Le FPI fait une descente dans une supposée « partouze gay »

PARTAGER SUR

Une cinquantaine de membres du FPI (Front de défense de l’islam) a opéré une descente dans un appartement de Jakarta pour empêcher ce qu’il croyait être une partouze gay. Selon la police, aucun acte illégal selon la loi indonésienne n’a cependant été constaté sur place.

Un porte-parole de l’institution a expliqué que les 13 hommes présents dans l’appartement avaient été interrogés puis relâchés par manque de preuves d’avoir contrevenu à une quelconque loi sur les bonnes mœurs lors de cette réunion de weekend.

Une association en faveur des droits des minorités sexuelles, « Our Voice », a affirmé que la police aurait plutôt dû questionner les membres du FPI pour atteinte à la vie privée.

« Qu’une officine du gouvernement permette que ce genre de choses se produise, cela est terrifiant. C’est un avertissement pour cette nation », a dit Hartoyo, un des responsable de Our Voice.

Lire aussi :
SOUDAINEMENT, L’INDONESIE CRIE HARO SUR LES HOMOS

Le FPI, qui est connu pour ses raids contre les bars et les boites de nuit pendant le ramadan, et dont on se souvient qu’il avait réussi à empêcher la star de la pop Lady Gaga de donner un concert ç Jakarta, a promis de continuer ce type d’actions.

« Le FPI, depuis sa naissance et à l’avenir, continuera de se battre pour maintenir ce qui est bon et empêcher ce qui est mauvais dans la société, et ce à tout prix », a expliqué son secrétaire général Novel Bamukin.

Cette organisation de masse composée de musulmans fanatiques était à l’initiative de la manifestation du 4 novembre dernier contre le gouverneur de Jakarta Basuki Tjahaja Purnama, accusé de blasphème contre l’islam.

Une personne est morte et plus d’une centaine ont été blessées dans ce qui a pourtant été désigné à la fois par ces instigateurs et par le gouvernement comme une « action pacifique ».

Lire aussi :
PAS DE PORTES DANS LES DORTOIRS POUR EVITER L’HOMOSEXUALITE

D’après Reuters.

SOURCEReuters
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE