BALI VEGAN FESTIVAL 2017 : CELEBRER LA COMPASSION ET LA VIE

PARTAGER SUR

Prévu pour le week-end 6 au 8 octobre à Ubud, la troisième édition du Vegan Festival se prépare et gagne chaque année en renommée. Plus qu’un simple rendez-vous culinaire, c’est une réelle rencontre humaine et intellectuelle que son instigatrice Liat Solomon désire orchestrer. Figure pionnière du mouvement vegan et personnalité incontournable de la communauté expatriée de Bali, cette spécialiste reconnue de la macrobiotique se dévoue corps et âme à l’organisation de ce festival haut en couleur. C’est entre deux dégustations minutieuses qu’elle nous accueille pour nous dévoiler ses attentes, ses convictions et son programme savoureux…

LGdB : Pouvez-vous nous rappeler les objectifs du Bali Vegan Festival 2017 ?
Liat : Une alimentation vegan va forcément de pair avec une conscience bien plus englobante de ce qui nous entoure. La pollution, l’utilisation de l’énergie, la volonté de préserver la paix et la 01vie en général, tout cela fait aussi partie du monde vegan et de ce que je veux promouvoir. Mais je ne veux pas bombarder les gens d’informations alarmantes de culpabilité. Mon but, c’est vraiment de réunir les vegans comme les non vegans pour célébrer la compassion et la vie.

LGdB : Quelles sont les activités qui permettront d’organiser une célébration d’une telle envergure ?
Liat : On essaye de jouer sur tous les plans ! Les activités éducatives et artistiques se tiendront au Paradiso. C’est là que vous trouverez les intervenants, les projections de film et le fashion show. Il y aura aussi un Dating Game, c’est toujours très amusant et ça a eu un énorme succès l’année dernière. Le Taksu accueillera les workshops. Vous pourrez y apprendre comment faire votre propre huile, vos propres remèdes et découvrir de nouvelles recettes originales. Enfin, sur le terrain de football, vous pourrez voir les vendeurs et la scène live où seront donnés des cours de yoga gratuits. Cette année, les activités du Paradiso seront assorties de frais minimes, mais sinon tout reste complètement gratuit. Le but est que l’évènement soit accessible à tous.

LGdB : Quelles sont les nouveautés de cette troisième édition ?
Liat : C’est la première fois que le festival est considéré comme une réelle institution et figure sur le calendrier touristique de Bali. En conséquence, le nombre de participants a des chances d’être plus important que jamais. Enfin, il faut dire que les intervenants que nous aurons cette année sont géniaux. Vous pourrez rencontrer des personnalités phares de la pensée vegan telles que Kip Andersen, le réalisateur du film « Cowspiracy », Frank Ferrante ou encore l’expert nutritionniste Susianto Tseng. Enfin, vous pourrez vivre des expériences culinaires totalement inédites. On essaye notamment de créer des esthétiques spécialement designées pour les « meat lovers », mais dont les ingrédients restent entièrement vegan. Le nouveau menu d’Earth Café propose par exemple des œufs faits à base de coco, de noix de cajou, et de patate douce, ou encore des omelettes de pois-chiche. Il s’agit de faciliter la prise de conscience, mais aussi de montrer que la nourriture vegan peut-être pleine de saveurs !

LGdB : Pensez-vous que votre festival parvienne à toucher les populations locales aussi bien que les ressortissants occidentaux ?
Liat : Je pense que le végétarianisme et tous ses dérivés s’insèrent dans une réelle tendance globale. La culture balinaise n’y est pas imperméable, bien qu’elle soit fondée sur la pratique de sacrifices. Bali se profile de plus en plus comme le temple du développement personnel et chez les jeunes, c’est aujourd’hui devenu cool d’être « healthy ». L’accessibilité des activités permet de réunir les locaux comme les touristes. Sur les 82 000 personnes ayant assisté aux cours de yoga l’année dernière, près de la moitié étaient indonésiens, et ils sont nombreux à se joindre au reste des festivités. De plus, on a demandé aux warung à proximité du festival de ne pas servir de viande pendant les trois jours de fête, et certains se sont volontiers prêtés au jeu ! Chacun suit son chemin, mais l’important est qu’on arrive à réunir les gens quelle que soit leur culture, et cela compte déjà énormément !

www.baliveganfestival.com

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE