MON BALI par Pascal Perrotey

PARTAGER SUR

Pourquoi Bali ?
Je suis venu en Indonésie pour y travailler, à Java-Est, sur un nouveau site d’extraction de pétrole. Les lois indonésiennes, mais surtout les nouvelles lois françaises m’ont poussé vers une pré-retraite. Après avoir visité un petit peu l’Archipel, notre choix s’est porté sur Bali, entre autres à cause du sourire de ses habitants et de la facilité avec laquelle on s’y intègre. Et pour des raisons familiales, on s’est fixé à Pererenan.

Qu’y faites-vous ?
Rien professionnellement mais mes journées sont bien occupées.

Vous êtes le vice-président du Club Bien à Bali, quel est son propos ?
Ce club regroupe actuellement environ 80 personnes francophones qui aiment partager des moments de loisir et de détente ensemble, il a été fondé par l’ancien consul honoraire Raphaël Devianne. Nous nous réunissons entre autres le premier mardi du mois à l’hôtel Trans Resort pour suivre une conférence à chaque fois animée par un membre différent puis pour fixer le calendrier de nos activités : golf, bridge, karaoké, jeux, pétanque, rallye, voyages…). Plus d’info sur notre site : www.bienabali.com.

Quelles bonnes adresses pouvez-vous nous donner pour manger ?
J’adore la cuisine indonésienne et balinaise et du côté de Canggu et Pererenan, il y a un warung makan qui ouvre toutes les semaines, c’est incroyable ! J’aime bien la viande de porc alors à Bali, je suis gâté avec ce qu’on appelle en balinais be genyol, essentiellement les morceaux de poitrine, les sate et soto babi (soupes et brochettes de porc) mais aussi le gado gado et le martabak. Parmi tous les warung que je fréquente, je vous recommande le warung kampung, à Pererenan, sur la route de Canggu, vers Tanah Lot. Je contrôle mon cholestérol régulièrement ! Quand on veut manger plus international, voici mes bonnes adresses : warung Yess sur Jalan pantai Pererenan ; warung Thai Kitchen à Canggu Permai ; warung Gouthé tenu par un couple franco-indonésien ; Bro Resto et Dandelion sur Jalan Batu Bolong. Enfin, On trouve également du pain chez Monsieur Spoon Canggu ou à l’Alsace à Table où tout est tentant que ce soit fromage, charcuterie et même des vins français !!!!

Et pour le sport ?
Je suis un fervent participant aux Bali Hash House Harriers dont on parle souvent dans la Gazette. Ça nous permet de découvrir un aspect fabuleux de Bali à travers des treks, on y va deux fois par semaine. D’ailleurs, c’est un entrainement pour notre prochain objectif qui est de passer une nuit au sommet du mont Batukaru avant d’entreprendre dans un futur encore lointain l’ascension de la montagne sacrée des Balinais, le gunung Agung. Il y a encore et toujours des endroits à découvrir à Bali, nous avons eu notre période cascades par exemple… Certaines plus difficiles d’accès, voire bien cachées et d’autres très touristiques… C’est comme pour les plages, comme pour les rizières… Mon Bali, il est un peu secret et demande un peu de courage pour sortir des sentiers battus. Il n y a pas toujours d’indication ni de nom, quelquefois ça se mérite…
Alors Bali, c’est le paradis ?
C’est plutôt facile de vivre à Bali, mais il faut quand même faire attention, se rappeler que l’on doit se comporter de manière humble, avoir une attitude décente et que l’on se doit de respecter nos hôtes. Alors, heureux à Bali, oui et je le souhaite pour longtemps !

PARTAGER SUR

PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UNE RÉPONSE