LE GANG DE BIKERS FINKS INTERDIT DE RÉUNION A BALI

PARTAGER SUR

La police indonésienne, répondant à une requête de la police australienne, a décidé de refuser l’entrée sur son territoire de deux leaders d’un gang de bikers australiens.

La bande des Finks avait prévu un gros meeting à Bali qui devait réunir une centaine de membres avec leurs familles.

La plupart d’entre eux étaient déjà sur place ou en route et le fait que
Troy Albert Fornaciari et surtout le président Kosh Radford aient été refoulés à l’aéroport Ngurah Rai a complètement mis à mal ce projet.

 

Bali est une destination privilégiée des bikers australiens, des organisations criminelles qui contrôlent généralement les business de la drogue, de la prostitution et des assassinats en Australie.

Ici, certaines sources les disent impliqués dans des investissements liés à la nightlife de Kuta et à certains commerces. Il est clair que c’est à Bali que nombre de gangs australiens recyclent l’argent de leurs activités illégales

Les Finks avaient prévu leur grand raout à Bali car une loi australienne les empêche désormais de se réunir dans leur pays.

L’Indonésie n’a pas de loi comparable. Pire encore, elle semble même très favorable à tous ces clubs de bikers, notamment autour de la marque Harley-Davidson.

Il est vrai que ces clubs Harley ont toujours été historiquement gérés par la police indonésienne.

Mais les choses ont évoluées ces dernières années. Les Finks, comme d’autres gangs australiens ont désormais leur « chapter » balinais.

C’est sans doute pour cette raison qu’ils pensaient qu’il serait désormais plus commode pour eux de faire leur réunion à Bali.

Le responsable de l’immigration à l’aéroport, Ari Budijanto, a affirmé que Fornaciari s’était vu refuser l’accès au territoire pour « raison de sécurité et de maintien de l’ordre public » en Indonésie.

Un responsable de la police de Bali, Sang Made Mahendra Jaya, a expliqué que ses services avaient été avertis par la police fédérale australienne et que les autorités locales adhéraient de façon entière à cette stratégie commune de refus des activités des gangs de bikers.

« Nous les avons interdits de territoire car leurs casiers judiciaires sont très chargés », a dit le policier indonésien.

C’est la première fois que les autorités indonésiennes affirment publiquement leur intention d’empêcher une réunion de bikers étrangers.

Les Finks, comme d’autres gangs australiens, Bandidos, Hell’s Angels, Nomads, ont commencé à s’établir à Bali, créant leur propre branche ou s’alliant avec des organisations de masse locales.

Finks Bali, comme leur page FB le démontre, compte aujourd’hui des membres indonésiens.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE