HONG KONG S’INQUIETTE DE LA RADICALISATION DES FEMMES DE MENAGE INDONESIENNES

PARTAGER SUR

Une récente étude de l’IPAC (Institute for Policy Analysis of Conflict) basé à Jakarta a publié les résultats d’une étude le mois dernier dans lequel était établi qu’une centaine d’employées de maison avaient été impliquées de près ou de loin dans des activités liées à l’islam radical.

Un fait qui est difficilement admissible pour la plupart des Indonésiens qui ont découvert avec stupeur ces derniers mois que des femmes étaient impliquées dans certains des réseaux musulmans radicaux qui ont perpétré des attaques sur le sol indonésien.

Cette semaine, la police de Hong Kong a affirmé surveiller une vingtaine de petites bonnes indonésiennes sur une liste de 43 pour leurs liens supposés avec l’Etat Islamique d’Irak et de Syrie (ISIS), a rapporté un article du South China Morning Post.

Les 23 autres pembantu ont déjà quitté la ville chinoise, affirme le quotidien citant une source proche de l’enquête de police.

La police a convoqué la plupart de ces femmes de ménage encore dans la ville pour des interrogatoires.

Les enquêteurs ont toutefois établi que la plupart d’entre elles n’avaient aucun lien direct ou opérationnel avec ISIS.

Elles ont affirmé leur soutien à certains positionnement idéologiques de l’organisation extrémiste mais n’ont manifesté aucune intention violente, relativise l’article.

« Bien qu’elles ne soient que des sympathisantes, la police va continuer à les surveiller », a expliqué la source proche des autorités.

Selon une autre source, diplomatique cette fois, le quotidien chinois affirme que Tri Tharyat, un officiel indonésien présent à Hong Kong, a expliqué que l’agence consulaire avait récemment intensifié ses efforts dans le but de stopper la radicalisation de la main d’oeuvre indonésienne présente dans la ville.

Il a affirmé que l’agence consulaire avait établi un mécanisme efficace de combat contre la terreur en collaboration avec les officiels chinois.

« Mon rôle est de produire les meilleurs efforts afin de minimiser, et si possible d’empêcher, que des Indonésiens soient affiliés ou influencés par les groupes extrémistes », a dit le diplomate.

Lire aussi :
ATTENTAT DEJOUE CONTRE LE PALAIS PRESIDENTIEL

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE