Bamboo Home Solutions : Le bambou surfe la vague à Bali

PARTAGER SUR

Regardez un vieux film indonésien qui se passe à Bali et tout de suite vous aurez des décors fait en bambou à chaque plan. L’industrie du tourisme d’avant s’en nourrissait littéralement, des murs des losmen au mobilier du resto et des chambres, point de salut sans ce matériau symbole de villégiature. Sur cette base solide certes mais à l’esthétisme douteux – le design n’était pas le point fort de ces meubles patauds – des Occidentaux ont ensuite apporté ses lettres de noblesse à cette matière écologique en raffinant le concept. Les noms de Linda Garland, John Hardy, Gil Frey sont connus des lecteurs de la Gazette et ils ont posé les jalons d’une utilisation plus sophistiquée du matériau. Depuis, que ce soit le restaurant La Sardine à Kerobokan ou encore la spectaculaire usine de chocolat Big Tree Farms de Sibang, le bambou est définitivement passé en mode hype. Pour Olivier Toquet, 39 ans, l’idée du bambou s’est imposée après le tremblement de terre de Jogjakarta en 2006. En mission pour le groupe Total auprès des sinistrés, il est initié aux constructions antisismiques en bambou par l’Allemand Joerg Stamm. C’est le déclic pour ce Réunionnais qui veut lancer son propre business.

Il commence par faire ses classes en travaillant à Ubud pour la société Indo Bamboo, affiliée à la fondation environnementale du bambou de Linda Garland, comme consultant responsable de projet pendant un an et demi. Fin 2008, il fonde alors sa propre société : Bamboo Home Solutions. « L’idée de départ, c’était bien sûr le bambou, mais au bout d’un an, je me suis rendu compte que les gens demandaient des combinaisons avec d’autres matériaux », explique-t-il. La société, qui sera regroupée en 2010 sous l’aile de PT. Green Home, élargit alors ses activités à la construction « en général », incluant aussi bois recyclés, déco intérieure, éclairage LED, filtrage des eaux de pluie pour les sanitaires et la cuisine. « Nous évitons la peinture et bien sûr l’utilisation des climatisations en concevant une ventilation naturelle de nos structures », poursuit ce chef d’entreprise. Bamboo Home Solutions propose aussi des parquets, des meubles et des panneaux pour toutes sortes d’aménagements intérieurs. Un atelier de 60 personnes à Tabanan en assure la fabrication.

« Le bambou est aujourd’hui suffisamment mûr pour devenir un élément de construction standard. Il y a désormais un réseau qui s’est créé à Bali entre les architectes, les designers, les fabricants et les producteurs », explique Olivier Toquet. Si en Chine, au Vietnam, au Japon, ce secteur est en avance sur l’Indonésie, notamment en Chine du point de vue des solutions technologiques, l’atout de Bali demeure dans le design. Bamboo Home Solutions collabore avec The Brothers KUB pour proposer des solutions au concept original à une clientèle exigeante qui se répartit également entre les utilisateurs privés et ceux de l’hôtellerie et la restauration. Les deux-tiers des clients sont à Bali même, affirme-t-il. Depuis ses débuts, Bamboo Home Solutions a mené huit gros projets pour un total de 18 bâtiments. Olivier Toquet cite une maison en forme de raie Manta géante (13 m de haut), construite pour un particulier à Lombok, comme la réalisation la plus spectaculaire de sa société. La dernière construction est un bar-grill sis à côté du Waterbom de Tuban, baptisé sobrement et à propos… « Bamboo ».

« Notre point fort, c’est le management de projet et la connaissance du bambou et des bois recyclés. Il y a quelque chose qui se passe à Bali, les gens savent faire ici et la partie créatrice est prépondérante. La carte de Bali, c’est l’esthétique », ajoute Olivier Toquet, qui a initialement investi 30 000 dollars dans ce projet. La société, qui emploie onze personnes et dont le bureau est à Ubud, est contrôlée par lui-même et deux autres associés, le Hollandais Victor van Praag et le Balinais Made Gandra. Leur marché se répartit entre clientèles expatriée (2/3) et indonésienne (1/3) prêtes « à un investissement correspondant à celui qu’on fait pour du bois de qualité », explique-t-il au sujet des prix pratiqués. La fourniture de matériaux pour d’autres projets représente aujourd’hui 20% de leur activité commerciale. Dernier projet en cours et de loin le plus ambitieux de la jeune histoire de Bamboo Home Solutions, le resort Suarga à Padang Padang, 37 chambres, en collaboration avec Anasia (cf. La Gazette de Bali n°48 – mai 2009).

Les plus sceptiques ne manqueront pas de rappeler que le bambou ne dure pas indéfiniment et qu’il est la proie de trois fléaux qui lui sont propres : le soleil, l’humidité et les termites. Olivier Toquet affirme que ses bambous sont traités au Borax et qu’ils dureront au moins 20 ans. « Nous utilisons également des colles non-toxiques pour tous nos lamellés-collés », poursuit-il. Lorsqu’on possède une maison en bambou, il faut se résoudre aussi à un entretien régulier si on veut que ça dure. Une à deux fois par an, selon l’utilisation du lieu, il faut passer ses bambous avec des produits d’entretien naturels fongicides et de l’huile de tung. Reste qu’avec la disparition du bois, le bambou représente une alternative crédible et écologique. « Nous assistons à l’arrivée d’un nouveau cycle avec le bambou », lance avec assurance cet entrepreneur comblé.

Enfin, ce matériau assure une grande liberté de création aux designers car toutes les formes sont possibles avec les agglomérés. Sans parler du choix des couleurs naturelles, noir, chocolat, tigre et bien sûr jaune, la couleur emblématique, la plus répandue. D’ailleurs, c’est celle qui est généralement choisie par la clientèle, rappelle-t-il. Les gens veulent du bambou, mais ils veulent surtout qu’on sache que c’est du bambou. Nous l’avons bien compris, le bambou est à la mode, et c’est une mode plutôt rassurante pour l’environnement. Signe qui ne trompe pas de cette frénésie nouvelle, les Chinois investissent en Afrique pour accroitre la superficie de leurs plantations. Quand on sait que trente millions de personnes travaillent déjà dans ce secteur en Chine, premier producteur mondial, cela laisse rêveur sur le potentiel de ce matériau d’avenir vieux comme le monde !

[www.bamboohomesolutions.com->www.bamboohomesolutions.com]

[www.ptgreenhome.com->www.ptgreenhome.com]

[otoquet@gmail.com->otoquet@gmail.com]

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE