BALURAN, UNE SAVANE AFRICAINE JUSTE EN FACE DE BALI

PARTAGER SUR

Si vous avez envie de vous échapper de Bali juste le temps d’un week-end pour observer des animaux, prenez votre voiture ou votre scooter et direction plein ouest, vers Java. Une fois passé le détroit, prenez la direction du nord vers Situbondo. En à peine une demi-heure après Banyuwangi, vous atteindrez un endroit à nul autre pareil en Indonésie, le parc national de Baluran dominé par le volcan du même nom.

Baluran-2Cette zone de 250km² est protégée depuis 1928, à l’initiative d’un chasseur hollandais puis a été déclarée parc national en 1980. Le parc a la particularité d’abriter une immense savane désertique qui rappelle beaucoup l’Afrique et bien sûr, les nombreuses espèces qui se sont acclimatées à cette terre aride. En pénétrant dans Baluran, on prend d’abord un coup de sang en passant par la guérite d’entrée quand on découvre que les étrangers doivent payer presque 13 fois plus que les locaux, 225 000rp au lieu de 17 500rp !!!

 

Baluran-3Une fois passée la route très cahoteuse qui mène à la savane, on oublie cette arnaque parce que le spectacle vaut vraiment le déplacement, c’est même exceptionnel.
Le parc est connu surtout pour abriter le bœuf sauvage de Java qu’on appelle banteng, la population a terriblement décru en passant de 338 têtes en 1996 à 26 en 2012, le bœuf est malheureusement victime de braconnage. On y croise aussi beaucoup de cerfs et de singes.

BaluranIl semble aussi qu’on y trouve encore 155 espèces d’oiseaux menacées et là-bas au loin, sur les contreforts du volcan, la panthère de Java.

En poussant jusqu’au bout de la savane, on atteint la mangrove où on peut se baigner après avoir été cuit à force d’observer les animaux.

Ce parc de Baluran forme avec ceux d’Alas Purwo et de Meru, ainsi que la réserve naturelle de Kawah Ijen, la réserve de biosphère de Balambangan qui vient juste d’être reconnue par l’Unesco en 2016.
Parc National de Baluran, région de Situbondo, Java-Est.

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE