Décès d’Umar Said, président de l’association Franco-Indonésienne Pasar Malam

PARTAGER SUR

Nous avions l’habitude de l’appeler avec respect et tendresse Pak Umar (Monsieur Umar). Sa disparition est survenue le vendredi 7 octobre en fin de soirée à l’hôpital. Pak Umar, né le 26 octobre 1928, récemment élu président de l’association, fut un lutteur inlassable pour la liberté du peuple indonésien, pour la démocratie, l’universalité des Droits de l’Homme et des Peuples. Combattant de l’indépendance de l’Indonésie dès les premières heures dans les années quarante, il représente en septembre 1965 l’Indonésie au Congrès de l’Association Internationale des Journalistes afro-asiatiques au Chili. Il échappe ainsi au massacre déclenché en Indonésie par le coup d’Etat anticommuniste de Suharto du 30 septembre 1965. Après une vie mouvementée, faite de luttes et d’exil, Pak Umar, victime du régime dictatorial, se retrouve en France, séparé de force de sa famille pendant de longues années. Il consacre son infatigable énergie à la solidarité envers ses compatriotes persécutés par la dictature de Suharto. Ainsi, il contribue de manière décisive à la fondation de la SCOP restaurant Indonesia qui permit à de nombreux exilés politiques indonésiens de survivre à Paris.

Le 24 janvier 2011, Umar Said, a reçu la Médaille de la Ville de Paris des mains de Christian Sautter en présence de nombreux amis et personnalités venus des quatre coins d’Europe. Homme ouvert, généreux, amical, chaleureux, son dernier acte de solidarité fut d’accepter en octobre 2011 la présidence de l’Association franco-indonésienne Pasar Malam.

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE