Ca recommence, les victimes de viol ont du plaisir

PARTAGER SUR

Il y a quelque temps, à la suite d’un viol en tournante d’une adolescente de 14 ans
(cf. La Gazette de Bali n°90 – novembre 2012), le ministre de l’Education et de la Culture Mohammad Nuh avait indiqué que « dès fois, elles le font pour le plaisir et après, la fille raconte que c’est un viol.» Cette fois, c’est un juge de haute volée, Muhammad Daming Sunusi, candidat à la Cour suprême qui a renchéri sur ce terrain glissant au cours d’une évaluation de ses capacités par les députés. Ayant déjà passé un premier examen devant la Commission judiciaire, il était cette fois questionné par la chambre sur le fait de savoir si la condamnation à mort était pertinente pour les violeurs. L’aspirant a répondu : « Le violeur comme la victime, les deux ont eu du plaisir. Alors, il faut faire attention au sujet de la peine de mort. »

Sa remarque a provoqué un tollé général, surtout à un moment où les viols tiennent la une de l’info avec insistance. Viol d’adolescente, viol d’enfant, viol incestueux, certains avec homicide volontaire ou involontaire, les gros titres des journaux sont pleins de ces atrocités ces dernières semaines et la réflexion de Daming ne pouvait plus mal tomber. Après le test, il a expliqué que sa remarque avait pour but de rompre la glace. « J’ai vu que nous étions tous trop tendus. J’ai dit cela pour relâcher la tension. Nous avons pu rire un peu », a-t-il expliqué aux journalistes à sa sortie. Et il est vrai que les députés ont éclaté de rire…

Reste que l’affaire a pris cette fois des proportions plus grandes que pour son prédécesseur le ministre de l’Education, encore une fois grâce aux activistes et aux réseaux sociaux on line, et le juge a fini par faire des excuses publiques la larme à l’œil tant la colère de l’opinion publique était grande. « Je présente mes excuses. Je suis bien conscient que je suis né de ma mère et que j’ai aussi des filles  », a-t-il pleurniché un peu tard. Si sa carrière à la Cour suprême est désormais dans l’impasse, qu’en sera-t-il de celle de juge ? Sera-t-il déchargé de ses fonctions au tribunal de Banjarmasin ? A suivre…

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE