BALI : RETOUR EN FORCE DES TOURISTES EUROPEENS CETTE ANNEE

PARTAGER SUR

Le vieux débat sur l’avenir du tourisme à Bali prend un nouveau virage avec le regain des touristes en provenance d’Europe. Résumons-nous : Bali est-elle une destination de masse ou une destination chic ? Personne n’a jamais réussi à répondre à cette question, chaque partie prenante ayant juste tenté de pousser ses propres intérêts sans aucune planification et ce, malgré les délibérations et atermoiements sans fin des différents organismes qui essayent de « penser » le tourisme à Bali.

Les touristes en provenance d’Europe ont donc enregistré une forte hausse depuis le début de l’année jusqu’au début du deuxième semestre. Un total de 557 423 Européens ont visité l’île durant cette période, une augmentation de 20.8% par rapport à la même période l’année précédente.

Le responsable de l’Office du tourisme de l’île, Anak Agung Gede Yuniartha Putra, a indiqué qu’en général, le nombre de touristes étrangers a augmenté de 23,41% sur la même période, soit 2,8 millions de personnes contre 2,3 millions l’année précédente.

Avec l’accroissement du nombre des touristes régionaux ces dernières années, en premier lieu ceux venant de Chine et qui constituent aujourd’hui le premier contingent de visiteurs de l’île, nombre d’opérateurs du tourisme à Bali se sont plaints de la diminution de la durée du séjour moyen des touristes étrangers et de la chute de leurs dépenses moyennes par jour, regrettant ouvertement l’époque dorée des seuls touristes européens, qui restaient longtemps et dépensaient beaucoup…

Ce genre de débat sur la « qualité » supposée des touristes qui visitent l’île, leur intérêt pour la culture de Bali ou non, fait l’objet de débats constants dans la presse locale.

Sur ce registre, le touriste venu d’Europe a toujours eu la cote auprès de l’intelligentsia balinaise.

En effet, le touriste européen a les moyens, puisqu’il vient de loin et que le billet coûte cher. Il reste longtemps, car quitte à payer cher, autant en profiter le plus longtemps possible. Et cerise sur le gateau, il ne tarit pas d’éloge et d’admiration pour la culture locale.

Ce qui n’est pas le cas pour le touriste régional, qui a une piètre réputation de radin ici. Le touriste européen est donc chéri par les autorités balinaises, par ceux qui parient sur la « qualité » plutôt que la « quantité », comme cela est dit clairement dans les nombreux débats sur la question.

« Voler vers Bali d’Europe est facile car il y a tellement de compagnies qui offrent un vol direct vers Bali », a ajouté Anak Agung Gede Yuniartha Putra dans le Jakarta Post, visiblement mal informé malgré sa position à l’Office du tourisme.

En effet, les vols directs d’Europe vers Bali n’existent pas…

Au ministère, où on ne s’intéresse qu’au montant des devises qui rentrent, on parie plutôt sur la masse.

Le ministre du Tourisme Arief Yahya a donc rappelé que Bali est la porte d’entrée principale en Indonésie, et donc que Bali a besoin de se développer plus encore. « C’est le meilleur moyen de développer les autres destinations qui se sont pas Bali », a-t-il précisé.

Il a également mentionné la nécessité d’ouvrir un deuxième aéroport à Bali car le premier est déjà en surcapacité. En attendant, celui de Lombok va être aussi développé afin d’améliorer le flux des touristes qui entrent en Indonésie.

Alors, tourisme de masse ou élitiste ? La réponse est entre vos mains.

D’après Jakarta Post.

SOURCEJakarta Post
PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE