HUILE DE PALME : COLERE DE L’INDONESIE ENVERS LE PARLEMENT EUROPEEN

PARTAGER SUR

La ministre de l’Environnement et des Forêts Siti Nurbaya Bakar a affirmé que l’Indonésie rejetait vivement les allégations du parlement européen selon lesquelles l’industrie de l’huile de palme indonésienne était liée à la corruption, l’exploitation des enfants et l’abolition des droits des communautés locales.

« Ces allégations sont méprisables et impertinentes », a-t-elle dit dans un communiqué.

La ministre faisait référence au rapport du parlement européen baptisé « Report on Palm Oil and Deforestation of Rain Forests » rendu public le 4 avril dernier à Strasbourg.

La ministre a exprimé sa colère après que les parlementaires aient approuvé ce rapport.

Pour elle, il s’agit d’une « insulte inacceptable » envers le gouvernement indonésien. Elle a rappelé que le président Jokowi et le gouvernement avaient lancé une gestion durable de cette industrie.

La ministre a aussi rappelé que l’huile de palme étaient une industrie très importante pour le bien-être des fermiers qui représentent 41% du total des plantations du pays (11 millions d’hectares). Un secteur qui donne de l’emploi à 16 millions de personnes, a-t-elle ajouté.

Elle a ensuite nié les accusations selon lesquelles cette industrie serait préjudiciable aux droits des peuples indigènes.

« Le président a montré une attention particulière à la protection des droits des communautés traditionnelles sur les forêts », a dit la ministre rappelant encore que ces communautés étaient bien protégées par le gouvernement.

« Ce rapport est incomplet et insultant car plein d’accusations erronées et il appelle au gel des investissements dans cette industrie en faveur du tournesol ou du colza », a poursuivi Siti Nurbaya Bakar.

Elle a enfin demandé aux autres pays de laisser l’Indonésie résoudre ses propres problèmes, y compris les feux de forêt, la gestion des forêts et des tourbières, la protection de sa faune et sa flore, comme sa « contribution au monde ».

« L’Indonésie pourrait faire face à n’importe quel pays au monde si sa souveraineté est remise en question », a conclu la ministre.

Lire aussi :
L’INDONESIE COMMENCE A RENDRE LEURS TERRES AUX INDIGENES

556748_620
SOURCENetral News
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE