Courrier

PARTAGER SUR

J’ai eu envie de partager avec les lecteurs de la Gazette une nouvelle attraction culturelle passionnante qui vient d’ouvrir à Bali. Le Taman Nusa est à découvrir en famille, entre amis, en touristes, ou avec l’école dans un endroit splendide chargé d’histoire, de valeurs et de très belles maisons traditionnelles indonésiennes. Le nouveau parc de Gianyar est en construction depuis plus de 7 ans par la volonté et la passion d’un seul homme, un Sino-indonésien de Jambi qui partage, avec toute sa famille, une belle vision de son pays et un concept primordial : la préservation de la culture indonésienne et de son unité. Le parc est magnifique, la visite a été superbe, on y retrouve la beauté de toute l’Indonésie en seulement quelques heures de visite.

Le parc, ouvert depuis le 10 Juillet, n’est pas encore totalement terminé, mais le sera d’ici moins de 2 mois avec une miniature de Borobudur, des maisons traditionnelles de chaque région d’Indonésie, une librairie interactive, un musée, des restaurants et bien d’autres choses. Les visites sont menées par des guides balinais vraiment accueillants et disponibles, qui expliquent parfaitement la vision du parc, le concept et l’amour de la culture indonésienne que le créateur du parc a transmis à l’ensemble du personnel. Nous leur souhaitons sincèrement que le Taman Nusa soit bientôt un endroit incontournable pour tous, locaux, expatriés et touristes.
Les enfants de tous âges doivent aller découvrir cet endroit qui est un parfait lieu d’apprentissage consacré au pays dans lequel ils sont nés ou dans lequel ils vivent (Taman Nusa propose des packages « journée culturelle et éducative » pour les écoles, groupes, entreprises. Contacter la marketing manager qui est très sympathique). Mon mari, en tant qu’Indonésien balinais a beaucoup apprécié cet endroit et surtout a été très touché par les paroles du patron pour la préservation de cette unité indonésienne si précieuse malgré la diversité et l’étendue du pays. Bref, j’espère que cela pourra intéresser un maximum de personnes…Visitez cet endroit qui devrait être inscrit dans le programme scolaire de chaque enfant né ou vivant en Indonésie !

Magaali Sukanta

[
www.taman-nusa.com-> www.taman-nusa.com]

—————————————————————————————–

Nous n’avons pas l’habitude de publier les messages de félicitations que nous recevons mais pour fêter le numéro 100 de la Gazette, nous passons celui-ci qui nous va droit au cœur. Au nom de toute l’équipe, merci Cédric !

Toutes mes félicitations à La Gazette de Bali ! Fraîchement débarqué,
j’ai ramassé votre canard en pensant : « Ah, voilà la feuille de choux des Français ! Bon, il faut que je voie un peu comment ça se passe ici ; il faut que je me colle les usuels potins sans intérêt, bourrés de fautes et imprimés de travers. »
J’avais tort de médire ! Loin du gribouillis-fouillis que l’on rencontre dans toutes les grandes villes remplies d’expatriés français et que l’on parcourt en cinq minutes, j’ai été ravi de ma lecture de votre mensuel. Merci et bon courage pour votre continuation.

L’aspect, c’est la première impression : merci pour ce beau papier et cette belle présentation. Même les publicités sont chouettes ! Merci pour le tableau de marée pour aller courir sur la plage à marée basse. Et surtout merci pour ce petit humour qui m’a fait souvent sourire :
– la tante Yvonne et les waka-bâfreries de Socrate ;
– les bedaines atrocement découvertes de Didier ;
– les conseils taquins de Stéphanie (à l’heure de la découverte, je chasse justement les marchés de fruits) ;
– l’agacement d’Eric et son admiration des kriss (que je vais aller voir dans les prochains jours) ;
– les petites aventures de Ron (qui résonnent dans ma tête – courant, plongée, lamantins) ;
– les mots sages de Lidia (j’ai l’impression de passer mon temps à dire aux enthousiasmés du polyglottisme ce qu’elle écrit-là ; et je me sens donc moins seul) ;
– les petits soucis quotidiens de Nancy (qui me rappellent que chaque installation dans un autre pays est plein de détails à maîtriser ; et je pense : « surtout ne pas m’installer avant d’avoir un vrai projet ») ;
Merci aussi pour les deux articles avec un peu de recul de Jean-Baptiste et Eric et l’interview peu enthousiasmante de Corinne. Ça me donne justement quelques perspectives. Merci aussi de m’avoir fait rêver sans le savoir puisque les éditions Kailash de Pondicherry me ramènent à ma vie en Inde et les Gili devenus saturés à ma première visite en Indonésie il y a douze ans. Je suis arrivé à Bali en tant que marin en escale. Si je reste quelques mois comme entrepreneur qui se remet au travail, je serai ravi de faire votre connaissance. Bon courage à toute l’équipe et surtout : continuez !

Cédric Holtz

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE