali@hotmail.com.

Réagir à cet article


modération à priori

Votre message sera affiché après validation par un modérateur.

Un message, un commentaire ?
Qui êtes-vous ?

2010 © La gazette de Bali - Marque déposée de PT. BALI COCORICCO
Bureau de la rédaction : Jl Raya Kerobokan 19, Kerobokan Kelod, Kuta Utara, Badung 80361. Tél. 0361 733 574 (9h00 - 17h00) courriel : info@lagazettedebali.info
SIUP: 649/22-08/PM/IX/2005 - NPWP. 02.278.558.8/901.000
Site Internet développé par Bali Reference