DEUX NON-MUSULMANS FOUETTES POUR LA 1ère FOIS A ACEH

PARTAGER SUR

La seule province indonésienne régie par la charia a imposé le fouettage en public de deux non-musulmans pour la première fois vendredi.

Les deux hommes, deux descendants chinois de confession bouddhique, Alem bin Suhadi, 57 ans, et Amel bin Akim, 60 ans, ont été fouettés après avoir été appréhendés en train de faire des paris lors de combats de coqs dans la ville de Jantho, Aceh.

Les deux condamnés ont reçu neuf et sept coups de cravache sur le dos respectivement, une sentence allégée car ils avaient déjà passé plus d’un mois en détention depuis leur interpellation par la police.

« Lors de leur arrestation, deux coqs et 400 000 roupies de paris ont été confisqués par la police », a dit le procureur islamique Rivandi Aziz.

Les coups de fouet sont monnaie courante à Aceh sous la loi islamique, pour des délits allant de la consommation d’alcool, au jeu d’argent, à l’adultère ou à l’homosexualité.

Auparavant, seuls les musulmans étaient concernés mais cela a changé en 2015.

Les non-musulmans qui ont enfreint la charia ont le choix de se voir condamnés sous la loi nationale, ou bien sous la loi islamique.

Les deux bouddhistes auraient été passibles de peines de prison sous la loi indonésienne.

« Nous vivons à Aceh, alors nous devons nous soumettre aux lois de notre région », a dit Alem à l’AFP peu après l’exécution de sa peine.

Lire aussi :
VAGUE D’EXECUTIONS ISLAMIQUES A ACEH

6dd993a2067d42f0b3a09d0c9328db1c_18
SOURCEAsia One
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE