« LIVING BALI », UBUD WRITERS & READERS FESTIVAL, NUSA DUA FIESTA, TUMPEK UDUH ET JOHN FAWCETT

PARTAGER SUR

L’ARCHITECTURE DE BALI
« Living Bali », ce documentaire passionné, est l’œuvre de Baptiste Mallet. Après avoir lancé une opération de financement participatif, ce Français est allé, durant 7 mois, au contact de la population balinaise. A travers une série de portraits d’insulaires réalisée dans leurs habitations, ce projet tente de faire découvrir l’architecture de l’île des dieux. Franck Michel, anthropologue (cf. La Gazette de Bali n°29 – novembre 2007), auteur de plusieurs ouvrages sur Bali et parrain du programme explique que « le projet consiste précisément à tenter de comprendre l’essence de la culture locale qui est confrontée aux changements irrémédiables et qui est replacé à l’aune des croisements issus de la mondialisation. Le tout en analysant les rapports entre nature et culture avec l’architecture en ligne de mire. » Cette initiative indépendante faite avec peu de moyens ne demande qu’à être soutenue. La première diffusion se fera ce mois-ci en France à Albertville au Festival « Le grand bivouac » du 19 au 22 octobre. Il faudra être patient pour le découvrir à Bali dans les prochains mois, en attendant vous pouvez aller voir le teaser sur la page Facebook « Habiter Bali – Living Bali » !
Living Bali, du 19 au 22 octobre à Albertville, France, au Festival « Le grand bivouac »

UBUD WRITERS & READERS FESTIVAL : RETOUR AUX ORIGINES
Créé à la suite des attentats terriblement meurtriers de 2002, le Festival des écrivains et des lecteurs d’Ubud est devenu un évènement incontournable de la culture et de la diversité à Bali. Réunissant artistes, auteurs, penseurs et interprètes, le festival est une plate-forme pour un échange significatif et un dialogue interculturel. Pendant 4 jours, du 25 au 29 octobre, avec pour thème cette année : « Origins », le public pourra donc aller à la rencontre des artistes pour discuter, échanger sur des idées ou sur une vision de la vie commune. Des déjeuners littéraires, des spectacles, des ateliers pratiques, ou encore des expositions d’arts sont là pour promouvoir certains jeunes auteurs. Au-delà de Bali et même de l’Indonésie, le festival a un impact sur le plan international. Il est devenu en 13 ans un rendez-vous inévitable pour tous les passionnés de littérature et d’interaction culturelle et sociale. Et oui, Bali n’est pas seulement synonyme de surf et de yoga !
Ubud Writers & Readers Festival, du 25 au 29 octobre. Tél. (0361) 977 408. www.ubudwritersfestival.com

COMME TOUS LES ANS, NUSA DUA FAIT SA FIESTA
La zone de Nusa Dua est connue à Bali comme étant l’enclos où ont poussé les premiers hôtels 5 étoiles et où sont parqués les touristes qui aiment être… parqués. Il y a depuis quelques années une volonté de créer une attraction culturelle dans cet endroit de l’île complètement fabriqué pour le tourisme (cf. La Gazette de Bali n°28 – septembre 2007). Depuis 1996, l’office du tourisme a décidé d’organiser chaque année la Nusa Dua Fiesta. Sur 5 jours, du 11 au 15 octobre, toutes sortes d’activités sont proposées, des défilés de mode, des attractions sportives, des ateliers culinaires, des beach clean up, des concerts etc. De la diversité, il y en aura mais pas certain que l’authenticité et la cohérence soient au rendez-vous…
Nusa Dua Fiesta, péninsule de Nusa Dua, du 11 au 15 octobre. Tél. (0361) 771 010, nusaduafiesta.co.id

TUMPEK UDUH : QUAND BALI CELEBRE L’AGRICULTURE
Tumpek Uduh, également appelé Tumpek Pengatag ou Tumpek Wariga, est un événement consacré à Sanghyang Sangkara, le dieu de la nourriture sur l’île de Bali. Cet événement se déroule 25 jours avant Galungan, un festival important qui se tient une fois tous les 210 jours. Ce jour-là, des offrandes sont faites à ce dieu afin de bénir la terre. Les Balinais remercient leur dieu et demandent également de bonnes récoltes pour les mois à venir. Le but de ce rituel est de rappeler aux habitants l’importance de la terre nourricière. La meilleure comparaison à ce jour serait la célébration du Jour de la Terre à l’échelle mondiale. Les Balinais, peuple agraire par excellence, appréhendent parfaitement dans leurs traditions l’importance de conserver l’environnement en bon équilibre pour qu’il continue de nourrir l’homme.
Le 7 octobre dans toute l’île

JOHN FAWCETT, UN VISIONNAIRE S’EN EST ALLE
John Fawcett a fermé les yeux samedi 9 septembre à l’âge de 85 ans, cet homme de cœur a rendu à bon nombre de personnes de Bali, l’un des sens les plus élémentaires, la vue (cf. La Gazette de Bali n°50 – juillet 2009). C’est en 1983 que cet Australien part sur l’île des dieux, pour une retraite suite à des problèmes de santé. Il prend alors conscience que la population locale est loin d’avoir les mêmes droits aux soins que lui notamment dans les villages reculés de l’île. Le coût des prestations ainsi que le manque d’infrastructure sont un vrai frein pour soigner les problèmes liés, notamment, à la vue. C’est en 1991 qu’il aura une idée complètement folle : une clinique mobile, Le Mobile Eye. Il créera par la même occasion sa 1ère fondation, une organisation humanitaire à but non lucratif. Elle va révolutionner la vie et la vue de beaucoup de Balinais, grâce, entre autres à la chirurgie de la cataracte. Depuis, les prestations se sont élargies à la restauration de la vue, à la prévention de la cécité, à la chirurgie corrective des enfants, ou encore à la mise en place des prothèses des yeux et ce, bien au-delà de la seule île de Bali. On estime que les fondations crées par Fawcett aident 20 000 patients chaque année à Bali et dans les îles environnantes. La fondation est aujourd’hui présente sur de nombreuses îles d’Indonésie. Comme une référence en matière de chirurgie oculaire, elle est surtout une référence en matière d’humanité et de solidarité. Une cérémonie de crémation a été organisée pour John Fawcett à Perth le vendredi 15 septembre dernier, puis les cendres ont été transportées à Bali pour une ultime cérémonie.
www.johnfawcett.org

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE