Jakarta entre dans une nouvelle ère aéroportuaire

PARTAGER SUR

Ceux qui fréquentent régulièrement l’aéroport de Jakarta ont pu suivre, de l’autoroute voisine, l’évolution dans le temps de la construction du nouveau terminal 3. Ils peuvent désormais s’y rendre et profiter de ses services. Et, dès le premier coup d’œil, le contraste est saisissant. Opposé au design traditionnel indonésien offert par les terminaux 1 et 2 dessinés par le Français Paul Andreu (également père de l’aéroport Charles de Gaulle), le nouveau terminal 3 offre un design résolument moderne, futuriste et se veut écologique. Sa façade en verre se distingue nettement des briques rouges des deux autres terminaux. Elle absorbe les rayons du soleil et réduit ainsi la consommation d’électricité pour l’éclairage. Les matériaux utilisés pour la construction permettent d’étouffer le bruit et les vibrations provoqués par les moteurs d’avion. Et, détail pas tout à fait anodin, des sources gratuites d’eau potable y ont été installées, une grande première en Indonésie.
Cette jolie réussite a coûté 27 millions de dollars, mais elle semble satisfaire ses premiers passagers. Plusieurs d’entre eux ont noté une ressemblance avec l’aéroport Changi de Singapour. « C’est effectivement moderne, grand, propre, mais ça manque pour l’instant cruellement de vie note David, un Français résidant en Indonésie. L’accès en voiture est facile, le parking est vaste, les toilettes sont nombreuses, il n’y a pas d’attente mais on sent que l’endroit n’est pas encore complètement opérationnel. » Effectivement, outre les espaces commerciaux et de détente manquant encore à l’appel, le terminal 3 n’en est qu’à sa première phase de développement. A l’heure actuelle, il s’étend sur 30 000 mètres carrés et ne compte qu’une porte d’embarquement pouvant accueillir quatre millions de passagers par an. Mais quatre autres portes pouvant elles aussi satisfaire quatre millions de voyageurs par an chacune vont être ajoutées, faisant passer la capacité du terminal 3 à vingt millions de passagers. Ce processus graduel devrait prendre fin en 2020.

Il n’en reste pas moins que ce nouvel outil était devenu indispensable devant la demande grandissante à laquelle l’aéroport Soekarno Hatta doit répondre. Initialement prévus pour accueillir chacun neuf millions de passagers, les terminaux 1 et 2 ont ces deux dernières années vu passer 32 millions de voyageurs. A terme, la capacité totale de l’aéroport devrait être de 38 millions de passagers par an, faisant définitivement passer Jakarta dans la cour des grands aéroports internationaux. Les activités du nouveau terminal 3 comprennent celles des compagnies indonésiennes Air Asia et Mandala, celles à venir du transport des pèlerins vers La Mecque et des équipements spéciaux pour l’accueil des travailleurs migrants indonésiens. Ces derniers partaient et arrivaient auparavant au terminal 1, où des employés peu scrupuleux avaient de notoriété publique développé un système leur permettant d’extorquer un peu d’argent aux Indonésiens travaillant à l’étranger.

Si pour l’instant des navettes de bus gratuites permettent de rejoindre les autres terminaux, il est prévu qu’un train remplisse cette fonction dans les années à venir. Ce même train reliera aussi l’aéroport à la gare de Manggarai à Jakarta. Enfin, le dernier investissement majeur à moyen terme devrait permettre à l’aéroport de se doter d’une nouvelle piste de 4000 mètres qui permettra ainsi d’augmenter la capacité d’accueil de l’aéroport sans que les horaires n’en souffrent. A noter qu’en mai 2008, le site internet ForbesTraveller.com a classé Soekarno Hatta au sixième rang mondial des aéroports les plus ponctuels avec plus de 86% des vols partant à l’heure et 72% à l’arrivée. D’excellents chiffres que ces nouvelles infrastructures pourraient encore améliorer. En attendant le développement final : la société de gestion de l’aéroport Angkasa Pura II envisagerait en effet à terme de doter l’aéroport de cinq terminaux passagers plus un réservé aux pèlerins et de quatre pistes. Le développement ne fait que commencer.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE