DROITS HUMAINS : REJET EN BLOC DES REQUETES DES NATIONS-UNIES

PARTAGER SUR

En mai dernier, les Nations Unies avaient adressé un certain nombre de recommandations à l’Indonésie afin que celle-ci corrige les abus concernant les Droits Humains dans ses frontières. Ces avis avaient pour but de contrer les menaces grandissantes dont font l’objet un certain nombre de minorités dans l’Archipel, en tout premier lieu les homosexuels et transgenres (LGBT), mais aussi de demander l’annulation de dispositions légales comme le délit de blasphème et la peine de mort.

Sans surprise, l’Indonésie a décidé de rejeter en bloc ces requêtes par la voix de son ministre des Affaires étrangères Retno Marsudi, invoquant qu’elles étaient « difficiles à accepter » en invoquant la notion vague de « conditions de l’Indonésie ».

En raison de la procédure inhérente à son appartenance à l’ONU, l’Indonésie doit formellement répondre à ces demandes formulées par les autres membres en annotant les mentions « accepter » ou « rejeter » à chacun d’entre elles. Les demandes étaient au nombre de 75. Elle devra le faire pour le prochain meeting du Conseil des Droits Humains des Nations Unies en septembre prochain.

Ce rejet en bloc des recommandations démontre la volonté délibérée du gouvernement indonésien de ne pas remédier à ces lois discriminatives et le manque d’engagement du pays en général vers l’amélioration de sa position sur les Droits Humains, ont noté les activistes.

Cela démontre également à quel point le gouvernement méprise les minorités sexuelles dans le pays, un mépris d’ailleurs orchestré sciemment par l’appareil d’Etat comme l’ont démontré un certain nombre d’incidents durant l’année 2016. A mettre en parallèle avec une persécution accrue des minorités religieuses et l’utilisation abusive du délit de blasphème pour les réduire au silence.

Lire aussi :
Droits de l’homme en Indonésie : le point selon Human Rights Watch
Droit de l’Homme : sévère remontrance des Nations Unies
NOUVEL APPEL DANS LE CAS DE L’ASSASSINAT DE MUNIR
L’INDONESIE VOTE LE MORATOIRE SUR LA PEINE CAPITALE A L’ONU
L’ONU PRESSE L’INDONESIE SUR LES DROITS HUMAINS
CREATION D’UNE POLICE ANTI-LGBT A JAVA-OUEST
1ère CONDAMNATION D’HOMOSEXUELS EN INDONESIE
LE CONSERVATISME EST AVANT TOUT UNE ATTEINTE A NOS DROITS SEXUELS

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE